LV au lycée

Les langues vivantes dans la réforme du lycée

La réforme du lycée proposée par le gouvernement est une véritable offensive idéologique étant donné qu’il s’agit d’enseigner des « langues de communication ». Cela se décline ainsi :

 généralisation des groupes de compétences (qui n’apparaissent pas dans le CECRL) qui souvent se révèlent être des groupes de niveaux

 globalisation des horaires LV1/LV2 : la dotation horaire par langue n’est pas garantie puisque ce sont les conseils pédagogiques qui décideront de sa ventilation

 enseignement de la littérature étrangère uniquement en section littéraire (en 1ère, dans le cadre des 2h supplémentaires et en Terminale, 1 h 30, à charge des professeurs de langue)

 enseignement de la LV3 facultatif pour les ES et les S (que peu d’élèves prendront dans les faits, menaçant encore plus une diversité déjà très réduite) et en spécialité ou en option en L

 fin des dédoublements en Terminale (les groupes de compétences ne garantissent pourtant pas des effectifs réduits)

 quid de la nature des programmes et des épreuves ?

 les sections européennes n’existent plus (ainsi que les langues de spécialité, sauf en L) mais les DNL sont encouragées (sans que l’on sache avec quels moyens) à tous les niveaux et sur toutes les séries

Pour connaître l’analyse détaillée et les propositions du SNES-FSU concernant l’enseignement des langues, voir :

http://www.snes.edu/Priorite-aux-langues-vivantes.html

Le groupe LV national, le 17/12/09.

Autres articles de la rubrique LV au lycée