Programmes au collège (2009-2012)

Les nouveaux programmes collège en histoire-géo et éducation civique : synthèse sur les retours de la consultation menée par le SNES

Malgré les conditions particulièrement déplorables dans lesquelles a eu lieu la consultation officielle, nous avons noté que beaucoup de collègues avaient pris le temps de se réunir pour adresser à leur IPR une synthèse très étayée de leurs avis sur les projets de programmes.

Nous avions demandé aux syndiqués enseignants d’histoire-géo de nous faire connaitre ce qu’ils faisaient remonter, afin que nous connaissions le contenu de la consultation avant de rencontrer à nouveau le groupe d’experts.

Le SNES a reçu copies d’environ 80 notes de synthèse qui ont été adressées aux IPR de diverses académies. Très souvent, le contenu du message accompagnant ces notes précisait les conditions locales de la consultation et de la rédaction de la synthèse.
La consultation a été menée aussi grâce à une enquête en ligne sur le site du SNES, qui a été renseignée par 185 syndiqués.
Les avis sont bien sûr variés, parfois contradictoires, sur ces nouveaux programmes. Il est donc difficile de rendre compte entièrement de l’ensemble des commentaires qui ont été élaborés. Cependant, quelques grandes lignes de force apparaissent.

En histoire

Les programmes d’histoire ne sont pas ressentis comme novateurs malgré une nouvelle présentation en trois rubriques que les collègues ne remettent globalement pas en cause mais qu’ils identifient comme l’application parfois caricaturale du « socle commun » à notre discipline (prépondérance de la capacité « raconter » au détriment d’« expliquer).
Les timides ouvertures à d’« autres mondes » ou le glissement de l’étude de l’absolutisme en 5e ne masquent pas une réécriture superficielle qui tend à accentuer plutôt qu’à réduire le caractère pléthorique des programmes unanimement dénoncé par les collègues (jusqu’à 3/4 des avis donnés en ligne). Pourquoi ne pas avoir offert davantage de choix entre certains thèmes ou même une « question au choix » comme en géographie ? Par exemple, en 6e, ne pourrait-on pas dégager quelques heures du chapitre consacré à Rome pour permettre aux collègues d’approfondir librement un thème au programme (l’Egypte par exemple) ou une question d’actualité ?

La démarche des « études au choix » est globalement bien acceptée (57% d’avis positifs en ligne) car elle offre davantage de liberté à l’enseignant et elle permet d’éviter l’exhaustivité. Par contre, certains collègues regrettent leur systématisation ; d’autres s’interrogent sur les difficultés de la généralisation à partir de ce type d’études de cas, notamment à partir de « grands personnages » dont le choix est parfois discutable. (...)

En géographie

Beaucoup de collègues soulignent des nouveautés intéressantes et surtout le caractère novateur de la démarche proposée de l’étude de cas mais aussi du sujet au choix. (...)

En éducation civique

Les programmes d’éducation civique sont jugés dans l’ensemble similaires aux programmes actuels. Des collègues ont cependant pris le temps de lire en détail les intitulés, et il y a de quoi alors relever des formulations pour le moins maladroites. (...)

À partir de toutes ces contributions, nous avons présenté différents propositions de réécriture et de réaménagement des programmes, pour associer par exemple les questions de sécurité avec l’étude de la justice en quatrième.

SNES - secteur contenus - groupe histoire - géographie - éducation civique

Juin 2008

Télécharger l’intégralité de la synthèse

PDF - 30.9 ko
Synthèse prog HG-EC

Autres articles de la rubrique Programmes au collège (2009-2012)