Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Textes rassemblés et tarduits par Jacqueline Dérens

Les voix des veuves de Marikana

culture/littérature/veuves de Marikana Pourquoi le massacre de Marikana ?

En 2012, 34 mineurs, en grève pour une augmentation de salaire, sont tués par la police sud-africaine pour le compte d’une compagnie minière d’extraction du platine.
Dans un atelier d’expression artistique en 2013, pour se reconstruire collectivement et se faire entendre, des veuves et proches des mineurs ont réalisé des peintures et des textes rassemblés et traduits par notre collègue, militante anti-apartheid, auteure de nombreux ouvrages sur l’Afrique du sud. Jacqueline Dérens propose simultanément une analyse des difficultés de cette jeune démocratie à rompre avec les stigmates du passé et à réduire des inégalités qui sont parmi les plus grandes du monde.
Philippe Laville

Les voix des veuves de Marikana, Jacqueline Dérens, Ed. Clara-magazine, 9/2015, 95p.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • Dracula ou la croisade des Temps modernes. Essai sur la figure de l’étranger
    Un drôle de livre. Son titre a de quoi interroger "Dracula ou la croisade des Temps modernes" et son sous titre n’arrange rien "Essai sur la figure de l’étranger". Peut-on cerner l’argumentation de... Lire la suite (12 avril)
  • "Madame St-Clair, reine de Harlem"
    Fille d’une matrone débrouillarde et autoritaire, puis servante chez des Créoles blancs dont le fils lui fera connaître les dites "amours ancillaires" sans amour aucun, vagabonde à Fort-de-France où... Lire la suite (11 avril)
  • "Le sourire de Gary Cooper"
    Hollywood, usine à rêves ? La fabrique est en construction dans les temps de ce cinéma amoureusement qualifié de muet. Les immigrés sont légions et ne parlent pas « fluenty » la langue de Walt Whitman.... Lire la suite (5 avril)
  • "La petite fille au dé à coudre"
    Il était une fois une petite fille de 6 ans dans une grande ville dont elle ne connaît ni la langue ni la géographie. Son « Oncle » l’abandonne dans la journée dans une boulangerie où tout le monde... Lire la suite (1er avril)
  • À l’origine notre père obscur
    Coupable d’être femme La mystérieuse écriture de Kaoutar Harchi dépeint une inégalité et une violence originelles : celles subies par les femmes enfermées par leurs époux, leurs frères, leurs pères... Lire la suite (28 mars)