Archives 2002-2005

le 07/04/2003

Lettre à Luc Ferry

Denis PAGET
Cosecrétaire Général
Catherine REMERMIER
Secrétaire nationale de catégorie orientation

à

Monsieur Luc FERRY
Ministre de la Jeunesse, de l’Éducation Nationale et de la Recherche
110, rue de Grenelle
75007 PARIS

Paris, le 7 avril 2003

Monsieur le ministre,

Vous n’ignorez pas la profonde inquiétude et le vif mécontentement provoqués par l’envoi à chaque conseiller d’orientation-psychologue et directeur de CIO du courrier les informant de leur transfert aux collectivités territoriales.
Outre les préoccupations légitimes liées à leur devenir statutaire, nos collègues se sont massivement exprimés pour défendre leur profond attachement au caractère national des missions.
En effet, même s’il est prévu d’inscrire dans la loi un certain nombre de principes généraux dont nous ne savons ce qu’ils seront, nous ne pouvons accepter qu’ils soient déclinés différemment selon les régions. Ce ne serait pas conforme à l’idée que nous nous faisons du rôle du service public dans la mise en œuvre d’actions de prévention, de suivi, contribuant à la réussite scolaire et d’aide à l’élaboration des projets scolaires et professionnels au sein des établissements scolaires et des CIO.
Ces missions sont complètement liées à la qualification de psychologue qui est la nôtre et pour le maintien de laquelle aucune assurance ne nous a été donnée à ce jour.

La circulaire concernant la préparation de la rentrée 2003 ajoute au malaise actuel et est nécessairement interprétée comme le signe de la disparition des activités des conseillers d’orientation-psychologues dans les établissements scolaires. En effet, alors qu’un chapitre est spécialement consacré à l’Education à l’orientation, pas une fois il n’est fait référence à l’intervention des conseillers d’orientation-psychologues. Tout le dispositif repose sur les enseignants et se trouve réduit à des actions d’information dont nous avons déjà, à plusieurs reprises, souligné la portée limitée.

Enfin, concernant la prise en charge des jeunes en risque d’abandon de scolarité seuls les personnels de la MGI sont cités, alors qu’existe aujourd’hui dans de nombreux établissements, des équipes de suivi, remplissant un rôle de veille et fonctionnant largement grâce à l’implication personnelle de nos collègues, conseillers, assistantes sociales, médecins, CPE, infirmières. Cette rédaction confirme que les projets de transferts vont les déstructurer, aggravant ainsi, la situation des élèves et des établissements.

Contrairement à ce qui nous a été affirmé dans plusieurs audiences, les régions manifestent de plus en plus de réticence, au transfert des personnels. Il nous paraîtrait beaucoup plus sage pour l’égalité des élèves et des étudiants devant la préparation de leurs projets d’orientation, leur accompagnement personnel et leur réussite que ces propositions, qui n’ont pas encore fait l’objet d’un vote au parlement, soient revues.
Nous souhaitons que ces arguments, qui rencontrent un large écho chez nos collègues, puissent être pris en compte rapidement.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre à l’assurance de nos salutations respectueuses.

Denis PAGET

Catherine REMERMIER

Autres articles de la rubrique Archives 2002-2005