Actualités

Lutter contre la mise en place de la réforme : formations formatages, consignes des principaux, IPR ou recteurs... Rester grain de sable !

La préparation de la rentrée, de la mise en place de la réforme et des nouveaux programmes est désormais bien engagée.
Suivant les académies, les réunions de formation formatage restent principalement transdisciplinaires ou se sont engagées dans une phase "disciplinaire" (entre guillemets, car les SPC sont généralement concernées par un "pôle sciences et technologie").
Parallèlement, la mise en place du très problématique enseignement de "Sciences et Technologie" en cycle 3 donne lieu à des pressions hiérarchiques diverses.
Voici quelques éléments de réponse et d’actions sur ces différents points - suite au succès de la journée d’action du 26 janvier, il est important de maintenir la pression face à la mise en place de cette réforme néfaste.

"Formations formatages" :
- Trois possibilités d’action dans cet article : attention, dans certaines académies (Clermont...), le retrait d’un trentième de salaire pour absence au stage commence à être appliqué !

- Pour "animer" les "formation" générales à la réforme : un exemple de document de "Questions grains de sable" produit par une section académique (accès réservé aux syndiqués)

- "Questions grains de sables" disciplinaires ci-contre :

PDF - 116.5 ko
Questions Grains de sable PC

Pressions sur l’enseignement dit de "Sciences et Technologie" en cycle 3 :

Le bloc de 4 heures d’enseignement de Sciences et Technologie en 6ème devient une variable d’ajustement de la gestion des personnels. Les chefs d’établissements espèrent imposer tout et n’importe quoi (dont l’EIST, voir article antérieur) aux enseignants de sciences expérimentales et de technologie.

Quelques éléments de réflexions et arguments pour se défendre contre la mise en place d’un enseignement de type EIST imposé :
- point important, le décret 2014-940 du 20 août concernant nos ORS précise très clairement (art. 4-II) que nous l’on ne peut pas nous obliger à enseigner une autre discipline ;
- le seul texte officiel qui aborde ce type d’organisation, la circulaire n° 2015-106 du 30 juin 2015, précise que "... cet enseignement peut être poursuivi [lorsqu’il a été précédemment mis en place]..." et que "ce choix reste du ressort des équipes" : on ne peut être plus clair !
- l’ensemble des interlocuteurs-injoncteurs entretiennent une confusion ou une ignorance sur les différences importantes entre les démarches des sciences expérimentales (chercher à comprendre les phénomènes naturels) et les démarches technologiques (chercher concevoir, réaliser un objet technique répondant à un besoin), et un déni de l’importance des contenus disciplinaires...
- ... voire les nient carrément : entendu en stage de formation de la bouche d’un IPR de PC "au cycle 3, il fallait faire du saupoudrage et les connaissances n’étaient pas importantes. Si la notion de cellule n’a pas été abordée, ce n’est pas grave..." - au vu de la réaction de l’IPR voisin de SVT, ce discours n’est visiblement pas partagé...
- aucun temps de concertation n’est prévu, temps qui s’avère considérable dans les bilans sur l’expérimentation de l’EIST.

Concernant l’organisation des EPI enfin, deux points à noter :
- aucun texte n’oblige un enseignant à s’impliquer dans un EPI ;
- et la liberté pédagogique s’applique toujours : un chef d’établissement n’a aucun droit à imposer un projet à un enseignant ou une équipe, même en "s’appuyant" éventuellement sur une "décision" d’un quelconque conseil pédagogique.

Autres articles de la rubrique Actualités