US 764 du 26 août 2016

Lycées : rentrée sous haute tension

Poussée démographique insuffisamment prise en compte, nouveaux dispositifs contestables concernant le redoublement et les redoublants, aucune remise en cause des réformes Darcos-Chatel... Autant de facteurs pour une rentrée difficile, autant de raisons de réussir la grève du 8 septembre.

Les tensions liées à la poussée démographique sont accentuées en cette rentrée par des dispositifs nouveaux qui nuisent à l’organisation des enseignements comme à la réussite des élèves. Les nouvelles modalités d’orientation des élèves posent en effet les bases d’une transformation profonde du lycée dont le ministère semble minimiser les effets faute de pouvoir les anticiper.

LES LEURRES DE LA FIN DU REDOUBLEMENT

On assiste à la multiplication des orientations mal pensées pour des élèves déjà en grande difficulté scolaire, le redoublement étant désormais devenu quasi impossible. Aucun moyen particulier n’a été attribué pour en assurer la prise en charge dans des classes déjà très chargées. Cette mesure impacte tout particulièrement la série STMG, déjà fragilisée. On annonce dans certaines académies des ouvertures précipitées de divisions. Les conditions d’enseignement et d’études vont en pâtir d’autant plus que les enseignants d’éco-gestion sont déjà trop peu nombreux.

LYCÉE AU RABAIS POUR LES REDOUBLANTS EN TERMINALE ?

Dans la même ligne, le droit au redoublement dans l’établissement d’origine en cas d’échec au bac, associé aux « modalités adaptées de parcours » pour les élèves qui choisissent de conserver leurs notes supérieures à 10, ouvrent la voie à toutes les expérimentations pour masquer le manque de places en Terminale. Certes, les élèves seront bien inscrits sur le papier dans le lycée d’origine mais, dans certaines académies (Versailles, Créteil, Nice...), ils devront suivre les cours pour préparer les épreuves qui leur restent dans des dispositifs relevant de la lutte contre le décrochage scolaire ou bien dans d’autres établissements. Comment penser pouvoir préparer correctement des lycéens à une poursuite d’étude après le bac dans de telles conditions ?

RÉFORME DE 2010 ? ÇA DOIT CHANGER !

Alors que la synthèse du bilan mené l’année dernière est en cours, le ministère semble persister dans sa volonté de ne pas toucher à l’économie de la réforme Châtel. Il a évacué d’emblée les conséquences de l’augmentation des effectifs par classe sur les conditions d’enseignement et d’études. Que penser d’un tel bilan qui oublie qu’une réforme du lycée s’évalue d’abord à l’aune de la réussite des élèves dans l’enseignement supérieur ?

Dans ce contexte, le SNES-FSU continue d’exiger :
• dans un premier temps, les ouvertures de classe nécessaires à la prise en charge de tous les élèves ;
• une organisation des enseignements qui brise les logiques d’une autonomie, réponse à la pénurie de moyens, pour bâtir un lycée réellement ambitieux pour tous !

Claire Guéville

Autres articles de la rubrique US 764 du 26 août 2016

  • Nos services
    Nos obligations de service sont fixées par le décret 2014-940. Sans constituer la nécessaire réduction du temps de travail pour tous revendiquée par le SNES-FSU, ce décret reprend les éléments... Lire la suite (7 septembre)
  • Décompte du service, heures statutaires
    Toute heure effectuée avec les élèves (cours, groupe, TP, TD, TPE, AP, soutien, chorale, atelier de pratique artistique, etc.) compte pour une heure dans le service d’enseignement. Réductions du... Lire la suite (7 septembre)
  • Voie générale du lycée
    Le SNES-FSU n’a cessé de réclamer au ministère l’ouverture de discussions pour un bilan de la réforme de 2010. Une série de réunions s’est tenue début 2016, dont les thèmes évitaient soigneusement de... Lire la suite (7 septembre)
  • Voie technologique du lycée
    Dans les séries technologiques, après une première session de bac en 2013 pour les séries STI2D, STD2A et STL, l’année 2013-2014 avait vu l’application de la réforme en Terminales STMG et ST2S. Les... Lire la suite (7 septembre)
  • Redoublement, c’est fini ?
    Le décret n° 2014-1377 du 18 novembre 2014 limite fortement le redoublement : il ne peut être dorénavant prononcé qu’à titre exceptionnel, à la demande de l’élève et sa famille. Deux cas sont possibles :... Lire la suite (7 septembre)