Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Catherine Hardwiake (Grande–Bretagne)

"Ma meilleure amie" Sortie en salles le 15 juin 2016.

Milly et Jess se sont connues alors qu’elles étaient encore petites filles. Depuis, leur amitié n’a jamais faibli.

Elles ont maintenant la quarantaine. Elles sont mariées, confortablement installées dans la vie. Milly est la mère de deux jeunes enfants. Les tentatives de Jess pour être mère ont à chaque fois échoué mais elle mène auprès d’un compagnon charmant, une vie heureuse.

Pourtant, par une de ces curieuses coïncidences de la vie ? deux événements surviennent qui vont bouleverser les choses. Alors que Jess apprend qu’elle attend enfin un enfant, son médecin annonce à Milly qu’elle est atteinte d’un cancer du sein à un stade avancé qui va sans doute lui coûter la vie.

Cinéma : Ma meilleure amie

D’une part, Catherine Hardwiake a voulu exprimer ce que représente pour une personne en pleine vie, de devoir tout à coup vivre au quotidien avec le poids d’une maladie qui ronge et qui finira par prendre le dessus. Comment soudain s’accommoder de la menace de mort et, alors que l’idée de la maladie occupe chaque instant, comment faire face à deux jeunes enfants avec un semblant de sérénité, rencontrer ses amis et connaissances, entretenir des relations amicales, amoureuses et à chaque fois, tenter de donner le change.

D’autre part, à l’opposé, comment vivre totalement le bonheur et le bouleversement que représente une prochaine naissance pour une femme qui l’a tant souhaité pendant des années. Vivre le bonheur de donner prochainement naissance à un enfant quand sa meilleure amie est promise à une mort prochaine.

Que restera-t-il d’une amitié de toujours quand l’une porte la vie en elle et l’autre, la mort ?

Le sentiment qui a de tout temps uni les deux femmes est-elle un soutien ou au contraire, le bonheur de l’une viendra-t-il se fracasser contre le désarroi de l’autre ?

Que restera-t-il aux deux amies à partager dorénavant ? Y a-t-il compatibilité entre le bonheur de l’une et la terreur de l’autre.

Que restera-t-il de ces futilités qui faisaient tout le plaisir de leurs rencontres ?

"Ma meilleure amie" est l’histoire de cette amitié envers et contre tout qui, si elle subit les ondes négatives de l’épreuve de la maladie contre la vie, saura donner jusqu’au dernier moment, les signes des sentiments profonds et de l’ attachement dont l’une et l’autre pourront mesurer, même s’il est tard pour la savourer, la force et l’enracinement.

Catherine Hardwiake a pris le parti de traiter le sujet de façon frontale sans apporter de nuances aux situations inhérentes aux différentes étapes de la maladie et de la grossesse, de montrer la maladie sans détour ni précaution. Le choix de cette option a le mérite de ne jamais tergiverser.

Ma meilleure amie est un film rude et cruel qui regarde la mort et la vie droit dans les yeux.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Chez nous »
    Pauline est infirmière à domicile dans une petite ville du Nord, entre Lens et Lille. Sorte de Mère Courage, elle élève seule ses deux jeunes enfants et s’occupe quotidiennement de son père malade.... Lire la suite (19 février)
  • « Le secret de la chambre noire »
    Stéphane, la cinquantaine, un ancien photographe de mode de renom, vit seul avec sa fille Marie dans une maison cossue de la banlieue parisienne. Chaque jour, Marie lui sert de modèle au cours de... Lire la suite (19 février)
  • « Les fleurs bleues »
    Son oeuvre a fait de Wladyslaw Strzeminski le représentant majeur de la peinture d’avant-garde dans la Pologne d’après-guerre. Professeur enseignant à l’École Nationale des Beaux-Arts de Lodz, il est... Lire la suite (18 février)
  • "Noces"
    Zahira, jeune étudiante belgo-pakistanaise est très proche de sa famille dont elle aime chaque membre intensément. A la suite d’une interruption volontaire de grossesse, alors qu’elle entretient une... Lire la suite (18 février)
  • "De sas en sas"
    Chaque mois, à Fleury-Mérogis, des femmes pour la majorité et quelques rares hommes, viennent rendre visite à un proche : un fils, un frère, un père, un compagnon. Pour cela, il leur faut passer par... Lire la suite (17 février)