Mandats

Mandats LR votés au congrès du SNES 2016 (Grenoble)

THEME 1

12.4.
Le ministère continue d’afficher l’enseignement des langues vivantes comme une priorité du système éducatif, en totale contradiction avec la réalité et le vécu des collègues de LVER. En collège, c’est aussi au nom d’une lutte présumée contre les inégalités que la réforme prévoyait la disparition des sections euro et de la majorité des bilangues, ces dernières ayant été en partie préservées suite à la volte-face de la ministre en janvier 2016. De nombreux enseignant-es de LVER, en éducation prioritaire notamment, se sont investi-es pour faire vivre ces sections, garantissant à leurs établissements une certaine mixité sociale. Ils-elles subissent maintenant une pression hiérarchique inacceptable pour effectuer des heures dans le premier degré. Les horaires par classe diminuent, le nombre de classes à prendre en charge pour les enseignant-es augmente, avec pour certain-es des services partagés voire des suppressions de poste.
La réforme du lycée de 2010, par la globalisation des horaires, son programme unique inter-langues, les groupes de compétence, les épreuves locales, a détérioré les conditions de travail des élèves comme des enseignant-es. Il en résulte une augmentation de la charge de travail et une souffrance professionnelle. L’action syndicale a permis la mise en place de banques académiques de sujets, mais elles sont trop souvent sous-approvisionnées, et parfois réservées aux équipes qui n’auraient pas "su" créer elles-mêmes de sujets. Les enseignant-es qui souhaiteraient les utiliser n’ont pas à être culpabilisé-es par l’institution. Le SNES-FSU demande que ces banques soient alimentées par les inspections et ouvertes à tou-tes les enseignant-es. Il rappelle sa demande d’un groupe de travail ministériel sur les langues vivantes : horaires, programmes, carte et diversification qu’il faut préserver et étendre, évaluation, conditions d’enseignement, prescriptions pédagogiques. Par ailleurs, le SNES-FSU rappelle son opposition aux certifications dispensées par des officines privées.
Le SNES-FSU rappelle ses mandats : les horaires globalisés doivent être remplacés par des horaires dédiés à chaque LVER ; enseignement à raison de 3 heures / semaine minimum pour chaque langue avec un effectif maximum de vingt élèves par classe.
Les mandats du SNES-FSU concernant la promotion des langues régionales restent valides (voir mandats de Marseille). Il défend la nécessité d’une diversification de l’offre de LVER, notamment de celles à faible diffusion.

THEME 3

DEVELOPPEMENT DES LANGUES REGIONALES ET MINORITAIRES

Le SNES-FSU est favorable à l’enseignement et à la diffusion des langues régionales, facteurs d’ouverture culturelle et d’enrichissement, et promeut aussi leur
reconnaissance patrimoniale. Aujourd’hui, on constate de grandes inégalités entre les différentes académies : formation, concours, bivalence, mouvement, organisation et développement des sections bilingues, options et initiation, mise en place et fonctionnement des CALR (conseils académiques des langues régionales) et des groupes de travail spécifiques.
Pour le SNES-FSU, l’Etat doit être garant d’un développement de l’enseignement de toutes les langues régionales, en se fixant un objectif pluriannuel réalisable défini avec toutes les parties prenantes. Une dotation spécifique est indispensable. Si la loi de Refondation de 2013 a pu susciter un certain espoir en réaffirmant la place des langues régionales dans le système éducatif public, celle-ci n’a pas été suivie d’effets. Le nombre de postes aux concours de langues régionales n’a pas augmenté et les conditions de travail des personnels ne se sont pas améliorées : la continuité avec le premier degré ne se fait pas toujours et, dans le second degré, les enseignants sont majoritairement sur plusieurs établissements et doivent parfois faire face à des hiérarchies peu favorables aux langues régionales ou respectant peu les textes officiels.
La réforme du collège, qui représente une menace pour nombre de disciplines, met directement en danger les enseignements de langues régionales au collège et obère du même coup toute perspective pour les élèves de langues régionales du premier degré. Relégué aux EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires) et à un hypothétique enseignement de complément, l’enseignement des langues régionales n’est pas garanti. La circulaire sur la nouvelle carte des langues de décembre 2015 ne résoudra en rien les problèmes mentionnés. Dans certaines académies, les recteurs pourraient même se servir de celle-ci pour mettre encore plus à mal les LR. Cette circulaire réaffirme le rôle des CALR. Or, ceux-ci n’existent pas partout où s’enseignent des LR et, quand ils existent, ils ne sont pas toujours composés dans le cadre réglementaire des textes et ne se tiennent pas régulièrement. Ils doivent donc être créés partout où cela est nécessaire, en lien avec les CTA, compte tenu des enjeux que représentent le maintien et le développement des LR.
La charte des langues régionales et minoritaires pose des questions autres que celles du développement linguistique et culturel. Sa ratification imposerait la modification de la Constitution dont l’article 1 pose deux principes : l’unité de la République et l’égalité entre les citoyens qui, de fait, ne peuvent faire l’objet d’un traitement particulier en raison de leur appartenance religieuse, ethnique, culturelle ou de leur origine. Cet article est protecteur et interdit toute forme de ségrégation. L’article 2 indique que "La langue de la République est le français" qui est donc l’outil linguistique pour le fonctionnement des institutions et des services publics.
Pour le SNES-FSU remettre en cause ces principes reviendrait à rompre l’égalité des citoyens devant la loi et impliquerait de profondes modifications du statut de fonctionnaire. Il doit en conséquence fonder ses revendications pour la promotion et le développement des langues régionales, dont l’importance est rappelée par l’article 75-1 de la Constitution, en respectant scrupuleusement les principes fondateurs de la République dont la portée dépasse très largement le cadre de l’Éducation nationale. Le SNES-FSU organisera un séminaire national regroupant les militants des S2/S3/S4 pour échanger sur les situations diverses des académies et poursuivre la réflexion sur la mise en œuvre de nos revendications sur l’enseignement des langues régionales.

Autres articles de la rubrique Mandats

  • Zoom Langues et cultures régionales congrès FSU 2016 (Mans)
    Zoom langues et cultures régionales L’enseignement de/en langues régionales pèse d’un faible poids dans le service public d’Education, mais il revêt cependant une importance particulière pour la... Lire la suite (18 février)
  • Mandats SNES LR congrès 2014 (Marseille)
    THÈME 1 5.5. La Loi Peillon de juillet 2013 reconnaît l’importance des langues régionales dans l’enseignement. L’emploi de ces langues doit participer à l’épanouissement des élèves, leur permettre une... Lire la suite (Mai 2014)
  • Motion LR congrès FSU 2013 (Poitiers)
    Motion « Langues régionales : une question toujours spécifique et un nouveau contexte » Défendre les langues de France contribue à maintenir et à développer la diversité et la richesse culturelles du... Lire la suite (Février 2013)
  • Mandats SNES LR congrès 2012
    Langues régionales : assurer le développement des enseignements Aujourd’hui, près de 100 000 élèves reçoivent un enseignement de et en langue régionale. Sur le terrain les difficultés sont croissantes... Lire la suite (Mai 2012)
  • Mandats SNES LR congrès 2009
    Thème 1 2.2.2. La diversification des langues vivantes, le maintien et le développement des langues régionales et des langues anciennes sont indispensables. Le SNES demande trois heures d’horaire... Lire la suite (Octobre 2009)