Mandats

Mandats SNES LR congrès 2012

Langues régionales : assurer le développement des enseignements

Aujourd’hui, près de 100 000 élèves reçoivent un enseignement de et en langue régionale.

Sur le terrain les difficultés sont croissantes et les disparités énormes d’une langue à l’autre, d’une académie à l’autre : par exemple, à la Réunion, sur 25 professeurs de créole, la moitié au moins n’enseignent pas le créole, en Bretagne, les horaires de breton optionnel ne sont plus respectés, CALCR non réunis par des recteurs, etc.

Aucun mécanisme particulier ne protège ces enseignements. En effet, depuis la loi Deixonne (1951) aujourd’hui intégrée dans le Code de l’Éducation, le ministre de l’Éducation nationale a constamment procédé par circulaires ou arrêtés. Face à cette situation, le SNES considère pour sa part qu’une loi-cadre est nécessaire pour la promotion des Langues régionales, et pour définir les conditions d’enseignement notamment dans le second degré ; il exige d’être entendu sur le contenu de celle-ci.

En tout état de cause, le rôle du service public d’éducation est devenu prépondérant pour la transmission des langues régionales et leur sauvegarde.

Confortant nos mandats de Strasbourg, de Toulouse et du Mans, nous portons les revendications suivantes :

1. Pour assurer la pérennité des enseignements

–Les rectorats des académies concernées doivent obligatoirement organiser et utiliser les personnels formés.

–Respecter les horaires nationaux pour l’enseignement optionnel et bilingue.

–Créer les conditions d’un accès aux langues régionales pour tous : pas de rupture de cursus, conditions matérielles,
information aux familles.

–Valoriser davantage l’investissement des élèves dans la LR.

2. Pour le recrutement et la formation

–Augmenter le nombre de postes aux CAPES de LR à la hauteur des besoins.

–Revendiquer des actions de formation continue des personnels en poste.

–Mettre en place une agrégation dans chaque LR enseignée, pour l’égalité de déroulement des carrières.

–Ouvrir plus largement les champs de valences des CAPES de LR et organiser des formations pour des titulaires
d’autres disciplines notamment pour répondre aux besoins de l’enseignement bilingue.

3. Pour les conditions de travail et l’affectation des enseignants : respecter les droits des personnels

–Faire respecter les textes partout, obtenir des conditions d’exercice décentes pour les personnels (nombre d’établissements, nombre de niveaux) et un service majoritairement dans la LR.

–Améliorer les conditions d’affectation et de mutation : implanter davantage de postes définitifs pour stabiliser les collègues. Pour le mouvement inter, afin d’éviter in fine des affectations en ATP, une réflexion est nécessaire pour intégrer dans le mouvement général ces disciplines.

Le SNES portera ces revendications à tous les niveaux et dans les instances où il est représenté.

Dans les académies concernées, il veillera à ce que les instances de concertation spécifiques soient mises en place, réunies et consultées, notamment le CALCR (Conseil Académique des Langues et Cultures Régionales) et groupes de travail spécifiques.

Il continuera d’intervenir dans les autres instances obligatoirement consultées sur ces questions : CT, CHS-CT, CAEN et CDEN, CAP.

Autres articles de la rubrique Mandats