Actualité théâtrale

Au T2G Centre Dramatique National de création contemporaine, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 6 avril 2013

"Mémento Mori" Conception Pascal Rambert / Yves Godin

Dans le paysage théâtral, il y aurait, pour schématiser, à une extrémité un plateau occupé par un décor fait de table, chaise et divan, velours, tentures où des comédiens évolueraient en livrant drame, comédie ou vaudeville, et en donnant à entendre au public dialogues et monologue.

Il y aurait, à mi-chemin, dans un décor décalé, des comédiens porteurs de messages. Le propos échapperait au linéaire et passerait par un chemin hors des sentiers battus, par des audaces qui bousculerait l’ordre établi de la narration.

Mais il y aurait, à l’autre bout du paysage, un théâtre qui renierait tous les codes, ferait table rase de tous les éléments habituels, texte, lumière, jeu du comédien.

Et c’est là, à cette extrémité-là que se tiendraient Pascal Rambert et Yves Godin, deux Pierrots lunaires, deux chercheurs d’or, ou créateurs inspirés que leurs élans créatifs tiennent au-dessus de la mêlée avec peut-être, tout simplement, quelques années d’avance sur leur temps.

Les dix premières minutes de "Memento Mori" se passent dans un noir total, dans un silence absolu.

Puis apparaissent des formes mouvantes, peut-être des corps, dans une lueur à peine perceptible.

Ce sont bien des corps. Ils se déplacent dans une sorte d’irréalité.

On les distingue à peine dans un halo brumeux. Il se peut que répartis en différents points du plateau, ils se regroupent.

Dans un peu plus de lumière, on les retrouve au centre de la scène piétinant peut-être des épaisseurs de papier, ce qui pourrait expliquer le crissement qu’on entend.

Puis la lumière grandit. Les corps sont nus et ce qu’on avait pris pour du papier, ce sont des fruits et des légumes, bananes tomates, grappes de raisin.

Une étrange composition de couleur où les corps étendus à plat ventre se meuvent péniblement jusqu’à ce que la lumière les saisisse et les fige dans un noir et blanc superbe. Image magique, peut-être celle qu’on aimerait garder en mémoire comme la seule à retenir d’entre toutes celles qu’on a vues, depuis qu’on fréquente les théâtres.

La couleur survient. Les quatre performeurs se lèvent, s’inclinent deux ou trois fois face au public et disparaissent derrière un rideau noir.

"Memento Mori" se vit sans doute de façon très différente d’un spectateur à l’autre. Une des possibilités est que c’est la magnifique exploration d’un terrain vierge. Une sorte de mystérieux génie qui sortirait d’une boite magique et qu’on ne serait pas très sûr d’avoir vu..

Magnifique.

Francis Dubois

T2G Théâtre de Gennevilliers Centre Dramatique National de Création Contemporaine.

41 avenue des Grésillions 92 230 Gennevilliers

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 41 32 26 26

Accueil

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Unwanted »
    L’auteur, chanteuse et chorégraphe de nationalité britannique, Dorothée Munyaneza, est originaire du Rwanda. Marquée par plusieurs films et documentaires sur le génocide rwandais et le viol des femmes... Lire la suite (23 octobre)
  • « La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis
    « La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays. Jeune,... Lire la suite (21 octobre)
  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)