Actualité théâtrale

Au théâtre du Lucernaire jusqu’au 9 janvier : prolongé jusqu’au 20 mars 2010

« Misérables » Adapté par Philippe Honoré d’après le roman de Victor Hugo

Les Misérables en 1h15, a priori cela intrigue ou cela agace. Tout le monde a lu ou croit avoir lu « Les misérables », mais cela se réduit souvent à une version abrégée ou à des morceaux choisis étudiés en classe. Films, expositions, comédie musicale même, ont fait connaître à tous, les principaux personnages du roman. On croit tout connaître et pourtant quand on se plonge dans le roman on trouve un texte brûlant de révolte contre l’injustice sociale et d’une actualité souvent surprenante ! La Compagnie Philippe Person, que le théâtre du Lucernaire avait invité dans le cadre d’une résidence à travailler sur le thème du rebelle a donc choisi d’adapter ce roman de Victor Hugo.
Dans un décor et un univers musical qui évoquent le cabaret, chansons réalistes à l’appui, trois acteurs, deux hommes et une femme, interprètent ces « Misérables ». Ils sont tour à tour Jean Valjean, Javert, Cosette, Marius, la Thénardier, Eponine ou Monsieur Gillenormand. Ils ne se contentent pas de nous conter la vie de ces héros, ils nous donnent aussi à entendre le souffle des textes de Victor Hugo s’élevant contre la misère et l’injustice sociale et ses plaidoyers en faveur d’une répartition plus juste des richesses et de l’éducation. Dialogues et narration se mélangent « comme dans un fondu enchaîné au cinéma pour nous faire vivre en 1h15 cette vaste fresque ». La mise en scène de Philippe Person, qui joue aussi dans la pièce, ne cherche pas une reconstitution des décors mais s’appuie sur l’effet cabaret, un peu comme si M. Loyal nous contait tout cela pour mieux mettre en évidence le plaidoyer social et politique de Victor Hugo. Tous les changements, décors et costumes se font à vue comme si nous pouvions être sur la scène et dans les coulisses. Les néons signalent des lieux, des personnages et ajoutent une note d’humour déjà présente dans l’adaptation réalisée par Philippe Honoré. Anne Priol, avec une voix et une fraîcheur qui évoquent Orane Demazis, et Emmanuel Barrouyer complètent la distribution. Le choix des textes magnifie la langue de Hugo que l’on apprécie encore plus qu’à la lecture. Si comme les spectateurs à la sortie, le soir où j’y étais, vous avez envie de lire ou de relire Victor Hugo, on peut dire que le pari de la troupe est largement gagné !
Micheline Rousselet

Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre-Dame-des-Champs, 75006 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur
réservation impérative) : 01 45 44 57 34
Du mardi au samedi à 20h (sauf le 15 décembre)
www.Lucernaire.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)