Actualité théâtrale

Jusqu’au 27 août au Théâtre du Lucernaire

« Molière sur le divan »

Et si l’on revisitait Molière en compagnie de Freud ? Examiner Argan, Lucinde, Célimène ou Alceste avec les lunettes de Freud, c’est dévoiler la racine sexuelle de leurs travers et prendre plaisir à regarder en eux les malades que nous pouvons être. Sous le masque de la comédie, le thème de la mélancolie parcourt le théâtre de Molière. A l’écoute des extraits du Malade imaginaire, du Misanthrope ou du Médecin malgré lui, c’est la comédie des névroses qui défile sous nos yeux.
Michèle Brûlé, dont nous avions déjà aimé La ballade de Simone, nous propose ici une enquête oedipienne où les personnages de Molière se télescopent avec le bon sens de Toinette qui, en maîtresse du jeu, troque son costume de soubrette pour celui du psychologue. La mise en scène de Michèle Brûlé conserve l’esprit de la farce et de la comédie. La scénographie de Claire Chérel fait la part belle au rêve. Des panneaux blancs masquent les zones de tabou et les personnages, quand ils ne sont pas au centre de la scène, apparaissent en ombres chinoises ou par flashs pour nous révéler leurs fantasmes. Le décor renvoie à l’expressionnisme tout comme la stylisation du jeu, les costumes influencés par les codes vestimentaires actuels, soulignent la capacité des personnages de Molière à traverser les époques. Parfois les personnages revêtent des masques « à bec », allusion aux médecins de la peste du XVIIème siècle, mais aussi transformation en oiseaux que Freud liait aux cauchemars.
Les acteurs nous entraînent joyeusement dans leurs délires. Il y a le vieillard hypocondriaque (Bruno La Brasca), la belle-mère narcissique (Edith Monteil), la fille hystérique (Diana Laszlo, très drôle dans ses changements de registres), la tante frustrée (excellente Anaïs Tobelem, complètement déjantée) et le fils délirant et dépressif (Paul Spera). Claire Chérel excelle en Toinette, la servante et l’analyste des travers de ses maîtres.
Entrez avec délice dans cette comédie des névroses humaines !
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 18h30
Le Lucernaire
53 rue Notre-Dame-des-Champs, 75006 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 48 91 10

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)