Actualité théâtrale

Théâtre 14, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 6 juillet 2013

"Monsieur Chasse !" de Georges Feydeau Mise en scène de Jean-Paul Tribout

Alors que sa femme Léontine le croit à la chasse avec son ami Cassagne, Duchotel retrouve sa maîtresse au 40 de la rue d’Athènes. Celle-ci n’est autre que l’épouse de Cassagne qui lui, n’a jamais montré la moindre disposition pour la chasse et qui, ayant des doutes sur la fidélité de sa propre femme, a engagé un "commissaire" pour constater l’adultère et procéder à un flagrant délit.

Mais le couple fautif n’est pas le seul à fréquenter le 40 de la rue d’Athènes. On y retrouve Léontine que Moricet, qui a toujours brûlé d’amour pour elle, a convaincue que Duchotel ne chassait pas avec la preuve irréfutable qu’on ne rapporte jamais dans sa gibecière à la fois un lièvre et un lapin, les deux espèces ne cohabitant jamais.

Et c’est le 40 de la rue d’Athènes que Gontran, le neveu de Duchotel a choisi pour passer la nuit avec sa maîtresse…

Jean-Paul Tribout s’est emparé avec enthousiasme et gourmandise de ce déferlement de situations qui mélangent maris, femmes, maîtresses, amants et logeuse au rythme des portes qui claquent.

Sa mise en scène est ce qu’on en attend, vive, virevoltante, efficace pour rendre drôles tous ces moments entrecroisés et les mimiques effarées.

Les comédiens sont parfaits et ne mordent jamais le trait. Ils restent dans la bonne mesure entre l’efficacité comique et une certaine élégance qui évite au spectacle tout dérapage dans un excès qui aurait pu nuire.

Jean-Paul Tribout n’innove en rien. Il reste strictement dans le cadre. Il s’en tient à un travail irréprochable à tous points de vue Sa mise en scène parfaite bénéficie en outre d’un décor d’une élégante simplicité, à dominante blanc cassé. Les taches de couleurs à motifs fleuris des tapisseries qui apparaissent, quand les portes des chambres s’ouvrent, sont du meilleur effet.

Le public qui remplit complètement la salle connaît d’évidence le théâtre, les comédiens, le metteur en scène, le directeur des lieux (Emmanuel Dechartre qui interprète ici Cassagne). C’est un public d’habitués, peut-être de proximité. Ce qu’on lui propose à voir est à sa convenance.

Il applaudit à tout rompre, ressort satisfait, parle déjà de la prochaine saison…

Au théâtre 14, on est chez soi !

Francis Dubois

Théâtre 14, 20 avenue Marc Sangnier 75 014 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 45 45 49 77

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)