Mandats

Motion congrès FSU 2007 (Marseille)

Thème I

V.2.l.e. Langues régionales : une question spécifique.

Les langues régionales participent de la diversité constitutive de l’identité nationale.

La France a signé la "Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles" ainsi que la "Convention sur la sauvegarde du patrimoine immatériel de l’humanité".

Ces deux textes ont maintenant valeur de loi dans notre pays. Ils doivent donc être mis en œuvre et permettre la promotion des langues et cultures de France.

De l’initiation à l’enseignement dans la langue en passant par l’optionnel ou le bilinguisme à parité horaire, les demandes, l’offre, les situations sont diverses. Pour la FSU, toutes ces formes d’enseignement doivent être développées dans le Service Public pour contribuer à enrichir les pratiques linguistiques. Comme pour les LVE, nous exigeons une véritable diversification, la continuité sur l’ensemble du cursus scolaire, le respect des horaires nationaux et des conditions décentes d’enseignement. Cela nécessite d’assurer dans le Service Public la cohérence de parcours de la maternelle à l’Université.

Depuis 2002, la situation des langues régionales n’a pourtant pas cessé de se dégrader en terme de moyens et de statut (nombre de postes au CAPES externe divisé par trois, abandons ou flux vers l’enseignement privé associatif et confessionnel), place dans les examens et concours...). Le conventionnement spécifique État-Régions imposé par la loi Fillon va aggraver les inégalités sur le territoire national.
En tout état de cause, L’État doit rester maître d’œuvre en matière de recrute-ment, formation et affectation des enseignants comme des programmes. Déjà,en Corse, la FSU dénonce la distorsion au niveau des recrutements par concours spécifique, liée aux compétences élargies de la collectivité territoriale de Corse et à la convention Etat-région.

Pour que le recrutement des enseignants soit à la hauteur des besoins, il convient d’augmenter notablement le nombre de postes aux concours de recrutement (concours spécifiques dans le 1er degré,CAPES monovalents ou CAPLP pour les enseignants du 2nd degré création d’une agrégation).

Pour l’enseignement à parité horaire,le CAPES dans une discipline non linguistique doit comporter une option en langue régionale. La formation continue doit permettre de valider une formation en langue régionale pour les enseignants déjà recrutés. La FSU doit à tous les niveaux être une force de propositions cohérente (CALR, CDEN, CAEN,CTEN,CTP...).

Au delà de l’enseignement, des mesures doivent être prises aussi dans le domaine de la création et de la diffusion culturelle et de la vie sociale

Autres articles de la rubrique Mandats