Actualité théâtrale

Jusqu’au 12 novembre au CineXIII

« Moulins à paroles »

Les trois monologues, réunis sous ce titre, ont été écrits pour la BBC (sous le titre de Talking heads) par le dramaturge, romancier, scénariste, réalisateur et acteur Alan Benett. Dans le premier, une jeune actrice, Leslie, est prête à tout pour saisir La chance de sa vie et tombe dans tous les pièges … et les lits, de ceux qui prétendent lui ouvrir la carrière à laquelle elle aspire. Nuits dans les jardins d’Espagne donne la parole à Rosemary, parfaite femme au foyer qui envie sa voisine au jardin si parfait, laquelle l’invite chez elle alors qu’elle vient de tuer son mari ! Á l’insu de son époux, Rosemary va nouer une amitié avec la meurtrière. Dans Un lit parmi les lentilles , c’est la femme d’un vicaire, exaspérée par les bondieuseries des bigotes fans de son mari, qui trouve refuge dans l’alcool … et le lit d’un épicier indien.

Il y a une jolie progression d’un monologue à l’autre. La naïve Leslie garde ses espoirs d’actrice, mais prend conscience de la façon dont les hommes la bernent. Les deux autres qui vivent, enfermées dans l’ombre des hommes, une vie médiocre et étriquée vont ouvrir les yeux et trouver le moyen de faire le pas de côté qui leur donne identité et dignité. On aime par-dessus tout dans ces monologues le ton si particulier de la comédie anglaise. Le drame passe dans les interstices de la comédie, les dialogues brillants conduisent à une chute courte et toujours surprenante. On se régale de cet humour. Rosemary, appelée par sa voisine qui vient de tuer son mari, se dit qu’il sera difficile de récupérer le tapis avec cette tâche de sang, demande ensuite à la meurtrière si elle a appelé les urgences puis se dit que ce n’est peut-être pas une urgence et que l’urgence, c’est plutôt de faire le thé !

Théâtre : Moulins à paroles

Dans une mise en scène astucieuse de Diane de la Croix, Roxane Turmel incarne avec talent ces trois femmes. Pour chaque nouveau monologue on la voit en ombre chinoise se changeant derrière un rideau, passant de la robe moulante de l’apprentie actrice à la tenue de jardinière avec chapeau de soleil et enfin se transformant en femme de vicaire au bord de la crise de nerf avec son serre-tête, sa croix autour du cou et ses grosses lunettes. En quelques secondes, elle passe du rire au sérieux, s’étonne, fait la moue, s’indigne et toujours nous touche et nous fait rire en même temps. Elle est formidable !

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 19h

Ciné XIII

1 avenue Junot, 75018 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 54 15 12

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (3 juillet)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (28 juin)
  • « Anne Baquet, soprano en liberté »
    Une soprano à la voix magnifique, c’est ce qu’on attend, mais quand en plus elle est rieuse, joueuse, sensuelle, bourrée d’énergie et d’humour et qu’elle forme un duo très drôle avec sa pianiste Claude... Lire la suite (14 juin)
  • « Monsieur de Pourceaugnac »
    Á Paris Eraste et Julie sont épris l’un de l’autre, mais Oronte le père de Julie a décidé de la marier avec un riche gentilhomme limousin, Monsieur de Pourceaugnac. Pour faire échouer ce projet une... Lire la suite (13 juin)
  • « Colette et l’amour »
    C’est à un « cabaret littéraire » que souhaite nous convier Philippe Tesson. On pense plutôt à une conversation animée qui fait vivre le personnage de Colette et son entourage, une Colette gourmande,... Lire la suite (13 juin)