Actualité théâtrale

Du 7 au 14 juin au Théâtre du Rond Point

" My secret garden "

Stanislas Nordey poursuit sa collaboration artistique avec le jeune auteur allemand Falk Richter, avec comme projet d’investir le politique dans l’œuvre artistique. C’est à une mise en scène du journal intime de l’écrivain que s’attachent les deux hommes, Stanislas Nordey se faisant sur scène la voix de l’écrivain. Le texte semble se construire en même temps qu’il est dit, d’où toutes les questions qui habitent le début de la pièce, sur ce qu’elle pourrait être et sur son titre éventuel. Bien qu’ayant l’apparence d’un journal intime, on est aux antipodes d’un exercice narcissique. D’ailleurs Falk Richter préfère parler d’autofiction, une fiction dramatique qui naît de sa pensée, de ses souvenirs de jeune Allemand, au regard plutôt désabusé sur l’Allemagne d’après-guerre.

La pièce démarre par un long monologue de Stanislas Nordey. C’est le propos d’un jeune homme rageur et à l’humour corrosif qu’il nous fait entendre. Il est face au spectateur et impose une présence très physique. Derrière lui un empilement de caisses d’acier forme un mur qui reflète les lumières, devient le support de quelques images, avant d’être démonté par les acteurs à la fin de la pièce à l’image d’un monde qui ne laisse derrière lui que des traces matérielles dérisoires. Par sa bouche Falk Richter se raconte, évoque sa vie auprès de parents passablement intrusifs, se livre à un examen sans indulgence de son pays, l’Allemagne, du passé hitlérien à l’Allemagne libérale, prospère et arrogante d’aujourd’hui. Stanislas Nordey fait peser le poids de chaque mot et chaque mot compte. Il est ensuite rejoint par deux autres comédiens, Laurent Sauvage et Anne Tismer, qui vont relayer les différents points de vue et niveaux de lecture de la pièce. Anne Tismer est merveilleuse d’humour et de fausse naïveté. Son énergie laisse les spectateurs époustouflés, au bord d’une explosion de rires et d’applaudissements vite contenus. C’est une grande performance d’acteurs qu’elle et Stanislas Nordey nous offrent avec cette pièce.
Micheline Rousselet

après une présentation le 30 mai à l’Apostrophe-Théâtre des Louvrais à Pontoise,
Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h
au Théâtre du Rond Point
2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21
www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Unwanted »
    L’auteur, chanteuse et chorégraphe de nationalité britannique, Dorothée Munyaneza, est originaire du Rwanda. Marquée par plusieurs films et documentaires sur le génocide rwandais et le viol des femmes... Lire la suite (23 octobre)
  • « La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis
    « La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays. Jeune,... Lire la suite (21 octobre)
  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)