Actualité théâtrale

du 7 au 30 juillet au théâtre du Balcon, festival d’Avignon

« Night in white Satie »

Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau melon et son parapluie, un musicien qui invente des titres dingues, Gymnopédie, Morceaux en forme de poire, Embryons desséchés . Erik Satie, né à Honfleur, renvoyé du conservatoire puis réadmis, qui crée son propre système d’annotations musicales - pour que les musiciens ne s’ennuient pas peut-être – dadaïste ami de Mallarmé, Verlaine, Cocteau, Debussy, Picasso, Picabia et Tzara, célèbre par ses provocations et ses excentricités, intrigue et fascine. Pour le cent-cinquantième anniversaire de sa naissance, l’ADAMI a souhaité lui rendre hommage et a confié à Pierre Notte le soin de concevoir et mettre en scène ce spectacle.

Théâtre : Night in white satie

Et le résultat est un régal. Sur scène tout est Satie, sans que personne ne l’incarne. Un piano à queue en majesté, une pianiste-chanteuse (Donia Berriri) une chanteuse comédienne (Anita Robillard, un comédien chanteur (Kevin Mischel) et un éblouissant danseur comédien très joueur (Nelson-Rafaell Madel). Dans ce joyeux bordel s’invite Nicole Croisille, avec son châle plissé rouge, qui apporte avec talent la note cabaret, celle des lieux où Satie gagnait sa vie. Tous jouent du Satie, disent du Satie et on ne s’en lasse pas. Quelques exemples ? « N’entrez pas dans une maison où il n’y a pas de musique d’ameublement » ou encore « On peut tout faire avec trois trompettes » ou encore « Ravel refuse la légion d’honneur. Mais toute sa musique l’accepte ». Tous les acteurs et chanteurs disent Satie, le dansent, le chantent aussi, et ce n’est pas triste. Ils s’amusent et nous aussi. On se tord de rire en écoutant ce morceau d’anthologie qu’est « Allons-y chochotte », on joue et on peut gagner des haricots, des balles de ping-pong pleuvent, la folie gagne peu à peu. Quel magnifique hommage à Satie !

Micheline Rousselet

Du 7 au 30 juillet à 22h15, relâches les 11, 18 et 25

Théâtre du Balcon, Festival d’Avignon

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)