Actualité théâtrale

Théâtre des Mathurins jusqu’au 30 juin 2013

"Ninon Lenclos ou la liberté" de Hippolyte Wouters Scénographie Cyrielle Clair

Ninon de Lenclos est une femme de plaisir. Françoise d’Aubigné, future Madame de Maintenon, est une femme austère et de pouvoir.

Elles étaient amies mais, devenues rivales en amour, elles se sont éloignées l’une de l’autre. Chacune de son côté a pleinement réalisé ses ambitions. L’une mettant son intelligence au service de son cœur, l’autre son cœur au service de son intelligence.

L’avantage de Ninon de Lenclos est d’y être parvenue en se laissant aller à sa nature et d’avoir fait vivre en harmonie les élans de son cœur et les exigences de son esprit.

Hippolyte Wouters a écrit une pièce sur la confrontation de ces deux fortes personnalités en insistant sur les contrastes. Il l’a écrite en alexandrins à la manière d’un classique mais avec assez de clins d’œil et d’espièglerie pour que  « Ninon Lenclos ou la liberté  » n’apparaisse pas comme une œuvre prétentieuse ou « à la manière de », mais comme un divertissement bon enfant que vient soutenir le jeu léger, voire parfois franchement cocasse des comédiens.

L’intrigue est habile et la construction de la pièce joue adroitement avec les ellipses. Personne ne sort vainqueur ni vaincu de cette histoire de rivalité et du cheminement parallèle de deux personnages qui laissent petit à petit apparaître, derrière les affrontements, leur vraie nature, beaucoup plus nuancée et généreuse qu’il n’y avait paru.

La malice qui est dans l’écriture, dans la façon dont s’amorcent les rebondissements, dans ce qui est attendu autant que dans ce qui est imprévisible se transmet au jeu des comédiens et les écarts de comportement du roi, hors des règles et de l’étiquette, en sont un bon exemple.

Hippolyte Wouters joue avec les mots. Il se joue des rimes et assume certaines facilités avec une évidente jovialité. Il n’a certainement pas la prétention d’avoir écrit une œuvre pour la postérité. Il suffit pour lui qu’elle ravisse les comédiens qui la disent et comblent de plaisir les spectateurs qui l’écoutent.

C’est le cas, de toute évidence, à compter les nombreux rappels !

Francis Dubois

Théâtre des Mathurins 36 rue des Mathurins 75 008 Paris

Réservations au 01 42 65 90 00 .

www.theatredesmathurins.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis
    « La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays. Jeune,... Lire la suite (21 octobre)
  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)