Autour du Jazz

Noir c’est Noir, un message de Ran Blake pianiste, compositeur et octogénaire. Un Chabrol mis à nu

Claude Chabrol a souvent dissimulé la profondeur de ses films derrière un détachement, une ironie pour se présenter simplement comme un "faiseur", un artisan. Pourtant, à ce bon vivant, le noir lui sied comme un gant de boxe à un boxeur.

Jazz : ran Blake

Ran Blake, pianiste et spécialiste des films dits "noirs" en français et de série B, en redonne comme le substantiel suc via la musique qu’il a composée pour la plus grande partie des pièces qu’il présente dans cet album Impulse sobrement intitulé "Chabrol Noir". Ces 17 compositions peuvent s’entendre comme une suite. Elle commence par "Cemetery", pour bien marquer l’ambiance et se termine bizarrement par un thème de Michel Legrand extrait des « Parapluies de Cherbourg », « Watch what happens », qu’est-il arrivé ? Est une bonne question de fin. On se le demande encore. Façon de justifier d’entendre cette musique une nouvelle fois pour essayer d’en épuiser la beauté et l’angoisse.

Il est en compagnie, pour certains thèmes, du saxophoniste Ricky Ford avec qui il a déjà enregistré, un de ses possibles élèves et de Dominique Eadé, vocaliste étrange bien dans l’univers du pianiste pour rendre encore plus mystérieux cette référence à la « Rupture » intitulé « I’am going to see my son ».

Il arrive, en écoutant certaines des compositions, de voir évoluer cette créature venue d’on ne sait quels cieux, remplir l’écran des jours noirs de Chabrol, Isabelle Huppert et d’autre Jean Yanne dans « Le boucher » ou d’autres encore. Un vrai festival.

L’art de Ran Blake est fait de ces évocations jouant sur la pédale du piano pour appeler à la rescousse les harmoniques qui flottent et s’évaporent tout en laissant transpirer quelque chose qui pourrait s’apparenter à une image aussi vite disparue que parue. Du grand art.

Nicolas Béniès .

« Chabrol noir », Ran Blake, Impulse/Universal.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Golan, Al Joulan »
    Un groupe qui prend comme nom « Golan » ou « Al Joulan » en arabe fait clairement référence à ces populations syriennes et druzes habitant sur le plateau pour affirmer, quelle que soit l’intention de... Lire la suite (30 novembre)
  • « Regards de Breizh »
    Deux compositeurs ou metteurs en images se partagent cet album qui se veut tout autant une ode à la Bretagne, terre de naissance, et au jazz, à l’enfance disparue et à la musique de demain sinon... Lire la suite (30 novembre)
  • « Eisler explosion »
    Das Kapital est, normalement, un trio. Daniel Erdmann aux saxophones, Hasse Poulsen à la guitare et Edward Perraud à la batterie explosive, construisent une musique qui sait parler de mémoires, la... Lire la suite (29 novembre)
  • « Freedom, Now ! »
    Un groupe qui s’appelle « Free Human Zoo » et qui se permet de pratiquer l’oxymore : un zoo en liberté, est-ce un zoo ? Est-on en liberté dans un zoo ? ne peut pas être fondamentalement mauvais ou... Lire la suite (29 novembre)
  • « Almot Wala Almazala »
    La Syrie est sous les bombes. Encore et encore… L’opposition démocratique a fait sienne ce slogan, la mort plutôt que l’humiliation, « Almot Wala Almazala » dans l’original et qui sert de titre à cet... Lire la suite (28 novembre)