Autour du Jazz

Noir c’est Noir, un message de Ran Blake pianiste, compositeur et octogénaire. Un Chabrol mis à nu

Claude Chabrol a souvent dissimulé la profondeur de ses films derrière un détachement, une ironie pour se présenter simplement comme un "faiseur", un artisan. Pourtant, à ce bon vivant, le noir lui sied comme un gant de boxe à un boxeur.

Jazz : ran Blake

Ran Blake, pianiste et spécialiste des films dits "noirs" en français et de série B, en redonne comme le substantiel suc via la musique qu’il a composée pour la plus grande partie des pièces qu’il présente dans cet album Impulse sobrement intitulé "Chabrol Noir". Ces 17 compositions peuvent s’entendre comme une suite. Elle commence par "Cemetery", pour bien marquer l’ambiance et se termine bizarrement par un thème de Michel Legrand extrait des « Parapluies de Cherbourg », « Watch what happens », qu’est-il arrivé ? Est une bonne question de fin. On se le demande encore. Façon de justifier d’entendre cette musique une nouvelle fois pour essayer d’en épuiser la beauté et l’angoisse.

Il est en compagnie, pour certains thèmes, du saxophoniste Ricky Ford avec qui il a déjà enregistré, un de ses possibles élèves et de Dominique Eadé, vocaliste étrange bien dans l’univers du pianiste pour rendre encore plus mystérieux cette référence à la « Rupture » intitulé « I’am going to see my son ».

Il arrive, en écoutant certaines des compositions, de voir évoluer cette créature venue d’on ne sait quels cieux, remplir l’écran des jours noirs de Chabrol, Isabelle Huppert et d’autre Jean Yanne dans « Le boucher » ou d’autres encore. Un vrai festival.

L’art de Ran Blake est fait de ces évocations jouant sur la pédale du piano pour appeler à la rescousse les harmoniques qui flottent et s’évaporent tout en laissant transpirer quelque chose qui pourrait s’apparenter à une image aussi vite disparue que parue. Du grand art.

Nicolas Béniès .

« Chabrol noir », Ran Blake, Impulse/Universal.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • "La comtesse aux pieds nus"
    Rhoda Scott, née le 4 juillet 1938, organiste, s’est fait remarquer – et toute la presse en est l’écho – en jouant pieds nus. Plus agréable pour elle, sans doute. Le reste, son jeu, sa capacité de... Lire la suite (27 mars)
  • "L’Arménie au cœur"
    Ce n’est jamais une bonne idée que d’ignorer ses racines, qu’elles soient réelles ou imaginaires. Le jazz, musique ouverte, a toujours permis l’arrivée de nouveaux affluents. Par définition, il ne se... Lire la suite (17 mars)
  • "Quand un pianiste rencontre un accordéoniste…"
    Les noms parlent et parlent du Sud. Jean-Marie Machado et Didier Ithursarry, l’un sent bon l’Andalousie et le Flamenco, l’autre le Pays Basque et cette langue rugueuse, étrange comme venue... Lire la suite (17 mars)
  • « For Maxim, a jazz love story », Julie Saury
    Il doit rester un grand fonde de sexisme lorsqu’il est question de musique et, particulièrement, dans le jazz. Les instruments auraient un sexe. La batterie notamment serait, malgré son genre,... Lire la suite (14 février)
  • « Elvin Jones, New York City – Stockholm, 1956-1962 »
    Elvin – son seul prénom suffit, le deuxième était Ray, 1927-2004 – est connu comme le batteur du quartet historique de John Coltrane qui a révolutionné dans les années 1960 les mondes du jazz.... Lire la suite (31 janvier)