Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Marion Hansel (Belgique Allemagne)

"Noir océan" Sortie en salles le 22 juin 2011

Trois jeunes gens engagés dans la marine militaire française sont en mission dans le Pacifique pour participer à des essais nucléaires. L’action se déroule presque entièrement sur un navire au large de Tahiti. Nous sommes en 1972 mais le récit pourrait se situer tout autant, il y a quelques années aux Malouines ou actuellement en Afghanistan ou en Somalie.
"Noir Océan" n’est pas un film engagé qui prendrait position sur l’utilité ou pas de ces expériences contestées, sur la manière dont elles sont menées, ou sur l’ignorance des populations des dangers qu’elles encourent.
C’est un film intimiste qui prend en charge tour à tour les trois protagonistes confrontés à des violences, des rivalités, des dangers et à l’autorité aveugle de supérieurs bornés.
Marion Hansel a adapté pour l’occasion, deux nouvelles d’Hubert Mingarelli. Elle les a associées et a souhaité réaliser, en traitant les méandres de la fin de l’adolescence, de la rupture avec le monde de l’enfance, un film fragile.
L’idée pour cela de s’en remettre à l’univers bien particulier de l’armée, d’un monde exclusivement masculin, montré ici comme un terrible huis-clos, était une bonne idée.

Mais alors, n’aurait-il pas fallu brider un peu plus qu’elle ne le fait son récit, mieux maîtriser sa construction narrative, laisser de côté ou traiter sans mièvrerie les clichés tels que le chien fidèle mais encombrant compagnon. Ne pas accorder le pompon de la plus grande sensibilité, au final, à celui des trois garçons qui paraissait être le plus à même de franchir l’épreuve.
Tout cela appauvrit terriblement le propos et laisse complètement de côté le contexte.
Suffisait-il de la part de ces jeunes gens, qui sont là comme ils pourraient être ailleurs, de quelques interrogations teintées d’inquiétude, au moment où, après l’explosion, ils regardent s’élever dans le ciel, le gigantesque champignon.
On regarde vivre sur un navire de guerre un jeune homme encore très tendre mais qui va bientôt cesser de l’être, un autre qui paraissait hardi et conquérant, qui nous a trompé sur sa vraie personnalité et un troisième, bon-gros-bonne-pâte qui, en attendant de s’aguerrir, s’avérera être le plus résistant.
On assiste avec eux au lever du drapeau, on s’ennuie avec eux au cours d’une interminable nuit de garde, on est révolté comme eux face à la bêtise des chefs, au ridicule des rituels, au mécanisme des rivalités.
Le seul sujet à traiter ne l’est finalement pas. C’était celui de l’ignorance des trois jeunes gens face à la mission à laquelle ils participent, le fait qu’ils puissent être engagés dans des moments décisifs pour l’humanité, sans en avoir vraiment conscience.
Rien là-dessus ! Un choix ou un omission ?
La réalisatrice belge Marion Hansel aurait-elle perdu la main ?
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "Corps et âme"
    Maria est la nouvelle responsable-qualité recrutée par une entreprise d’abattage de bêtes dont Endre est le directeur financier. Lorsque Maria, personnage inhibé et solitaire, voit apparaître en... Lire la suite (22 octobre)
  • « Brooklyn Yiddish »
    Menashé habite et travaille dans le quartier juif ultra orthodoxe de Brooklyn. Modeste employé dans une épicerie, il a du mal à joindre les deux bouts. Cependant, après la mort de sa femme, il... Lire la suite (22 octobre)
  • « Mémoires d’un condamné »
    Jules Durand, docker-charbonnier au port du Havre et syndicaliste modéré, est condamné à mort en novembre 1910 pour un crime qu’il n’a pas commis. « Le Dreyfus des ouvriers » sera innocenté par la cour... Lire la suite (21 octobre)
  • « Tous les rêves du monde »
    Pamela est une jeune fille portugaise de la deuxième génération. Elle vit en France et elle est parfaitement intégrée à la société française. Cependant, très attachée à sa famille restée fidèle à la... Lire la suite (20 octobre)
  • « Laissez bronzer les cadavres »
    Au bord de la Méditerranée, en plein été, sous un soleil de plomb. Pour cacher leur butin, deux cent cinquante kilos d’or en barre, fruit de l’attaque d’un fourgon, Rhino et ses comparses ont trouvé... Lire la suite (15 octobre)