Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Cagla Zencirci et Guillaume Giovanetti (Turquie-Pakistan-France)

"Noor" Sortie en salles le 23 avril 2014

Noor veut être un homme.

Il a décidé de ne plus appartenir à la communauté des Khusras, celle des transgenres au Pakistan.

Il a définitivement tourné la page de l’histoire d’amour malheureuse qu’il a eue avec l’un d’entre eux.

Désormais, il a un travail d’homme dans une société de décoration de camions et n’a qu’un projet en tête : rencontrer une femme qui l’acceptera tel qu’il est.

Passionnés de culture pakistanaise, Guillaume Giovanetti qui a beaucoup vécu dans le pays et Cagla Zenciri qui est turque ont, au contact de la population locale, et en découvrant les différents aspects du pays, décidé d’y tourner un premier court métrage documentaire.

Le pays est devenu pour eux une telle source d’inspiration qu’ils y ont situé le déroulement de " Noor", leur premier long métrage, toujours en collaboration.

Au Pakistan, les Khusras font partie de la société civile en particulier au Pendjab et à Karachi. Ils sont composés de transsexuels, de transgenres ainsi que d’hommes qui se travestissent en femme pour gagner leur vie.

Certains pensent d’eux que ce sont des êtres dotés de pouvoirs spirituels liés au grand dénuement dans lequel ils vivent.

"Noor" est une sorte de voyage initiatique, de road-movie, de quête de soi innocente à la limité du conte, qu’effectue le personnage, animé par le profond désir de rencontrer une femme qui voudra partager sa vie.

Le but du voyage est un lac de montagne dont la légende raconte qu’il était habité par des fées avant de l’être par des humains et que ces fées ont encore le pouvoir d’exaucer les vœux de ceux qui les approchent.

Abandonné par celle qu’il désirait épouser, Noor effectuera le voyage au volant d’un camion volé à un routier. Le voyage sera pour lui l’occasion de faire de multiples rencontres et pour les réalisateurs de faire partager au spectateur l’évidente admiration qu’ils portent au Pakistan.

Sans toutefois tomber dans la démonstration ou dans le folklore, ils choisiront dans la première partie du film de montrer, sous prétexte de décor, ces magnifiques camions décorés, peints, constellés d’accessoires de toutes sortes et dont le dispositif lumineux, en fait, de nuit, d’étranges illuminations mobiles.

Une cérémonie mortuaire musicale, une séance de transes et la traversée de superbes paysages ponctuent le voyage.

Au bord du lac finalement atteint, lorsque Noor découvrira qu’aucune des fées absentes n’exaucera son vœu, il acceptera d’une femme à la recherche de son mari et de l’enfant qu’on lui a enlevé et qui a perdu tout espoir de les retrouver, qu’elle l’initie à la danse dont la pratique lui est interdite en tant que femme.

Le film se déroule au gré de scènes qui se partagent entre naïveté, maladresse parfois et moments de grâce. Ces éléments narratifs improbables mêlés provoquent une alchimie positive dont il se dégage un charme indéniable.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Laissez bronzer les cadavres »
    Au bord de la Méditerranée, en plein été, sous un soleil de plomb. Pour cacher leur butin, deux cent cinquante kilos d’or en barre, fruit de l’attaque d’un fourgon, Rhino et ses comparses ont trouvé... Lire la suite (15 octobre)
  • « Bricks »
    La fabrication des briques espagnoles incarne la réussite puis la faillite économique d’un pays. La destruction d’un matériau symbolique sacrifié par la crise, par l’abandon de chantiers de... Lire la suite (15 octobre)
  • « The square »
    Christian est un homme divorcé qui aimerait consacrer plus de temps à ses deux jeunes enfants. Conservateur d’un musée destiné à exposer des œuvres d’art contemporain, il appartient à cette catégorie... Lire la suite (14 octobre)
  • « L’Assemblée »
    Le 31 mars 2016, place de la République à Paris, naît le mouvement « Nuit Debout ». Ce seront, au quotidien et pendant trois mois, des rassemblements pacifistes qui ne sont pas des manifestations de... Lire la suite (14 octobre)
  • « L’école buissonnière »
    Paul, une douzaine d’années, a toujours vécu entre les murs d’un orphelinat. Lorsqu’il est confié à Célestine, une dame de la campagne, sa vie va totalement changer. Célestine qui sert au château est... Lire la suite (11 octobre)