Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Norberto Lopez Amado et Carlos Carcas (Royaume Uni / Espagne)

"Norman Foster, une vie d’architecte" Sortie en salles le 16 mai 2012

Norman Foster est issu d’une famille modeste de Manchester. Né en 1935, il quitte l’école à 16 ans pour rentrer dans la vie active avant de faire son service militaire dans la Royal Air Force.
Parallèlement à des petits boulots, il suit des cours d’architecture et d’urbanisme à l’Université de Manchester d’où il sort diplômé en 1961.
Grâce à une bourse, il rejoint l’Université de Yale où il obtient une maîtrise d’Architecture.
En 1963, il fonde le cabinet Team 4 en compagnie de Richard Rogers.
Un travail effectué pour les usines Reliance de Swindon impose l’architecture dite High tech dont ils feront leur marque de fabrique.
En 1967, Team 4 est dissout et Norman Foster monte le cabinet Foster Associates, bientôt rebaptisé Foster + partners qui compte aujourd’hui parmi les plus importants cabinets mondiaux, regroupant plus de 500 collaborateurs répartis dans plusieurs agences à travers le monde pour des projets conduits dans plus d’une vingtaine de pays.

En 2007, Carlos Carcas est chargé de couvrir la remise à Norman Foster du Prix Aga Khan d’architecture et c’est à la lumière de cet événement que l’idée d’un documentaire sur le célèbre architecte prend forme.
La difficulté majeure, qu’on rencontrée les deux cinéastes dans leur travail, fut de parvenir à tracer le portrait d’un homme en perpétuels déplacements et qui, dans un premiers temps ne voyait pas la nécessité de réaliser un film sur son nom et sur son œuvre.
Une autre difficulté fut, pour les deux cinéastes qui n’avaient pas, au départ du projet, une grande connaissance dans le domaine, de se rendre compte que filmer l’architecture est une entreprise très compliquée.
Ils ont alors choisi de capter les émotions qui émanent de chaque bâtiment, l’apesanteur, la spiritualité, la prise de risques et de les considérer comme des personnages.
Pour cela, ils ont fait une sélection des réalisations qui leur semblaient les plus à même de raconter une histoire.
Depuis le Viaduc de Millau jusqu’à l’Aéroport de Londres en passant par l’Université libre de Berlin ou l’Aéroport international de Hong-Kong, les édifices tracent le parcours de cet homme amoureux de la beauté, jamais complètement satisfait de ses réalisations une fois achevées, qui pense que tout est perfectible et qui ne craint pas de prendre des risques.
On peut reprocher au film sa facture trop académique mais "Norman Foster" a, en dépit de sa forme classique, le mérite de réussir le portrait d’un homme hors du commun, fort de réalisations colossales et novatrices à travers le monde mais qui n’est pas sans faille et qui n’échappe pas pour autant, aux faiblesses ordinaires de tout être humain.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "Corps et âme"
    Maria est la nouvelle responsable-qualité recrutée par une entreprise d’abattage de bêtes dont Endre est le directeur financier. Lorsque Maria, personnage inhibé et solitaire, voit apparaître en... Lire la suite (22 octobre)
  • « Brooklyn Yiddish »
    Menashé habite et travaille dans le quartier juif ultra orthodoxe de Brooklyn. Modeste employé dans une épicerie, il a du mal à joindre les deux bouts. Cependant, après la mort de sa femme, il... Lire la suite (22 octobre)
  • « Mémoires d’un condamné »
    Jules Durand, docker-charbonnier au port du Havre et syndicaliste modéré, est condamné à mort en novembre 1910 pour un crime qu’il n’a pas commis. « Le Dreyfus des ouvriers » sera innocenté par la cour... Lire la suite (21 octobre)
  • « Tous les rêves du monde »
    Pamela est une jeune fille portugaise de la deuxième génération. Elle vit en France et elle est parfaitement intégrée à la société française. Cependant, très attachée à sa famille restée fidèle à la... Lire la suite (20 octobre)
  • « Laissez bronzer les cadavres »
    Au bord de la Méditerranée, en plein été, sous un soleil de plomb. Pour cacher leur butin, deux cent cinquante kilos d’or en barre, fruit de l’attaque d’un fourgon, Rhino et ses comparses ont trouvé... Lire la suite (15 octobre)