actualités

Note du groupe histoire géo pour le CSE de mercredi 31 mars sur les programmes histoire géo 2nde

 
1) La consultation menée auprès des collègues sur le projet a permis de mettre en évidence un fort mécontentement sur le projet, particulièrement en histoire.
-  programme trop lourd et infaisable dans les horaires, si l’on veut garder un peu de temps pour faire réfléchir les élèves et faire acquérir les méthodes propres à la discipline. Il va obliger à un zapping permanent, et ne va pas laisser aux professeurs le temps de mettre en place les démarches nécessaires à des épreuves de bac qui doivent rester exigeantes en terme d’analyse critique et de réflexion de la part des élèves. Or, les modules d’histoire qui permettaient de travailler en petits groupes ont disparu des grilles nationales.
-  Programme laissant très peu de latitude aux enseignants dans leur mise en œuvre : études d’exemples ou de questions particulières sont contraintes en histoire surtout.
 
Nous prenons acte que des modifications intervenues après la consultation, elles ont permis de corriger partiellement le premier point, de façon plus marquée le deuxième point en laissant plus de liberté pédagogique laissée à l’enseignant dans la mise en œuvre des thèmes en histoire.
La modification d’intitulés en géographie nous semble aussi une bonne chose. Néanmoins, on peut émettre des réserves sur le choix du développement durable comme fil rouge du programme si le sens de la notion et sa mise en œuvre dans l’enseignement ne sont pas accompagnés d’un effort de formation conséquent des enseignants afin d’éviter les écueils du catastrophisme et du discours écologique gadgétisé.
 
-  L’économie même des programmes ne convainc pas la profession : pourquoi ce fil directeur sur les Européens ? Cela pose un problème épistémologique (quels Européens, quelle Europe avec quelles « frontières » dans les périodes envisagées ?), un problème en terme d’enjeux pour les futurs citoyens : faut il créer un sentiment d’appartenance en reconstruisant un passé laissant croire à une « vieille » histoire de l’Europe, face à d’autres mondes, marqués par la diversité et qui n’existent que quand des Européens les abordent ?
Cette approche européo-centrée a été largement dénoncée dans les retours de la consultation. Notamment la disparition du chapitre sur la Méditerranée au Moyen Age, qui permettait, pour une fois, de changer d’angle de vue et de traiter des apports de la civilisation arabe (à pas seulement de l’Islam !) et à travers elle de celle de l’Orient (Inde, Chine) à l’Occident. Le choix fait de traiter à la place l’occident médiéval chrétien est certes cohérent avec le fil directeur du programme, mais il reprend ce qui a été vu au collège en 5ème !
Cela fait des années que nous réclamons une autre approche, celle d’un monde vu d’ailleurs. Alors que le renouveau historiographique est riche de pistes novatrices et qu’il aurait été très intéressant de traiter avec les élèves (histoire globale, connectée, « l’autre histoire du monde », les différemment moments de la civilisation, géohistoire…), la commande politique a visiblement téléguidé l’écriture de ce programme : il faut écrire un « roman européen » comme on a écrit autrefois un « roman national ».
 
Sur ce point très important en terme d’enjeux, le groupe d’expert n’a pas revu le programme, si ce n’est la « diversité » des mondes du passé qui a disparu, et l’essor urbain au Moyen Age qui a été introduit et qui permet d’aborder, éventuellement, la question des villes de contact entre civilisations (mais encore cela mériterait il d’être précisé comme tel dans les programmes).
Ainsi, l’Europe va découvrir d’autres mondes (th 4) mais elle ne leur doit rien… !
Or, les approches des civilisations extra-européennes restent très marginales dans le programme du collège (centré eux aussi sur France et occident). Il était temps, au lycée, d’y venir plutôt que de reprendre des thèmes déjà traités ! Le programme de 1ère ne permettra pas non plus cette approche, puisqu’il va concentrer sur une année, ce qui se faisait sur deux !
 
 
Etant donné :
-  le poids de la commande politique en particulier en histoire
-  le contexte de la réforme du lycée qui dénature l’enseignement de l’histoire géo en regroupant dans un tronc commun élèves de séries différentes en 1ère dont une partie passera une épreuve anticipée en HG à la fin de l’année, et en supprimant les modules en seconde
Il est nécessaire, malgré les avancées obtenues, de voter contre ces programmes.

Les derniers articles de la rubrique « actualités »

  • Bienvenue dans la rubrique Histoire géographie.

    L’histoire géographie en tant que discipline scolaire a une existence ancienne dans l’enseignement secondaire. Elle est depuis la fin du XIXème siècle, étroitement liée au projet républicain. En cela, elle a toujours eu comme objectif de participer à la formation de la communauté nationale et du futur citoyen. Cela explique sa présence tout au long du collège mais aussi du lycée. Quelque soit la filière en effet, tous les candidats au bac passent une épreuve écrite pour cette discipline.
    Les finalités (...)

    30 août
  • DNB d’histoire-géographie-éducation civique 2014 : premières analyses.

    Le cru du DNB 2013 avait été tellement calamiteux qu’il n’est pas difficile de trouver au moins quelques qualités à celui de 2014.
    La principale d’entre elles, on ne peut l’occulter, est que le questionnement porte moins sur la fin de programme, ou sur des points marginaux pour lesquels on susciterait ensuite des développements construits de la part de l’élève.
    On peut s’interroger devant ce qui est proposé ici, les sujets mis à l’étude étant nettement moins problématiques que la structure même de (...)

    27 juin
  • bac et brevet en histoire-géo : grandeur de la France, misère des épreuves

    Sujet d’Amérique du Nord au DNB, sujet de bac de la série STMG : la grandeur de la France ne se discute pas.

    17 juin
  • Allégements de programmes en Histoire-Géographie

    Le SNES porte les demandes d’allègements auprès du ministère en urgence pour les 3ème et Terminales depuis au moins un an. Il a initié la mobilisation collective sous plusieurs formes afin d’être entendu. L’audience auprès de la DGESCO en juin dernier n’avait pas été suivie d’effets immédiats.Nous regrettons vivement que le ministère ait annoncé si tardivement ce projet d’allègements tant (...)

    Septembre 2013
  • Réaménagements des programmes de 3ème et de Terminale en histoire géo : enfin entendus !

    Les organisations syndicales ont été reçues au ministère pour discuter des réaménagements de ces programmes et des sujets aux examens. Des projets d’allègements ont été discutés et sont en cours de finalisation.
    A lire sur le site Eduscol Des allègements substantiels vont être présentés au CSE du 19 septembre pour entrer en vigueur dès cette année. S’ils restent en partie insuffisants et ne résolvent pas tous les problèmes, ils devraient permettre cependant de desserrer l’étau dans les classes concernées. (...)

    Août 2013