Textes en vigueur et analyses

Nouveaux programmes (2010) de SVT en Première S

Les nouveaux programmes de Première de SVT en série S sont parus au JO n°0199 du 28 août 2010.
Très proches du projet présenté au printemps dernier, qui était loin d’être satisfaisant, nous notons cependant que certaines remarques du SNES ont été prises en compte dans la rédaction du texte définitif.

PDF - 347.5 ko
prog-SVT-1ereS-aout2010

Le nouveau programme de Première S est très proche du projet initial mis en consultation. On peut noter les principaux apports et modifications :
- apparition d’un découpage en pourcentage, indicatif, des trois thématiques principales,
- le thème 2A "tectonique des plaques et géologie appliquée" a été largement réécrit (davantage axé sur la notion de sédimentation), avec proposition du choix de l’un des exemples proposés,
- apparition de la notion d’écosystème dans le thème 2B "nourrir l’humanité",
- suppression du lien entre plaisir sexuel et conduite addictive de la partie 3A

Tout en saluant l’effort fait sur l’histoire des sciences et l’approche épistémologique, nous regrettons le caractère décousu de ce programme. Nous ne sommes pas convaincus par la pertinence des trois thèmes d’entrée (science, enjeux contemporains, santé), qui entraînent d’une part un éclatement très artificiel des notions abordées, d’autre part une vision anthropocentrique, le vivant n’étant étudié qu’au service de l’Homme.

Il est fort dommage que notre administration n’ait pris la peine d’organiser avec la profession aucun débat large autour de ce qui fait la culture scientifique aujourd’hui, sur les connaissances dont les lycéens auraient besoin, que ce soit pour poursuivre des études scientifiques, pour exercer leur citoyenneté, ou tout simplement pour comprendre le monde qui les entoure et les débats de société qui l’agite.
Dans ce contexte, les textes présentés, travaillés rapidement et dans la confidentialité, donnent un sentiment d’inabouti. Combinés avec la mise en place d’ une réforme de structure dont nous ne voulons pas : réduction d’un quart des horaires en Première S, incertitude sur la possibilité de travail en petits groupes, regroupement probable des élèves et absence de visibilité sur les épreuves avancées du baccalauréat en L et ES, les textes proposés nous paraissent très loin du compte.

Comme pour le Programme de Seconde, le programme de Première S est bâti autour de trois thèmes, qui correspondent aux trois raisons d’avoir envie de faire des SVT :
- s’intéresser à la science, avoir « le goût de l’inutile », montrer de la curiosité
- répondre aux préoccupations écologiques, telles l’aménagement et la gestion de la planète
- aborder les questions de santé, très liées aux SVT
Ces trois univers ne sont pas indépendants, mais on entre dans chacun avec un état d’esprit différent. C’est pour cela que le programme est construit autour de trois thèmes reprenant ces trois raisons : 1. « La terre dans l’univers, la vie et l’évolution du vivant », correspondant à l’approche plus scientifique 2. « Les enjeux planétaires contemporains » 3. « Corps humain et santé » L’Inspection générale précise cependant que les enseignants auront toute liberté pour l’élaboration de leur progression.

Avis du SNES
Le choix des thèmes conduit à des artifices de présentation (par exemple maladies génétiques dans le thème 3 séparées de la partie génétique du thème 1), aux détriments de tout fil conducteur, alors que programme précédent était clairement organisé, pour la biologie par exemple, autour de phénotype, génotype et environnement. Les thèmes 1 et 2 comportent chacun des notions de biologie et de géologie, ce qui peut en première lecture dérouter.
Nous aurions préféré une entrée par objets scientifiques, regroupant pour chacun les 3 thèmes choisis par l’Inspection. Au final, le texte donne l’impression de mettre l’accent sur le côté utilitaire des sciences, comme si il fallait systématiquement justifier l’intérêt qu’on leur porte.

La classe de terrain ne figure plus explicitement en tant que telle dans le programme : il est fait référence à un « travail de terrain » dans le préambule général du lycée et à une « sortie de terrain souhaitable » dans le thème 2A. Ce choix est très regrettable : il signifie à terme la fin des voyages de Première S sur des sites géologiques remarquables éloignés de l’établissement scolaire, voyages de plus en plus difficiles à organiser compte tenu de la réticence des administrations.

Programme de Première S

Analyse épistémologique de G. Rumelhard

Thème 1 - La Terre dans l’univers, la vie et l’évolution du vivant (50 %)

Thème 1 A
Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique
" Ce thème s’appuie sur les connaissances acquises en collège et en classe de seconde sur la molécule d’ADN.
Il s’agit de comprendre comment la réplication et la mitose permettent une reproduction cellulaire conforme. Toutefois, la fragilité de la molécule d’ADN – notamment lors de la réplication – est source de mutation, cause de variation génétique. Les mécanismes de transcription et traduction expliquent l’équipement protéique des cellules. »

L’avis du SNES
Rassembler mitose et réplication d’une part avec transcription et traduction d’autre part, nous paraît un élément positif (dans l’ancien programme, ces notions étaient traitées dans deux parties différentes).
Cependant, il nous semble manquer le lien entre variabilité et biodiversité, le thème 3 abordant la variabilité génétique en liaison avec les maladies seulement, ce qui pourrait induire des représentations fausses chez les élèves.
A l’inverse du programme précédent, le texte propose d’aller de l’ADN vers le phénotype : cette approche peut prêter à débat.

Thème 1 B
La tectonique des plaques : l’histoire d’un modèle
"Les grandes lignes de la tectonique des plaques ont été présentées au collège. Il s’agit, en s’appuyant sur une démarche historique, de comprendre comment ce modèle a peu à peu été construit au cours de l’histoire des sciences et de le compléter. On se limite à quelques étapes significatives de l’histoire de ce modèle.
L’exemple de la tectonique des plaques donne l’occasion de comprendre la notion de modèle scientifique et son mode d’élaboration. Il s’agit d’une construction intellectuelle hypothétique et modifiable. Au cours du temps, la communauté scientifique l’affine et le précise en le confrontant en permanence au réel. Il a une valeur prédictive et c’est souvent l’une de ces prédictions qui conduit à la recherche d’un fait nouveau qui, suivant qu’il est ou non découvert, conduit à étayer ou modifier le modèle. La solidité du modèle est peu à peu acquise par l’accumulation d’observations en accord avec lui. Les progrès techniques accompagnent le perfectionnement du modèle tout autant que les débats et controverses. »

L’avis du SNES
Le SNES demande depuis longtemps une approche historique et épistémologique en SVT : il s’agit de délimiter le périmètre de la science afin de bien faire la différence entre science et croyance. La question se pose en particulier pour la théorie de l’évolution, question vive, c’est pourquoi il nous semble pertinent de commencer à construire ce concept sur un sujet moins polémique : la tectonique des plaques s’y prête bien.
Cette partie y répond, mais il ne faudrait pas qu’elle soit traitée « à l’ancienne », comme une belle histoire. Il faudra donc veiller à offrir des ressources (information, formation) aux collègues, pour lesquels l’épistémologie a été ignorée dans le cursus universitaire.
Seules sont abordées lithosphère et asthénosphère (tout comme en Quatrième : d’ailleurs, l’argument des IPR pour ne pas étudier "plus en profondeur" notre globe est justement que ce sera vu au lycée…), la structure radiale de la Terre n’est présentée nulle part dans le cursus scolaire, ce qui nous semble dommage : les élèves n’auront pas une représentation de la planète dans sa globalité.

Globalement, ce thème et ses deux sous parties nous semblent cohérents même si les nombreuses propositions de développements de capacités/attitudes " Réaliser et exploiter des modélisations analogique et numérique... " (colonne de droite) ne paraissent pas réalistes et risquent de ne rester que des belles intentions...

Thème2 – Enjeux planétaires contemporains (17 %)

Thème 2 A
La tectonique des plaques et géologie appliquée
"Sans chercher à donner une vision naïve selon laquelle toute application géologique pratique nécessite les concepts de la tectonique des plaques, on choisira un exemple permettant de montrer que, parfois, ce modèle permet de comprendre les conditions d’existence d’une ressource exploitable. L’exemple sera choisi de façon à introduire quelques idées concernant une histoire sédimentaire compréhensible dans le cadre du modèle de la tectonique des plaques. Deux possibilités sont proposées, l’une d’approche locale, l’autre plus globale. Le professeur choisira de traiter au moins l’une de ces deux approches."

L’avis du SNES
Cette partie très axée sur la démonstration de l’utilité de la science nous nous paraît guère convaincante.
La partie sur les hydrocarbures est à articuler avec les programme de Seconde, il y a risque de redite.
Le deuxième item : « Un exemple de ressource géologique est choisi dans un contexte proche de l’établissement scolaire. Son étude (nature, gisement) permet de découvrir le pouvoir explicatif et l’intérêt pratique local de la tectonique globale. » prête pour le moins à sourire. Comment faire de la tectonique globale en agglomération ou en grand bassin sédimentaire ?

Thème 2 B
Nourrir l’humanité
« Le thème « Nourrir l’humanité » prolonge l’approche globale de l’agriculture conduite en seconde. Pour cela, il nécessite la présentation de quelques grandes notions concernant les écosystèmes et leur fonctionnement. Par comparaison, l’étude d’une culture permet de comprendre la conception, l’organisation et le fonctionnement d’un agrosystème ; celle d’un élevage amène l’idée d’impacts écologiques différents selon les agrosystèmes. Enfin, ce thème permet de mettre en relation les pratiques alimentaires individuelles et les problématiques de gestion de l’environnement telles que les sciences de la vie et de la Terre permettent de les aborder scientifiquement. La production végétale : utilisation de la productivité primaire. »

L’avis du SNES
La notion d’écosystème a été introduite dans ce texte. Mais tel qu’il est formulé, ce thème reste majoritairement centré sur le côté rentable et économique de la gestion des agrosystèmes. Il ressemble à un programme de lycée agricole. Végétaux et animaux apparaissent principalement en tant que pourvoyeurs de nourriture pour l’humanité.
Les comportements alimentaires ne sont pas abordés : ni les manques, ni les excès. Par exemple, les problèmes des carences, de l’obésité et des régimes alimentaires auraient pu y trouver leur place, dans le cadre d’une réflexion scientifique sur la santé publique.

Thème 3 – corps humain et santé

Thème 3 A
Féminin, masculin
« L’étude de la sexualité humaine s’appuie sur les acquis du collège. Dans une optique d’éducation à la santé et à la responsabilité, il s’agit de comprendre les composantes biologiques principales de l’état masculin ou féminin, du lien entre la sexualité et la procréation et des relations entre la sexualité et le plaisir. Ces enseignements gagneront à être mis en relation avec d’autres approches interdisciplinaire (philosophie) et/ou intercatégorielle (professionnels de santé). Il s’agit d’aider l’élève à la prise en charge responsable de sa vie sexuelle. »

L’avis du SNES
Le titre de ce thème nous semble un peu réducteur, pour ne pas dire démodé. La question qui se pose est davantage celle du genre : « masculin / féminin » enferme dans une représentation conventionnelle des sexes qui n’ouvre pas vers le respect des orientations sexuelles. Le texte est peu explicite sur les attendus en matière de contrôle de la fonction de reproduction.
L’item sur le circuit de la récompense nous semble difficilement abordable sans connaissances de base sur le système nerveux.

Thème 3 B
Variation génétique et santé
« L’Homme aussi bien que les microorganismes infectieux susceptibles de l’attaquer présentent une forte variabilité génétique issue de mutations et conservée au cours des générations. Ces variations présentent des implications en matière de santé : les Hommes ne sont pas « génétiquement égaux devant la maladie » et l’évolution rapide des microorganismes pose des problèmes en termes de prévention et de traitement. En outre, on insiste sur le fait qu’en général, le développement d’une maladie ou la mise en place d’un phénotype dépend de l’interaction complexe entre le génotype et l’histoire personnelle. »

L’avis du SNES
Cette partie nous paraît hétéroclite et lourde pour le temps imparti. Elle montre bien le côté artificiel des thèmes : les exemples présentés auraient été mieux placés en tant qu’exemples dans le thème de génétique. Faisant le lien systématique entre génétique et maladies, il y a risque d’induire l’idée que variabilité génétique entraîne trouble ou maladie seulement. Ces sujets sont très médicaux et s’éloignent des apports scientifiques de base (« comprendre les traitements médicaux (oxygénothérapie, kinésithérapie) et les potentialités offertes par les thérapies géniques »).
Le caractère plurifactoriel de la cancérisation n’apparait pas, l’approche semble simpliste.

Thème 3 C
De l’œil au cerveau : quelques aspects de la vision
« Les notions d’optique de la vision sont étudiées en physique, ainsi que quelques données essentielles sur la lumière et la couleur. Sans chercher à proposer une étude exhaustive de la physiologie de la vision, cette thématique est abordée selon trois approches qui associent des aspects scientifiques et des implications en matière de santé. »

L’avis du SNES
Ce thème répond à l’étude de l’optique en physique. Malgré les efforts pour le raccrocher aux thématiques précédentes (synthèse des protéines, famille multigénique et arbre phylogénétique de l’Homme, plasticité cérébrale), il apparaît comme déconnecté du reste du programme, avec un risque de redondance pour les élèves qui l’aurait traité en MPS l’année précédente.
Envisager le système nerveux central sans avoir à aucun moment de la scolarité construit les bases de l’anatomie et de la physiologie du système nerveux nous pose problème.

Autres articles de la rubrique Textes en vigueur et analyses