Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Sam Taylor-Wood (Grande-Bretagne)

"Nowhere Boy" Sortie en salles le 8 décembre 2010

Le 8 décembre 1980, John Lennon disparaissait. Le 8 décembre 2010 sort sur les écrans "Nowhere Boy" qui raconte la jeunesse de la plus grande légende du Rock.
Liverpool, 1955. John est un garçon comme un autre. Il vit depuis l’âge de cinq ans chez sa tante Mimi, femme en apparence austère et chez Oncle George avec qui il entretient une belle complicité. Mais Oncle George meurt subitement et John se retrouve seul avec sa tante.
Un jour, il rend visite à sa mère, une femme excentrique qui va lui faire découvrir un autre pan de l’existence, la frivolité et entre autres choses le rock n’ roll.
On lui offre sa première guitare et il fait une rencontre déterminante en la personne d’un très jeune garçon très doué du nom de Paul McCartney…

Le groupe se constitue et donne ses premiers concerts devant un public réduit. Mais déjà, le chemin est tracé…
John Lennon fut un enfant puis un adolescent éprouvé par la vie. Or, on ne retient généralement de lui que le personnage célèbre, celui qui fut l’auteur-compositeur et chanteur le plus influent et le plus prolifique de l’histoire du Rock.
Le film de Sam Taylor-Wood est en cela intéressant qu’il ne couvre que la période de la vie de John Lennon qui précède le basculement dans la notoriété.
John connut une petite enfance douloureuse entre un père absent et une mère immature entre lesquels il lui aurait fallu faire un choix difficile si sa tante Mimi ne l’avait arraché à ce douloureux dilemme pour lui offrir un foyer de remplacement où il fut heureux jusqu’à la mort de son oncle, période où, devenu adolescent, allait venir pour lui le moment d’élargir son horizon et d’entrer dans une phase de découvertes.
Dès qu’il retrouve sa mère, John devient l’enjeu d’une rivalité terrible entre celle qui revendique soudain ses droits maternels et sa tante Mimi qui s’est beaucoup attachée à lui et qui, face à la complicité grandissante entre la mère et le fils, se sent affectivement dépossédée.
Le récit suit dès lors de front, la cruelle rivalité des deux femmes et le cheminement musical de John, devenu un personnage charismatique et leader du groupe.
La force de "Nowhere Boy" est de s’être arrêté avant le premier signe de succès. John vient de perdre sa mère dans un stupide accident de la circulation et il annonce sans ménagement à sa tante Mimi qu’il part pour l’Allemagne. Dans la résignation de cette femme dévouée , beaucoup plus humaine qu’il n’y paraît et dorénavant seule, à regarder partir celui qu’elle a toujours considéré comme son propre enfant, il y a sans aucun doute l’immense succès à venir auquel elle n’est pas tout à fait étrangère…
"Nowhere Boy" est un film de facture académique, très efficace, servi par une pléiade d’acteurs de grand talent. Aaron Johnson n’a pas besoin de ressembler trait pour trait à John Lennon pour convaincre. Il a beaucoup de charme et Anne-Marie Duff (la mère) et Kristin Scott-Thomas (Tante Mimi) sont parfaites. Elles ont été nommées l’une et l’autre pour le prix de la meilleure actrice dans un second rôle. Les hommes, même si leurs apparitions sont plus épisodiques, ne sont pas en reste…
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Leçon de classes »
    Bratislava 1983. Au moment où le communisme s’achève. Maria Drazdechova, enseignante et membre du Parti, manipule sans états d’âme élèves et parents, pour tirer des bénéfices personnels de son pouvoir... Lire la suite (23 octobre)
  • "Corps et âme"
    Maria est la nouvelle responsable-qualité recrutée par une entreprise d’abattage de bêtes dont Endre est le directeur financier. Lorsque Maria, personnage inhibé et solitaire, voit apparaître en... Lire la suite (22 octobre)
  • « Brooklyn Yiddish »
    Menashé habite et travaille dans le quartier juif ultra orthodoxe de Brooklyn. Modeste employé dans une épicerie, il a du mal à joindre les deux bouts. Cependant, après la mort de sa femme, il... Lire la suite (22 octobre)
  • « Mémoires d’un condamné »
    Jules Durand, docker-charbonnier au port du Havre et syndicaliste modéré, est condamné à mort en novembre 1910 pour un crime qu’il n’a pas commis. « Le Dreyfus des ouvriers » sera innocenté par la cour... Lire la suite (21 octobre)
  • « Tous les rêves du monde »
    Pamela est une jeune fille portugaise de la deuxième génération. Elle vit en France et elle est parfaitement intégrée à la société française. Cependant, très attachée à sa famille restée fidèle à la... Lire la suite (20 octobre)