Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Hany Abu-Assad (Palestine)

"Omar" Sortie en salles le 16 octobre 2013.

Un mur partage la ville. Omar le franchit chaque jour le long d’une corde pour rejoindre de l’autre côté, Nadia dont il est amoureux et ses amis d’enfance Tarek et Amjad. Ce dernier se trouve être le frère de Nadia.

Les trois jeunes gens ont décidé de créer leur propre cellule de résistance pour passer à l’action. Ils préparent puis commettent un attentat contre un soldat. Mais les choses tournent mal. Omar est arrêté, torturé puis libéré sur une promesse de trahison.

Pris dans une véritable impasse, le jeune homme parviendra-t-il à demeurer fidèle à ses amis, à la femme qu’il aime et à ses convictions profondes.

Hany Abu-Assad réalise un film dont chaque scène est au plus près de la réalité. Il crée une ville palestinienne virtuelle traversée par un mur qui sépare le village du camp de réfugiés.

Il base son récit sur la conscience politique de jeunes palestiniens et sur le thème plus général de la confiance en amour et en amitié.

Deux axes qu’Omar et ses amis, en plus de l’engagement politique, considèrent comme essentiels pour donner un sens à l’existence.

L’arrestation d’Omar et plus encore, sa libération sur la décision d’un officier de police vont jeter le trouble dans les esprits. Le doute naîtra chez chacun à propos de son intégrité. Plus tard, il passera pour un traître sans qu’il n’y ait de preuves tangibles contre lui.

Pourtant, il devient certain qu’à l’intérieur du trio d’amis, quelqu’un a fourni des renseignements aux autorités.

Les bases de la confiance mutuelle vacillent, surtout chez Nadia qui va à son tour trahir Omar.

" Omar" donne la mesure de la vie au quotidien d’une population palestinienne prise en étau, exposée au tir de balles, aux représailles, aux actes d’intimidation, aux arrestations arbitraires, avec au bout, à chaque instant, une mort possible.

" Omar" réunit les codes de la tragédie classique avec des situations extrêmes auxquelles sont confrontés les personnages, les drames qui menacent, les dilemmes et les trahisons.

C’est un film fort sur la situation au Proche-Orient dont le récit repose un personnage qui réunit sur sa personne toutes les caractéristiques du héros.

"Omar" n’est pas un film de plus sur le conflit israélo-palestinien. C’est une tragédie universelle.

Une œuvre maîtrisée qui le doit à une construction rigoureuse et au jeu d’un quatuor de jeunes comédiens parfaits.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "Corps et âme"
    Maria est la nouvelle responsable-qualité recrutée par une entreprise d’abattage de bêtes dont Endre est le directeur financier. Lorsque Maria, personnage inhibé et solitaire, voit apparaître en... Lire la suite (22 octobre)
  • « Brooklyn Yiddish »
    Menashé habite et travaille dans le quartier juif ultra orthodoxe de Brooklyn. Modeste employé dans une épicerie, il a du mal à joindre les deux bouts. Cependant, après la mort de sa femme, il... Lire la suite (22 octobre)
  • « Mémoires d’un condamné »
    Jules Durand, docker-charbonnier au port du Havre et syndicaliste modéré, est condamné à mort en novembre 1910 pour un crime qu’il n’a pas commis. « Le Dreyfus des ouvriers » sera innocenté par la cour... Lire la suite (21 octobre)
  • « Tous les rêves du monde »
    Pamela est une jeune fille portugaise de la deuxième génération. Elle vit en France et elle est parfaitement intégrée à la société française. Cependant, très attachée à sa famille restée fidèle à la... Lire la suite (20 octobre)
  • « Laissez bronzer les cadavres »
    Au bord de la Méditerranée, en plein été, sous un soleil de plomb. Pour cacher leur butin, deux cent cinquante kilos d’or en barre, fruit de l’attaque d’un fourgon, Rhino et ses comparses ont trouvé... Lire la suite (15 octobre)