Communiqués

Orientation : les vraies questions une nouvelle fois éludées !

Lors de sa conférence de presse du 10 Juin, le Ministre de l’Education Nationale a annoncé sa volonté d’ouvrir le chantier de l’orientation dès la rentrée prochaine.

Cependant les mesures préconisées réduisent une nouvelle fois, la problématique de l’orientation à une « bonne information » sur les métiers et les débouchés professionnels.
Ne tirant aucun enseignement de la situation économique, le ministre continue à inscrire son discours dans une adéquation formation –emploi qui n’existe pas et flatte l’illusion d’une prévisibilité fiable des secteurs porteurs à échéance de 3 à 5 ans.
Même si ces éléments ont leur importance dans la réflexion des élèves sur leur orientation, peut-on raisonnablement considérer que les débouchés sont aujourd’hui les données principales à prendre en compte dans les choix d’orientation pour des élèves de 3ème, de seconde ou même de terminale, compte tenu des délais de formation et de la labilité du marché de l’emploi ?

Le meilleur moyen de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes consiste à éviter qu’ils quittent prématurément le système scolaire, qu’ils aient envie d’apprendre et de réussir, qu’ils trouvent des parcours de formation ambitieux et qualifiants correspondants à leurs goûts.
Or, l’information ne suffit pas. Dans certains cas elle peut même contribuer à décourager les élèves des milieux les plus modestes, toujours plus sensibles aux obstacles potentiels dans la réalisation de leurs projets.

L’élaboration des projets d’orientation doit être accompagnée par des conseillers d’orientation-psychologues, capables d’articuler les caractéristiques du développement des adolescents avec les données sur l’évolution du monde du travail et soucieux de prendre en compte les freins sociaux et les phénomènes d’auto-censure.
Pourtant, le ministre n’en parle jamais. Il vante les mérites des plate formes téléphoniques en oubliant de citer le réseau des CIO sur lequel ces plate formes renvoient le public et sans lequel elles ne pourraient fonctionner.

A l’initiative du SNES les conseillers d’orientation- psychologues et les directeurs de CIO ont décidé de s’adresser au Ministre pour dénoncer le divorce patent entre le travail de plus en plus lourd qu’ils accomplissent dans les établissements scolaires et les CIO et le silence obstiné sur leur rôle dans tous les textes et discours sur l’orientation.

L’amélioration de l’orientation ne pourra être obtenue par des tours de passe- passe.
Ni les enseignants, ni les plateformes téléphoniques ne pourront remplacer les missions spécifiques des CO-psy. Il est temps de le prendre en compte !

Lettre-pétition à X. Darcos à signer en ligne

Autres articles de la rubrique Communiqués

  • Concours de recrutement
    Les résultats aux concours externes viennent d’être publiés dans leur intégralité. La crise de recrutement qui touche plusieurs disciplines depuis plusieurs années n’est en rien résorbée. Elle s’est... Lire la suite (8 juillet)
  • DNB
    Le SNES-FSU a pris connaissance avec effarement de l’exercice d’enseignement moral et civique (EMC) du Diplôme National du brevet sur lequel ont dû composer les élèves de 3e de série générale en... Lire la suite (3 juillet)
  • APB : Tous les bacheliers ont droit à une affectation dans l’enseignement supérieur !
    A l’issue du second tour APB, un grand nombre de candidats au baccalauréat n’a toujours pas d’affectation dans l’enseignement supérieur, y compris pour des formations ouvertes à tous (estampillées... Lire la suite (29 juin)
  • PsyEN
    Malgré la période très chargée des conseils de classe et des commissions d’appel, les conseillers d’orientation-psychologues et les directeurs de CIO se sont mobilisés ce 12 juin, pour exiger le... Lire la suite (14 juin)
  • Les données scolaires du Ministère de l’Education
    [MAJ 6/06/17] Le 23 mai, la CNIL appelait sur son site « les responsables éducatifs, enseignants et les collectivités territoriales à être vigilants et à ne recourir qu’à des services numériques »... Lire la suite (18 mai)

Mots-clés