Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Cyril Barbançon et Andy Byatt (France-Belgique)

"Ouragan" Sortie en salles le 8 juin 2016

" Je serai le monstre si je n’étais la merveille"

" Ouragan " qui sera projeté dans les salles en 3D retrace les 15 000km que le phénomène climatique redoutable parcourt.

Il s’agit de l’événement atmosphérique le plus dévastateur de la planète.

Mais si l’ouragan est une force redoutable, il est paradoxalement nécessaire à la vie sur terre.

A la fois fascinant et monstrueux, il naît en Afrique sous la forme d’un vent de sable. Il s’intensifie au-dessus de l’Atlantique et finit sa course un mois plus tard en Amérique.

Il laisse derrière son passage pertes humaines, habitations détruites et une nature dévastée.

Ceux qui ont survécu racontent la peur durant ces heures interminables où le vent s’accompagnant de pluies diluviennes, peut atteindre une vitesse supérieure à 200 km/heure.

Cinéma : Ouragan

On a souvent pu voir, à l’occasion de reportages sur les ouragans, les images de la violence climatique, les toits des habitations emportés comme fétus de paille, les pluies torrentielles, le déchaînement des éléments.

Mais dans le film de Cyril Barbançon et Andy Byatt, grâce au format 3D, le spectateur est plongé dans le déchainement des éléments et il peut mesurer la force destructrice des tempêtes, en même temps que, dans la tourmente, la fragilité de l’homme et de l’environnement

Aux images de la mer en furie, de la puissance des vents, viennent en contraste le calme résigné des habitants qui semblent obéir à une loi de la nature, à une sorte de passage obligé par une épreuve face à laquelle ils savent mesurer leur impuissance.

L’ouragan tel qu’il est filmé plonge les individus dans un état de peur, de soumission mais en même dans une sorte de respect pour ce qui vient du ciel et se vit comme une fatalité.

"Ouragan " restitue parfaitement et non sans une certaine poésie, les deux aspects de l’événement : se violence destructrice et sa beauté.

Les images sont époustouflantes de force et tant pis si le texte dit en voix-off par Romane Bohringer est parfois un peu trop "appliqué".

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "Aquarius"
    Clara, la soixantaine encore séduisante, ancienne critique musicale d’origine bourgeoise, vit à Recife au Brésil. Elle réside dans un immeuble singulier, "l’Aquarius", une bâtisse des années quarante... Lire la suite (25 septembre)
  • "L’étoile du jour"
    Un cirque itinérant s’est installé sur une plage de la mer du Nord. Malgré un public qui se fait de plus en plus rare, les artistes peaufinent sans relâche des numéros qu’ils tentent de renouveler.... Lire la suite (24 septembre)
  • "Ivan Tsarevitch et la Princesse changeante"
    Chaque soir, dans un vieux cinéma désaffecté, une fille, un garçon et un vieux projectionniste se retrouvent et inventent, dessinent et imaginent des histoires et des héros de contes merveilleux. Ils... Lire la suite (23 septembre)
  • " Soy Nero"
    Nero a dix-neuf ans. Il a grandi aux États-Unis mais, faute de papiers, à la suite d’un contrôle, il est déporté au Mexique. Étranger dans le pays de ses parents, il n’a désormais plus qu’un objectif :... Lire la suite (19 septembre)
  • "Tout va bien"
    Vicente, vingt ans ou à peine plus, vit dans une totale insouciance. Il profite de l’été, des fêtes et de ses amis mais il suffira d’une nuit alcoolisée pour que, subitement, les choses changent.... Lire la suite (18 septembre)