Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Cyril Barbançon et Andy Byatt (France-Belgique)

"Ouragan" Sortie en salles le 8 juin 2016

" Je serai le monstre si je n’étais la merveille"

" Ouragan " qui sera projeté dans les salles en 3D retrace les 15 000km que le phénomène climatique redoutable parcourt.

Il s’agit de l’événement atmosphérique le plus dévastateur de la planète.

Mais si l’ouragan est une force redoutable, il est paradoxalement nécessaire à la vie sur terre.

A la fois fascinant et monstrueux, il naît en Afrique sous la forme d’un vent de sable. Il s’intensifie au-dessus de l’Atlantique et finit sa course un mois plus tard en Amérique.

Il laisse derrière son passage pertes humaines, habitations détruites et une nature dévastée.

Ceux qui ont survécu racontent la peur durant ces heures interminables où le vent s’accompagnant de pluies diluviennes, peut atteindre une vitesse supérieure à 200 km/heure.

Cinéma : Ouragan

On a souvent pu voir, à l’occasion de reportages sur les ouragans, les images de la violence climatique, les toits des habitations emportés comme fétus de paille, les pluies torrentielles, le déchaînement des éléments.

Mais dans le film de Cyril Barbançon et Andy Byatt, grâce au format 3D, le spectateur est plongé dans le déchainement des éléments et il peut mesurer la force destructrice des tempêtes, en même temps que, dans la tourmente, la fragilité de l’homme et de l’environnement

Aux images de la mer en furie, de la puissance des vents, viennent en contraste le calme résigné des habitants qui semblent obéir à une loi de la nature, à une sorte de passage obligé par une épreuve face à laquelle ils savent mesurer leur impuissance.

L’ouragan tel qu’il est filmé plonge les individus dans un état de peur, de soumission mais en même dans une sorte de respect pour ce qui vient du ciel et se vit comme une fatalité.

"Ouragan " restitue parfaitement et non sans une certaine poésie, les deux aspects de l’événement : se violence destructrice et sa beauté.

Les images sont époustouflantes de force et tant pis si le texte dit en voix-off par Romane Bohringer est parfois un peu trop "appliqué".

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le jeune Karl Marx »
    Année 1844. Partout en Europe, les ouvriers, premières victimes de « La révolution industrielle » tentent de s’organiser pour s’opposer à un « capital » galopant et une course au profit qui menacent tout... Lire la suite (23 septembre)
  • « Un beau soleil intérieur »
    Isabelle, la quarantaine passée, divorcée, une fillette de dix ans don elle a la garde, fait un bilan peu réjouissant de sa vie sentimentale. Elle est à la recherche d’un amour. Du vrai amour enfin.... Lire la suite (23 septembre)
  • « A Ciambra »
    A quatorze ans, Pio est un garçon qui n’a pas froid aux yeux et il est déjà très au fait des choses de la vie. Prenant modèle sur ses aînés et pressé de grandir, il se comporte en adulte, fume, boit et... Lire la suite (18 septembre)
  • « Kiss and cry »
    A quinze ans, Sarah reprend un entraînement intensif de patinage sur glace au Club de Colmar où sa mère a emménagé pensant que sa fille y atteindrait un niveau tel qu’il lui ouvrirait les portes de... Lire la suite (17 septembre)
  • « Les hommes d’argile »
    Sulayman est un jeune homme heureux. Il se contente de peu, vit en parfaite harmonie avec la faune et la flore de sa région. Il aime pétrir l’argile et faire naître de ses mains des objets et des... Lire la suite (17 septembre)