DOSSIERS

POUR UNE FGR-FP UNITAIRE, PLURALISTE et COMBATIVE NOTE DU COLLECTIF D’ANIMATION DE LA SFRN-FSU

La décision du SE-UNSA de se désaffilier de la FGR-FP est lourde de conséquences pour cette organisation qu’elle affaiblit.
Elle accentue la division du mouvement syndical alors que les attaques contre les droits sociaux et le code du travail, les menaces contre le statut de la Fonction publique exigent le rassemblement des forces syndicales.
Cette décision impacte le syndicalisme des retraités et participe d’une recomposition du mouvement syndical dans son ensemble.. Elle remet en cause l’exemple d’unité que porte la FGR dans le mouvement syndical retraités et risque d’affaiblir la dimension unitaire portée par le groupe des 9.

Quelques rappels

La FGR-FP a été créée en 1936 en plein Front Populaire pour défendre les retraités de la Fonction Publique. A l’époque le Code des pensions voté en 1924 n’était pas pleinement appliqué.
C’est une association qui reçoit à l’échelon national les adhésions collectives de syndicats ou de groupements affiliés (dans ce cas on est adhérent de la FGR par son syndicat) ou à l’échelon départemental par des adhésions individuelles.
En 2014, il y avait environ 47 000 adhérents.
19 941 adhérents pour les syndicats nationaux de la FSU (15 syndicats adhérents)
17 310 pour les syndicats nationaux de l’UNSA (dont 15 063 pour le SE)
1 825 pour les syndicats nationaux de Solidaires (essentiellement Solidaires Finances Publiques, ex-SNUI)
1 392 pour les syndicats nationaux de FO
5 807 adhérents directs.
Le Bureau national est constitué de 2 FSU et de 2 UNSA, et présidé pour la première fois depuis 2014 par un secrétaire général issu d’un syndicat de la FSU (Snuipp) : Michel Salingue.
L’UNSA est majoritaire dans la Commission exécutive nationale (14 FSU, 2 Solidaires, 2 FO, 22 UNSA). Elle l’est encore plus dans les départements (une trentaine seulement dirigés par des militants de la FSU)

Les raisons d’un départ

Les raisons invoquée par Christian Chevalier, Secrétaire Général du SE-UNSA, sont de trois natures :
- « domination de la FSU » dans la FGR-FP qui « s’appuie dorénavant sur le seul fait majoritaire, et non sur le consensus »
- « repli dommageable de la FGR-FP sur la seule Fonction publique »
- nécessité de conforter l’Unsa retraités en termes de représentativité
Il est clair que ce qui s’est passé au Congrès de Poitiers (2014), à savoir que les positions de la direction du SE sur le contenu de la motion revendicative n’ont pas été suivies par la plupart des militants du SE présents au Congrès a joué dans cette décision.
Cette décision de désaffiliation a été prise par la direction du SE sans consultation des retraités concernés. Elle a provoqué la colère de nombreux militants retraités investis dans la FGR.
Ceux qui désirent rester dans la FGR ont le choix entre l’adhésion directe ou adhérer à l’ARFEN (Association des Retraités Fonctionnaires de l’Education Nationale) créée par deux anciens secrétaires généraux de la FGR, Jacques Maurice et Annick Merlen), pour permettre aux adhérents du SE de poursuivre leur engagement collectif dans la FGR.
Il faut aussi signaler que le SIEN-UNSA (inspecteurs) a annoncé sa désaffiliation « provisoire » jusqu’à son congrès.

Où en sommes- nous ?

Confronté à différentes options (dissolution, transformation de la FGR en association d’adhérents ou poursuite de la FGR comme association syndicale), le Congrès de la FSU du Mans a choisi de poursuivre l’engagement des syndicats nationaux concernés au sein de cette association pluraliste et unitaire.
La Commission exécutive nationale extraordinaire du 2 mars n’a enregistré que deux départs en son sein. Elle a décidé à la quasi unanimité de poursuivre l’activité de la FGR, notamment dans l’immédiat la préparation de son Congrès qui se tiendra à Caen en juin prochain. Elle a voté l’affiliation de l’ARFEN.

Il faudra attendre plusieurs semaines pour connaître l’impact de cette nouvelle structure sur les militants du SE. Les informations dont nous disposons aujourd’hui ne permettent pas de dégager une tendance majoritaire. Par exemple dans le Nord, si les responsables SE ont annoncé leur adhésion à l’ARFEN, à l’inverse dans le Pas de Calais ils ont quitté la FGR-FP. Les choix sont souvent collectifs. Le congrès devra faire le point de la situation.

Les militants de la FSU ont aussi une énorme responsabilité dans la période : celle de garantir et favoriser l’expression, la prise de responsabilités pluralistes à tous les niveaux, celle de rechercher le consensus, celle de refuser le fait majoritaire. C’est dans ce sens qu’ils préparent le prochain congrès de la FGR-FP en contribuant au débat collectif :
- pour élaborer la future motion revendicative
- pour réfléchir aux éventuelles mesures d’organisation à prendre en CE ou en congrès pour poursuivre pleinement l’activité de la FGR-FP, outil unitaire, pluraliste et combatif.

Il faudra aussi construire une démarche offensive pour ouvrir la FGR-FP à de nouveaux syndicats dans les trois fonctions publiques.

Autres articles de la rubrique DOSSIERS

  • RÉFÉRENCEMENT FPE
    ci joint la note fsuLire la suite (25 septembre)
  • CDCA DECRET
    Le conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie (CDCA) résulte de la fusion du comité départemental des retraités et des personnes âgées et du conseil départemental consultatif des personnes... Lire la suite (25 septembre)
  • LE CODE DES PENSIONS
    Le Code des pensions et la remise en cause systématique de la spécificité des retraites de la FP Une contribution de Jean Paul Beauquier dans le cadre du stage des 11 et 12 mai... Présentation Le... Lire la suite (5 juin)
  • LETTRE AUX DÉPUTÉS
    Madame le Député, Monsieur le Député, Les organisations et associations signataires du courrier du 1er février 2016 au ministre des Finances et des Comptes Publics ont été reçues le 3 mai par Monsieur... Lire la suite (28 mai)
  • AUDIENCE FSU-SECRETAIRE D’ÉTAT AUX PERSONNES AGÉES
    Compte-rendu : audience FSU-Pascale Boistard, secrétaire d’état aux personnes âgées et à l’autonomie Pour la FSU : Bernadette groison, Marylène Cahouet, Joël Chenet Pour le ministère : Pascale Boistard... Lire la suite (19 mai)