Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Giuseppe M. Gaudino (Italie)

"Par amour" Sortie en salles le 13 avril 2016.

L’histoire d’Anna, la quarantaine soumise, se déroule à Naples, une ville qui s’étend sur deux niveaux : le niveau souterrain plein de catacombes, de cimetières et d’hypogées et la métropole en surface, solaire, où règne une vitalité rare.

Giuseppe M. Gaudino s’est inspiré de ce double aspect de la ville pour construire à la fois la structure de son récit et le personnage d’Anna.

Cinéma : par amour

Anna s’était doucement résignée. Repliée sur elle-même, fragile, elle est sujette à de fantasmes qui l’effraient, à de fréquents cauchemars qui hantent ses nuits.

Elle vit entre passé, présent et visions fantasmagoriques et quand elle est rendue à la réalité, c’est pour se retrouver face à un mari qui la terrorise et ses trois enfants à qui elle a consacré l’essentiel de sa vie de femme.

L’offre d’un travail stable à la télévision où elle se montre attentive aux autres, inventive et efficace, va l’amener à retrouver sa vitalité perdue.

Sa rencontre amoureuse avec Gigi Scaglione, vedette du petit écran va finir de la transformer mais les traumatismes profonds seront longs à d’effacer…

Les différents niveaux de la narration faisant se succéder scènes réalistes et moments oniriques donnent au récit, en même temps qu’une grande liberté de ton, une coloration contrastée, agréablement déroutante.

Ils produisent avec d’incessants passages du noir et blanc à la couleur, des plongées dans le domaine de la fantasmagorie. Le jeu contrasté de Valéria Golino, tour à tour éteinte et rayonnante, donne au film une dimension singulière et une force, sans jamais le détourner du développement de l’intrigue et d’une structure linéaire.

Giuseppe M. Gaudino s’est attaché essentiellement au personnage d’Anna et s’il brouille constamment les pistes, il fait de son héroïne une femme en progressive métamorphose. Valéria Golino peut se présenter comme une silhouette grise qui se voûte et rase les murs et subit l’existence. Elle peut être, à l’inverse une femme rayonnante, éclatante.

Le film fonctionne sur d’autres contrastes ; notamment sur des lumières qui vont de la tonalité aveuglante, pouvant saturer l’image jusqu’à la surexposition ou, au contraire, jouer sur les ombres profondes des entrailles de la ville.

Dommage que le réalisateur surcharge parfois le déroulement du récit d’éléments fantasmagoriques qui agissent (peut-être inutilement) sur le personnage d’Anna jusqu’à s’interroger sur son état mental.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « De toutes mes forces »
    Nassim est élève de première dans un grand lycée parisien et vit seul avec une mère profondément dépressive. Au retour d’un week-end avec des amis, il la retrouve étendue au sol, morte. Suicide ou prise... Lire la suite (27 avril)
  • « Aurore »
    Aurore a atteint la cinquantaine et tiré un trait sur toute vie sentimentale. Elles est serveuse dans un bar et vit dans un pavillon à La Rochelle avec ses deux filles qui sont devenues des jeunes... Lire la suite (22 avril)
  • « Adieu Mandalay »
    Liangqing et Guo, deux jeunes birmans, se sont croisés au moment de leur arrivée en Thaïlande. Quelque temps plus tard, après que chacun est parti de son côté, ils vont se retrouver et voir s’établir... Lire la suite (21 avril)
  • « Django »
    A Paris, en 1943, sous l’Occupation, le musicien Django Reinhardt est au sommet de son art. Guitariste génial et homme insouciant au style musical aérien, il triomphe dans les grandes salles alors... Lire la suite (21 avril)
  • « A mon âge, je me cache encore pour fumer »
    Jusque là, dans la société algérienne, le hammam était un endroit où les femmes pouvaient aller sans réprimande. Mais le 21 juin 1990, le FIS (Front Islamique du Salut) remporte massivement des voix... Lire la suite (20 avril)