Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Giuseppe M. Gaudino (Italie)

"Par amour" Sortie en salles le 13 avril 2016.

L’histoire d’Anna, la quarantaine soumise, se déroule à Naples, une ville qui s’étend sur deux niveaux : le niveau souterrain plein de catacombes, de cimetières et d’hypogées et la métropole en surface, solaire, où règne une vitalité rare.

Giuseppe M. Gaudino s’est inspiré de ce double aspect de la ville pour construire à la fois la structure de son récit et le personnage d’Anna.

Cinéma : par amour

Anna s’était doucement résignée. Repliée sur elle-même, fragile, elle est sujette à de fantasmes qui l’effraient, à de fréquents cauchemars qui hantent ses nuits.

Elle vit entre passé, présent et visions fantasmagoriques et quand elle est rendue à la réalité, c’est pour se retrouver face à un mari qui la terrorise et ses trois enfants à qui elle a consacré l’essentiel de sa vie de femme.

L’offre d’un travail stable à la télévision où elle se montre attentive aux autres, inventive et efficace, va l’amener à retrouver sa vitalité perdue.

Sa rencontre amoureuse avec Gigi Scaglione, vedette du petit écran va finir de la transformer mais les traumatismes profonds seront longs à d’effacer…

Les différents niveaux de la narration faisant se succéder scènes réalistes et moments oniriques donnent au récit, en même temps qu’une grande liberté de ton, une coloration contrastée, agréablement déroutante.

Ils produisent avec d’incessants passages du noir et blanc à la couleur, des plongées dans le domaine de la fantasmagorie. Le jeu contrasté de Valéria Golino, tour à tour éteinte et rayonnante, donne au film une dimension singulière et une force, sans jamais le détourner du développement de l’intrigue et d’une structure linéaire.

Giuseppe M. Gaudino s’est attaché essentiellement au personnage d’Anna et s’il brouille constamment les pistes, il fait de son héroïne une femme en progressive métamorphose. Valéria Golino peut se présenter comme une silhouette grise qui se voûte et rase les murs et subit l’existence. Elle peut être, à l’inverse une femme rayonnante, éclatante.

Le film fonctionne sur d’autres contrastes ; notamment sur des lumières qui vont de la tonalité aveuglante, pouvant saturer l’image jusqu’à la surexposition ou, au contraire, jouer sur les ombres profondes des entrailles de la ville.

Dommage que le réalisateur surcharge parfois le déroulement du récit d’éléments fantasmagoriques qui agissent (peut-être inutilement) sur le personnage d’Anna jusqu’à s’interroger sur son état mental.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Demain et tous les autres jours »
    . A neuf ans, Mathilde est une élève douée mais solitaire et peu intéressée par les activités futiles de ses voisines de pupitre. Ses parents sont divorcés. Elle vit seule avec sa mère, une femme dont... Lire la suite (25 septembre)
  • « Money »
    . Danis et Eric, la trentaine, deux amis d’enfance issus d’un milieu ouvrier, travaillent sur les docks du Havre. Et qu’ils soient chargé de famille ou célibataire, ils peinent de la même façon à... Lire la suite (25 septembre)
  • « Le jeune Karl Marx »
    Année 1844. Partout en Europe, les ouvriers, premières victimes de « La révolution industrielle » tentent de s’organiser pour s’opposer à un « capital » galopant et une course au profit qui menacent tout... Lire la suite (23 septembre)
  • « Un beau soleil intérieur »
    Isabelle, la quarantaine passée, divorcée, une fillette de dix ans don elle a la garde, fait un bilan peu réjouissant de sa vie sentimentale. Elle est à la recherche d’un amour. Du vrai amour enfin.... Lire la suite (23 septembre)
  • « A Ciambra »
    A quatorze ans, Pio est un garçon qui n’a pas froid aux yeux et il est déjà très au fait des choses de la vie. Prenant modèle sur ses aînés et pressé de grandir, il se comporte en adulte, fume, boit et... Lire la suite (18 septembre)