Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Giuseppe M. Gaudino (Italie)

"Par amour" Sortie en salles le 13 avril 2016.

L’histoire d’Anna, la quarantaine soumise, se déroule à Naples, une ville qui s’étend sur deux niveaux : le niveau souterrain plein de catacombes, de cimetières et d’hypogées et la métropole en surface, solaire, où règne une vitalité rare.

Giuseppe M. Gaudino s’est inspiré de ce double aspect de la ville pour construire à la fois la structure de son récit et le personnage d’Anna.

Cinéma : par amour

Anna s’était doucement résignée. Repliée sur elle-même, fragile, elle est sujette à de fantasmes qui l’effraient, à de fréquents cauchemars qui hantent ses nuits.

Elle vit entre passé, présent et visions fantasmagoriques et quand elle est rendue à la réalité, c’est pour se retrouver face à un mari qui la terrorise et ses trois enfants à qui elle a consacré l’essentiel de sa vie de femme.

L’offre d’un travail stable à la télévision où elle se montre attentive aux autres, inventive et efficace, va l’amener à retrouver sa vitalité perdue.

Sa rencontre amoureuse avec Gigi Scaglione, vedette du petit écran va finir de la transformer mais les traumatismes profonds seront longs à d’effacer…

Les différents niveaux de la narration faisant se succéder scènes réalistes et moments oniriques donnent au récit, en même temps qu’une grande liberté de ton, une coloration contrastée, agréablement déroutante.

Ils produisent avec d’incessants passages du noir et blanc à la couleur, des plongées dans le domaine de la fantasmagorie. Le jeu contrasté de Valéria Golino, tour à tour éteinte et rayonnante, donne au film une dimension singulière et une force, sans jamais le détourner du développement de l’intrigue et d’une structure linéaire.

Giuseppe M. Gaudino s’est attaché essentiellement au personnage d’Anna et s’il brouille constamment les pistes, il fait de son héroïne une femme en progressive métamorphose. Valéria Golino peut se présenter comme une silhouette grise qui se voûte et rase les murs et subit l’existence. Elle peut être, à l’inverse une femme rayonnante, éclatante.

Le film fonctionne sur d’autres contrastes ; notamment sur des lumières qui vont de la tonalité aveuglante, pouvant saturer l’image jusqu’à la surexposition ou, au contraire, jouer sur les ombres profondes des entrailles de la ville.

Dommage que le réalisateur surcharge parfois le déroulement du récit d’éléments fantasmagoriques qui agissent (peut-être inutilement) sur le personnage d’Anna jusqu’à s’interroger sur son état mental.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Rodin »
    Paris, 1880. Auguste Rodin reçoit enfin, à quarante ans, une commande de l’État. Ce sera « Les portes de l’Enfer » composé de motifs dont certains contribueront à sa gloire, comme « Le Baiser » et... Lire la suite (20 mai)
  • « Les fantômes d’Ismaël »
    Ismaël est réalisateur de films. A la veille d’un nouveau tournage, alors que pour finir d’écrire son scénario, il s’est retiré au bord de la mer en compagnie de Sylvia qu’il a récemment rencontrée, il... Lire la suite (14 mai)
  • « Cinéma mon amour »
    En 1989, on comptait plus de quatre cents salles de cinéma en Roumanie. Aujourd’hui, il n’en reste plus qu’une petite trentaine. « Cinéma mon amour » est l’histoire d’un combat. Celui de Victor,... Lire la suite (14 mai)
  • « Saint-Georges »
    Jorge est un boxeur professionnellement sur le déclin. Il est au chômage, endetté, et sa femme menace de le quitter et de quitter le Portugal pour aller vivre au Brésil avec leur fils. Le récit se... Lire la suite (13 mai)
  • « Un avant-poste du progrès »
    A la fin du dix-neuvième siècle, un colon portugais inexpérimenté et son assistant débarquent dans un coin reculé du fleuve Congo avec comme projet d’ installer un avant-poste commercial et de civiliser... Lire la suite (8 mai)