Actualité théâtrale

Jusqu’au 2 novembre au Théâtre de Poche Montparnasse

« Pascal Descartes » L’entretien de M. Descartes avec M. Pascal le Jeune

Descartes et Pascal se sont rencontrés une journée de 1647 dans le Couvent des Minimes. Il ne reste quasiment rien de leur échange. Jean-Claude Brisville a imaginé la conversation entre les deux hommes. Descartes a 51 ans, c’est un rationaliste, un homme réaliste qui a été soldat, qui ne dédaigne ni la bonne chère ni les femmes et qui est invité dans les grandes cours européennes par les esprits éclairés de son temps. Il se réjouit de rencontrer Pascal qu’il considère comme l’un des plus grands esprits scientifiques de son temps. Pascal a alors 24 ans et est déjà très malade. C’est un mystique intransigeant et exalté qui, lorsque Descartes lui demande ses conclusions sur le vide répond : « Elles ne m’intéressent plus. Mon salut requiert tout de moi ». Á Descartes qui en appelle à la raison, aspire à un échange intellectuel avec lui et va jusqu’à lui proposer un manuscrit de ses recherches pour qu’il les mène à leur terme, Pascal répond que ce à quoi il aspire est au-delà de la science, qu’en en faisant il ne cherchait qu’à fuir l’inquiétude et l’ennui et il demande à Descartes de s’engager en faveur des jansénistes. Leur position est si éloignée qu’ils ne peuvent « rien se donner ».
Théâtre Pascal Descartes
Le texte est brillant et le débat d’une actualité brûlante. Des phrases restent longtemps en mémoire et constituent une belle introduction pour les professeurs de philosophie ou de lettres, aux sujets sur les valeurs et au débat entre science et foi intransigeante. La mise en scène est simple : une chambre, Descartes en manteau brodé attend avec impatience Pascal qui arrive, pâle tout de noir vêtu. La préférence est donnée au dialogue et ce sont deux acteurs excellents qui vont se renvoyer la balle. Daniel Mesguich est Descartes et son fils William est Pascal. Ce qui est amusant, c’est qu’à la création de la pièce en 1985, Daniel Mesguich était Pascal ! Le temps a passé, Daniel Mesguich est devenu Descartes, mais la pièce a gardé tout son brillant et est encore plus passionnante à la lueur de l’actualité.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 17h30

Théâtre de Poche Montparnasse

75 boulevard du Montparnasse, 75006 Paris

Réservations : 01 45 44 50 60 67

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis
    « La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays. Jeune,... Lire la suite (21 octobre)
  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)