archives 2003-2008

Pétition histoire des arts : des mesures inacceptables

L’histoire des arts est déjà présente de fait dans ces disciplines. Comment accepter ces nouvelles injonctions chiffrées, révélatrices d’une vision rétrograde de la culture et des savoirs, imposées qui plus est sans débat de fond et sans concertation ?

Une telle décision traduit une profonde méconnaissance de l’histoire et de son enseignement fondés sur l’étude critique de sources historiques. L’histoire enseignée est déjà fortement contrainte par des finalités civiques (formation de l’identité nationale et européenne).

Consacrer un quart de l’horaire à l’histoire des arts bouleverserait d’avantage encore les équilibres de la discipline, l’amputant de fait de certaines dimensions économiques, sociales, politiques tout aussi importantes et limiterait les questionnements à une approche figée du passé, ponctuée par les oeuvres du patrimoine « officiel ».

En arts plastiques et en éducation musicale, cette injonction laisserait très peu de place aux pratiques artistiques en classe, alors qu’elles sont au coeur des enseignements et que c’est par les pratiques que les élèves accèdent à la construction des savoirs et aux oeuvres artistiques. Consacrer la moitié du temps de cours à l’histoire des arts est un non-sens qui ne tient pas compte des évolutions de ces disciplines, et conduirait sans doute à leur éclatement.

Cette mesure s’accompagne d’annonces concernant une prétendue « pratique artistique renforcée ». Elle est en fait renvoyée à l’extérieur de l’école, notamment dans le cadre de l’accompagnement éducatif, alors que des centaines de milliers d’élèves s’impliquent actuellement dans les chorales scolaires et les différents dispositifs artistiques, prolongements des enseignements obligatoires, assurés par les professeurs, dans le temps scolaire. On voudrait évacuer les enseignements artistiques et les dispositifs de pratiques artistiques du temps scolaire que l’on ne s’y prendrait pas autrement.

L’introduction d’une épreuve au brevet des collèges, voulue par le président de la République, jamais débattue nulle part, et dont rien n’est dit sur la forme et l’importance, suscite de nombreuses interrogations.

Les signataires refusent ces pourcentages arbitraires qui n’ont aucun sens dans la conception des disciplines enseignées au collège.

Ils rappellent leur attachement :

à des enseignements ouverts, vivants, émancipateurs, permettant de construire une culture commune avec les élèves, qui ne se réduise pas à la transmission de repères historiques, patrimoniaux ou culturels ;

aux enseignements obligatoires d’éducation musicale et d’arts plastiques, et aux dispositifs de pratiques artistiques dans le temps scolaire articulés aux enseignements.

Ils exigent l’ouverture d’une concertation et d’un véritable débat avec la profession avant toute modification des programmes et des disciplines enseignées.

Autres articles de la rubrique archives 2003-2008

  • Histoire des arts : inacceptable
    X. Darcos et C. Albanel ont annoncé une série de mesures concernant l’éducation culturelle et artistique, mercredi 30 janvier. L’une de ces mesures est inacceptable : au collège, l’histoire des arts... Lire la suite (Février 2008)
  • Nouvelles lettres de mission sur l’éducation artistique
    Lire notre analyse concernant les différentes lettres de mission et la circulaire sur l’accompagnement scolaireLire la suite (Septembre 2007)
  • Programmes
    Pour consulter le programme de seconde, cliquez ici Pour consulter le programme de première L arts et de l’option facultative, cliquez ici Pour consulter le programme de terminale L arts cliquez... Lire la suite (Juin 2005)
  • Programmes
    Pour consulter le programme de seconde cliquez ici Pour consulter le programme de première L ARTS cliquez ici Pour consulter le programme de première option facultative cliquez ici Pour... Lire la suite (Août 2003)
  • Programmes
    Pour consulter le programme de seconde cliquez ici Pour consulter le programme de première L ARTS cliquez ici Pour consulter le programme de première option facultative cliquez ici Pour... Lire la suite (Août 2003)