Actualité chorégraphique

Jusqu’au 13 octobre à l’Opéra de Bordeaux puis Du 17 au 20 février au Théâtre National de Chaillot

« Pneuma »

Carolyn Carlson a sous-titré sa chorégraphie « Suite d’une conversation avec Bachelard ». S’inspirant de l’ouvrage du philosophe L’air et les songes, essai sur l’imagination du mouvement , elle a imaginé un poème visuel peuplé de rêves de vol, d’ailes, de vents violents, d’élévation et de chutes. Elle a toujours accordé beaucoup d’importance à la musique contemporaine. C’est sur la musique de Gavin Bryars, qui a travaillé aussi pour William Forsythe, Merce Cunningham, Lucinda Childs et Jiri Kyliàn, et de Philip Jeck, que les vingt-deux danseurs s’élancent, tiraillés entre envol et attraction terrestre.

Danse : pneuma

Pour Gaston Bachelard, le souffle ouvre la porte de l’imaginaire. Carolyn Carlson en fait la respiration qui nous entraîne dans l’espace. C’est une œuvre lumineuse où les danseurs passent du noir au blanc, où des ventilateurs soulèvent les robes et les manteaux, où les cheveux s’envolent semblant entraîner les danseuses. Les yeux levés vers le ciel, scrutant l’immensité ou se laissant porter par les vents ascendants, les danseurs semblent s’élever vers le sacré pour grandir spirituellement. Se dégageant de l’attraction terrestre ils paraissent légers comme des plumes. Même le petit arbre posé en fond de scène se laisse emporter très lentement passant d’un bord à l’autre du plateau. Il y a de l’humour avec des tapis d’herbes semblables à des tapis de gymnastique, des costumes étranges qui balancent entre légèreté et complexité, entre souplesse et entrave, mais ce sont surtout des images ascendantes d’ouverture, d’évasion qui s’impriment en nous. Les éclairages créent une ambiance à la fois douce et lumineuse et contribuent à la beauté de la chorégraphie. Inlassablement toutes les figures de l’envol se déploient, en ralentis, en accélérations, en spirales étourdissantes qui emportent trois, six, neufs, tous les danseurs. Tout semble simple, doux et aérien. C’est très beau.

Micheline Rousselet

Grand Théâtre

Place de la Comédie, 33000 Bordeaux

du 5 au 13 octobre à 20h

Tournée à Saint-Petersbourg

Du 17 au 20 février au Théâtre National de Chaillot

1 place du Trocadéro, 75016 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 53 65 30 00

Autres articles de la rubrique Actualité chorégraphique

  • La Briqueterie : rencontrer la danse en train de se faire
    Ce projet, âprement défendu depuis les années 90 (lieu trouvé dès 1997 !) par Michel Caserta, l’ancien directeur et fondateur de la Biennale de Danse du Val de Marne dont nous avions publié un long... Lire la suite (Avril 2013)
  • La Belle et la Bête
    La Belle et la Bête, conte de Mme Leprince de Beaumont connu de tous, est la trame de ce ballet présenté par la Compagnie de la chorégraphe Ethery Pagava, avec la participation de jeunes danseurs des... Lire la suite (Avril 2013)
  • 17ème Biennale de Danse et ouverture de "LA BRIQUETERIE"
    Comme nous l’avons annoncé dans l’US-Magazine de février, cette année le début de la 17ème Biennale nationale de danse du Val-de-Marne, programmée du 20 mars au 20 avril, va coïncider avec l’ouverture... Lire la suite (Mars 2013)
  • « D’Artagnan »
    Ethery Pagava, ancienne danseuse-étoile des Ballets Roland Petit, a déjà présenté plusieurs créations à l’Espace Paris Plaine. Cette année, elle a chorégraphié une adaptation des Trois Mousquetaires... Lire la suite (Décembre 2010)
  • « L’homme de l’Atlantique »
    Le rideau de scène n’est pas rouge, mais bleu nuit avec de minuscules paillettes d’or scintillantes. Lorsque s’élève la « voix », celle de Frank Sinatra chantant « Strangers in the night », le décor... Lire la suite (Décembre 2010)