Communiqués

Pour M. Boissinot, c’est « avant d’être stagiaire, soyez précaire » !

Dans une interview accordée à l’AEF, le Recteur de l’académie de Versailles, Alain Boissinot, détaille son plan d’expérimentation de masters en apprentissage pour devenir enseignant.

Les propositions du recteur Boissinot sont scandaleuses car elles cherchent à pérenniser un dispositif qui a montré toutes ses limites cette année, à savoir affecter les lauréats des concours directement à temps plein devant les élèves.

Encore une fois, tout le monde risque d’être perdant, à commencer par les élèves qui auront en face d’eux un étudiant n’ayant pas achevé sa formation, mis en responsabilité sans les outils nécessaires.

Les étudiants seront également perdants car le temps passé à préparer et assurer les cours se fera au détriment de leur formation disciplinaire et didactique dans le cadre du master. En outre le type de contrat qui leur est proposé ne leur ouvrira aucun droit à la protection sociale, ni à la prise en compte des années d’études, néanmoins travaillées, pour la retraite.

Le message est donc clair : « si vous souhaitez vous engager dans l’éducation nationale, commencez par être précaire »

- Boissinot propose donc de ré-inventer au rabais l’ex deuxième année d’IUFM en la plaçant pendant le master, de façon à tenter de justifier la suppression de toute formation pour les lauréats des concours, confondant volontairement éléments de préprofessionalisation et formation professionnelle après le concours
- Cela ne réglera pas le problème de la formation des maîtres, car peu de candidats seront issus de ces masters. Il annonce lui-même quelques dizaines d’étudiants, dérisoire par rapport aux 25000 candidats des seuls CAPES, CAPEPS, CAPLP et CPE externes de la session 2011. Le problème de l’entrée dans le métier reste donc entier.

Plutôt que d’inventer des dispositifs à la va-vite, sans réflexion d’ensemble, le Ministre ferait mieux d’écouter les organisations syndicales, en particulier celles qui sont majoritaires.

Pour le SNES, la formation des enseignants et CPE doit être pensée sur l’ensemble du cursus, jusqu’aux premières années d’exercice. À l’université, la formation disciplinaire doit comprendre des éléments d’histoire de la discipline, d’épistémologie, de didactique, de sociologie et psychologie mais également des stages d’observation et de pratique accompagnée.

Enfin, l’année de fonctionnaire stagiaire doit redevenir une réelle année de formation en alternance avec des allers-retours entre formations théoriques et pratiques, des échanges collectifs. C’est pourquoi le temps de service des enseignants et CPE stagiaires ne peut dépasser le tiers de celui des titulaires.

Pour assurer les recrutements et un nombre suffisant de candidats aux concours, il devient urgent de mettre en place une allocation d’autonomie pour les étudiants, ainsi que des pré-recrutements pour ceux souhaitant s’engager vers les métiers de l’enseignement et de l’éducation.

Les métiers de l’enseignement et de l’éducation sont des métiers de conception. La formation ne peut pas se faire sur le tas.

Autres articles de la rubrique Communiqués

Mots-clés