Année 2015-2016

Pour changer le collège : dégradez le lycée ? (Aix-Marseille)

A la rentrée 2016, la « priorité au premier degré » et l’idéologie de l’école du socle se traduisent par un transfert important de moyens des lycées vers les collèges. Pour tenter de faire « avaler » la réforme Collège2016, les DGH des lycées sont rabotées : fermeture d’options, diminution drastique des capacités d’accueil en BTS, augmentation du nombre d’élèves par classe, suppression de dédoublements... Pour mettre en place des EPI et de l’AP pour les collégiens, on met en péril la réussite de leurs aînés.

Dans le même temps, deux décrets sur le redoublement - en Seconde et en Terminale - paraissent sans aucune anticipation de leurs effets. Augmentation des effectifs en Première ? Elèves aux parcours différenciés en Terminale ? On improvisera ...

Quant à l’EMC en série technologique, dans un tel marasme, on comprend que pour le rectorat elle ne soit pas une priorité à financer. Qu’à cela ne tienne, on la mettra en place au prix de quelques dédoublements, ou on organisera quelques « journées » ici ou là, festival de morale, foire au civisme !

Alors que la hiérarchie entre les voies et les séries s’est aggravée, que les épreuves du baccalauréat désorganisent la vie des lycées dès le mois de mars, que l’échec dans le supérieur est massif, le Ministère refuse de faire sérieusement le bilan de la Réforme Chatel, et généralise ses pires aspects au collège. Mais sous la formule « bac-3/bac+3 » l’administration se concocte une bonne conscience : c’est pourtant au lycée que se joue la réussite dans le supérieur... ou l’échec

Autres articles de la rubrique Année 2015-2016