Actualité théâtrale

Jusqu’au 25 juin à la Comédie de Paris

« Pour que tu m’aimes encore »

Après La banane américaine , son premier seule en scène, en 2013, où on suivait les aventures d’enfance d’une petite fille, Élise Noiraud se penche sur l’adolescence d’Élise. Elle a 13 ans et demi, elle est à l’âge des premières boums, des premières amours, ses seins commencent à pousser, elle est dans cet entre-deux d’autant plus inconfortable qu’elle a une maman déprimée, qui a peur de ne pas être aimée, veut faire de l’humour et ressemble plus à un éléphant dans un magasin de porcelaine qu’à une maman à l’écoute.

Théâtre : Pour que tu m'aimes encore

Élise Noiraud est seule en scène. Elle est l’adolescente qui, pour la fête du collège, prépare avec ses copines une chorégraphie sur une chanson de Céline Dion, qu’elle adore, elle parle à son journal, s’émeut sur le voyage scolaire en Pologne où tout était beau, « même la pluie qui était différente ». Elle est aussi sa mère qui la harcèle pour qu’elle lui prête son attention, qui lui dit « ce n’est tout de même pas insurmontable de parler deux minutes avec ta mère », mais ne lâche pas une seconde la parole, faisant les demandes et les réponses. Elle est le prof de sport, le prof de techno, tous ces profs qui annoncent les projets que « nous allons faire ensemble ». Même s’il y a quelques clichés dans le texte, on s’attendrit devant les réflexions de cette adolescente dans l’entre-deux des âges, mais aussi des sentiments, lucide mais généreuse, qui aime sa mère même si elle l’agace, prête à prendre la vie avec gourmandise, même si elle a parfois un peu peur. On s’amuse, on rit, les ados s’y reconnaissent et les plus anciens y retrouvent des émotions du passé.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h30, relâche dimanche et lundi

Comédie de Paris

42 rue Pierre Fontaine, 75009 Paris

Réservations  : 01 42 81 00 11

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Seuls »
    Harwan, étudiant en sociologie de l’imaginaire à Montréal, termine sa thèse sur « le cadre comme espace imaginaire dans les solos de Robert Lepage », le grand metteur en scène québécois. S’il a choisi... Lire la suite (27 septembre)
  • The great disaster
    La compagnie ASKELL part en tournée en Algérie avec The Great Disaster, l’histoire d’ un immigré italien, Giovanni Pastore, « qui n’aurait jamais dû quitter sa Mamma ». Emmanuelle Péron met en scène sous... Lire la suite (27 septembre)
  • « Edmond »
    En 1897, Edmond Rostand est déprimé en raison du récent échec de sa pièce en vers. En dépit de l’amitié et de l’admiration de Sarah Bernhardt, alors au sommet de sa gloire, il n’arrive plus à écrire et... Lire la suite (25 septembre)
  • « Brasseur et les enfants du paradis »
    Hiver 1943, Prévert, Carné, Kosma et Trauner sont réfugiés en Provence dans une maison louée par Prévert à Tourettes-sur-Loup. La menace les entoure, les Allemands sont entrés en zone Sud. Kosma et... Lire la suite (23 septembre)
  • « Le dépeupleur »
    De ce court texte de Beckett, Serge Merlin ne s’est jamais beaucoup éloigné depuis 1978, où il l’a créé pour la scène au festival off d’Avignon. Un texte un peu énigmatique mais fascinant où l’on trouve... Lire la suite (23 septembre)