La réforme Chatel des séries technologiques

Pour un développement des séries technologiques : éléments d’historique

Les ministères successifs se sont rarement inquiétés de l'avenir de la voie technologique

Les ministères successifs se sont rarement inquiétés de l'avenir de la voie technologique. Leur principal souci était, sous couvert d'une amélioration de la lisibilité, de réduire le nombre de spécialités voire de transformer les séries technologiques en séries générales à coloration technologique.

Les différents rapports commandés par les ministères allaient dans ce sens.

Le rapport Forestier proposait de réduire de 12 à 7 l'ensemble des bacs STI, STL et SMS.

Le rapport Decomps, s'il proposait de prolonger la série SMS par un BTS, maltraitait lui aussi les spécialités de STI en les réduisant à quatre (voir US 543 et 546).

Le rapport Belloubet envisageait la suppression des séries technologiques transformées en séries générales à options technologiques.

Sans les pressions du SNES un certain nombre de formations industrielles auraient complètement disparues, la série STT serait peut-être devenue une série générale et il ne serait toujours pas question de prolonger la série SMS par un BTS.

Mais nous ne pouvons nous satisfaire de cette situation. En rester là pourrait conduire à un étiolement de la voie technologique. Il faut rénover et promouvoir toutes les séries technologiques.

Dans ce sens, le SNES n'a cessé de faire des propositions.

Nous avons "répondu" au rapport Forestier par des propositions contenues dans un supplément au numéro 511 de l'US.

Nous avons publié en mai 2004 un dossier intitulé pour développer la voie technologique.

C'est dans cet esprit que nous avons "étudié" les dernières propositions de l'Inspection Générale de STI.

Nous avons regroupé les éléments dont nous disposions à l'époque dans un supplément à l'US  619 du 6 mai 2005 et, malgré le silence ministériel, nous avons essayé de diffuser les informations fiables et stabilisées en notre possession, y compris les projets de bacs STI, STL et SMS et Arts Appliqués.

Nous disions dans un article du 20 janvier 2006 que pour le SNES le projet de l'inspection générale de STI est, dans son état actuel, inacceptable. Nous maintenons cette opinion comme nous maintenons les propositions que nous faisions dans cet article.

A ce stade de la réflexion le ministère ne doit plus travailler dans le secret; mais engager une vraie concertation.

Il faut se hâter à cause du retard pris et de l'évolution actuelle des effectifs dans ces séries mais il faut aussi prendre le temps d'associer tous les enseignants concernés et de permettre à toutes les instances officielles de concertation (dont les CPC) de travailler correctement.

 

La réforme, car nous souhaitons qu'il y ait une réforme, se gagnera aussi sur le terrain.

Rien n'est joué. Le SNES est déterminé à peser sur l'élaboration de la réforme comme sur sa mise en place. Cela implique la mobilisation de tous, les enseignants de STI de STL de SMS et d'Arts Appliqués, mais aussi les autres.

Autres articles de la rubrique La réforme Chatel des séries technologiques