Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Katia Lewkowicz (France)

"Pourquoi tu pleures ?" Sortie en salles le 15 juin 2011

Celui que sa sœur appelle encore par son surnom d’enfant, Cui cui, est sur le point de convoler. Mais lui qui semblait ignorer jusque là toute forme de contraintes, se retrouve tout à coup obligé de prendre des décisions, de choisir entre un passé familial et un avenir conjugal, entre pétales ou dragées pour les noces et surtout entre une fiancée qu’il aime et une nouvelle venue dans sa vie pour laquelle il nourrit une débordante passion.

Katia Lewkowicz demande au spectateur d’être d’emblée complice de l’histoire où elle va l’entraîner, de lui faire entièrement confiance, de passer sur une mise en route un peu chaotique, un rien fourre-tout, mais déjà réjouissante.
Et ce n’est qu’à la condition d’avoir accepté des partis pris d’une narration inhabituelle, qu’il pourra savourer pleinement les aventures prénuptiales d’un personnage lunaire aux prises avec une réalité frustrante, une mère fantasque, une sœur lucide, une fiancée sûre d’elle, une belle famille étrangère, débordante d’affection dont il ne comprend pas la langue, et une jeune femme toute simple qui ne demande qu’à aimer et être aimée en retour.
Le personnage, s’il se retrouve dans une situation convenue, échappe complètement au catalogue des candides du cinéma. Il n’est ni un gaffeur ni un asocial, ni tout à fait un marginal. C’est simplement quelqu’un d’incertain qui n’a jamais jusque là, clairement posé les lignes qui le définissent. Qui s’est laissé en suspens, planant au-dessus des situations avant que les règles de l’existence ne finissent par s’imposer à ceux qui y ont jusque là, miraculeusement échappé.
Sans être un comédien tout à fait accompli, Benjamin Biolay est parfait, justement parce que ses tâtonnements de jeu vont dans le sens du personnage.
Pourtant, dans la conduite de son récit, Katia Lewkowicz n’a pas évité les clichés. La rupture avec le célibat n’est pas un sujet tout neuf. Un personnage sur la touche et qui n’a pas bien mesuré l’ampleur du chantier non plus, une mère fantasque et plutôt indigne pas plus, une sœur qui ne sait pas ne pas voir la réalité non plus, ni une communauté d’immigrés joyeux et affectueux et un groupe de bons copains qui veillent au grain…
Mais le traitement pour lequel elle a opté est tout autre chose, à la fois de guingois et minutieux, finement observateur, jouant tour à tour sur la distance et sur la proximité, sur des tonalités de narration variables et quelquefois complètement en rupture les unes avec les autres.
Les comédiens semblent tous parfaitement complices et heureux de participer à une telle aventure. Ils font leur, avec bonheur et une constante inventivité, un dialogue ciselé, déjanté, et qui sait si bien remettre à leur place les sentiments ordinaires et servir les excentricités du cœur.
Voilà, dans le paysage un peu morne du cinéma français de ces dernières semaines, un film au ton tout neuf. Jubilatoire !
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Leçon de classes »
    Bratislava 1983. Au moment où le communisme s’achève. Maria Drazdechova, enseignante et membre du Parti, manipule sans états d’âme élèves et parents, pour tirer des bénéfices personnels de son pouvoir... Lire la suite (23 octobre)
  • "Corps et âme"
    Maria est la nouvelle responsable-qualité recrutée par une entreprise d’abattage de bêtes dont Endre est le directeur financier. Lorsque Maria, personnage inhibé et solitaire, voit apparaître en... Lire la suite (22 octobre)
  • « Brooklyn Yiddish »
    Menashé habite et travaille dans le quartier juif ultra orthodoxe de Brooklyn. Modeste employé dans une épicerie, il a du mal à joindre les deux bouts. Cependant, après la mort de sa femme, il... Lire la suite (22 octobre)
  • « Mémoires d’un condamné »
    Jules Durand, docker-charbonnier au port du Havre et syndicaliste modéré, est condamné à mort en novembre 1910 pour un crime qu’il n’a pas commis. « Le Dreyfus des ouvriers » sera innocenté par la cour... Lire la suite (21 octobre)
  • « Tous les rêves du monde »
    Pamela est une jeune fille portugaise de la deuxième génération. Elle vit en France et elle est parfaitement intégrée à la société française. Cependant, très attachée à sa famille restée fidèle à la... Lire la suite (20 octobre)