Archives 2002-2005

1 er juin 2003

Projet de Loi et commentaire comparaison textes statutaires et projet de loi

COMMENTAIRE

Qu’est ce qui change ?

I Le cadre de la mission
Elle s’inscrit désormais dans le cadre de la politique d’apprentissage et de formation professionnelle des jeunes (et non des élèves) et des adultes à la recherche d’un emploi ou d’une nouvelle orientation professionnelle ainsi que dans le cadre de l’assistance aux candidats à la validation des acquis de l’expérience.
Ceci correspond à un glissement complet de nos activités qui selon l’ article 2 de notre statut s’exercent prioritairement en direction des élèves et des étudiants en formation initiale
Elle est ainsi conforme aux recommandations du mémorandum européen qui visait dans son message n° 5 à inscrire l’orientation dans les objectifs d’éducation et d’orientation tout au long de la vie. Rappelons les recommandations du rapport Cassaing à ce sujet :
« Il faut progressivement ouvrir des centres de ressources, d’accueil, d’accompagnement, de bilan et d’orientation. Le système d’orientation doit permettre d’offrir aux individus une information pertinente et accessible facilement. Il doit répondre de façon personnalisée à tout individu quel que son âge, son parcours, son lieu d’habitation et le moment où il s’interroge. Pour cela il faut réfléchir à la mise en place de moyens diversifiés d’information et d’auto-évaluation, des moyens d’accompagnement dans la recherche d’information ( de plus en plus denses et complexes ) Il faudrait également conseiller les individus en fonction de leurs objectifs , les aider à construire un projet professionnel et à le traduire en parcours formateur »
Bref un rôle de « courtier en orientation » selon les termes du mémorandum

Ce rapport oublie quelques détails d’importance :

 Il y a en France un réseau de 580 CIO , services publics gratuits et de proximité relevant du Ministère de l’Education Nationale qui sont de véritables centres de ressources pour l’information et les conseils sur la scolarité, la formation et l’orientation . En outre ces centres travaillent en partenariat avec les autres structures s’occupant des jeunes adultes au sein du réseau public d’insertion des jeunes (RPIJ) dont on a décidé sans autres formes de bilan qu’il ne fonctionnait pas, pour justifier un regroupement de toutes les structures dans un guichet unique, au risque de déséquilibrer tout le système mis en place dans l’Education Nationale pour aider les élèves et les étudiants à élaborer et à réaliser leurs projets scolaires et professionnels.
 Il y a en France un réseau public d’information sur les enseignements et les professons ( ONISEP) avec une base de données unique au monde recensant les formations du collège au 3ème cycle universitaire dans 17000 établissements , un site internet actualisé régulièrement grâce au informations nationales et régionales de 800 professionnels travaillant en réseau (Services centraux et délégations régionales). Ce réseau met gratuitement à la disposition des collégiens et des lycéens 10 Millions de guides distribués dans les établissements publics et privés sous contrat.
 Il y a en France des professionnels qualifiés , psychologues spécialistes de l’adolescence, du système éducatif et des questions d’orientation et d’insertion qui travaillent au plus près des élèves et de leur famille au sein des établissements scolaires et dans les CIO
Le nouveau cadre de travail qui serait ainsi imposé aux co-psy reviendrait à en faire des informateurs sur les ressources de l’apprentissage et sur les stages de formations mis en place par les régions à destination des publics adultes ou jeunes sans formation professionnelle.
Tout le travail en direction des élèves serait confié aux enseignants. L’intervention en direction des étudiants n’est plus mentionnée.

II L’appellation et la qualification

Au lieu d’utiliser l’intitulé exact du corps le projet de loi parle de « personnels d’orientation » . Ce n’est pas un hasard dans le contexte si la qualification de psychologue disparaît ! Le ministère de l’Education Nationale a maintes fois montré son hostilité à ce qui constitue pourtant le cœur du métier depuis l’origine.
Ceci signifie un déplacement des préoccupations en matière d’orientation, de la personne , dont le développement de la personnalité était visé dans la loi de 89, à une gestion des flux d’élèves et de jeunes sans formations en fonction des priorités économiques locales.

III La nature de l’intervention

Dans l’article proposé par le gouvernement disparaît tout ce qui fait référence au travail en direction des élèves et des étudiants afin de contribuer à leur observation et à la mise en œuvre des conditions de leur réussite scolaire, ainsi que l’aide à l’élaboration de leurs projets scolaires et professionnels. Seul subsiste un rôle d’expert , sans que la nature de l’expertise ne soit clairement indiquée puisque celle ci n’est plus référée à un corps professionnel correspondant à des missions , une formation et un champ d’intervention.
En outre l’expertise ne signifie absolument pas la présence dans les établissements. Le terme laisse plutôt entendre une intervention ponctuelle et exceptionnelle, donc extérieure.
C’est tout le travail de suivi , de prévention des décrochages scolaires et des sorties prématurées du système éducatif qui sera anéanti par l’éclatement des équipes de suivi dans les établissements scolaires .

IV L’organisation des services

La loi organise la disparition des CIO qui transférés aux régions perdront toute spécificité éducative et seront regroupés avec les autres structures ayant en charge les adultes. La possibilité de création de CIO est abrogée
C’est toute une conception de centres de ressources à disposition des partenaires de la communauté éducative( enseignants, chefs d’établissements, parents ) qui disparaît
Les DRONISEP sont transférées aux régions qui disposeront désormais des moyens d’information en direction des élèves, des enseignants et des parents.
Qu’en sera t il de la gratuité de cette information ?
Qu’en sera t il de son indépendance, notamment par rapport à des chambres professionnelles, des organismes ou établissements privés qui ne manqueront pas d’être sollicités pour financer les documents d’information ?
Qu’en sera t il de sa cohérence si le réseau est démantelé ?

Tous ces éléments montrent à l’évidence que l’on assiste bien à une redéfinition complète du métier de conseiller d’orientation-psychologue mais également à une transformation en profondeur des missions de l’Ecole. Rappelons que le gouvernement a choisi de procéder aux transferts avant de mener un débat en profondeur sur ces missions, ce débat ne lui apparaissant pas premier !
Si l’on examine de près le discours du Premier Ministre, on ne peut qu’être frappé par sa volonté de traiter d’un malaise enseignant qui serait avant tout provoqué, selon lui, par l’excès d’exigences que la société adresse à l’Ecole. De quoi préparer un repli sur « le lire, écrire, compter » dont L Ferry nous a déjà servi une version récente mais qui a toujours été le crédo des gouvernements de droite dans le passé..

Autres articles de la rubrique Archives 2002-2005

Mots-clés