Actualité théâtrale

Jusqu’au 8 octobre au Lucernaire

« Pyrénées » ou le voyage de l’été 1843

L’été 1843, Victor Hugo a 41 ans et il part pour un voyage de deux mois qui le mène de Bordeaux au Pays Basque puis au Nord de l’Espagne avant de revenir par Cauterets et l’île d’Oléron, un voyage qui connaîtra un épilogue tragique. C’est le récit de ce voyage, entrecoupé des lettres qu’Hugo écrit à sa femme et ses enfants, qu’a souhaité porter sur scène le comédien Julien Rochefort, un texte peu connu et qui séduit tout de suite par sa spontanéité, sa vivacité et sa liberté de ton. L’art de conteur de Victor Hugo est éblouissant. Les observations se mêlent aux réflexions sur le progrès, qui a posteriori sont souvent très drôles : « Biarritz, je n’ai qu’une peur, qu’il ne devienne à la mode ». L’humour imprime sa marque tant à la description des villes qu’aux choix difficiles à faire, raconter plutôt ce qu’il a mangé ou les affiches en ville ! L’évocation de son premier amour, lors d’un séjour qu’il fit enfant à Bordeaux, allie tendresse et remarques très proustiennes sur le souvenir. On croise des paysannes, on entre dans des auberges, on le suit dans ses randonnées et ses explorations. On passe du lyrisme dans la description de Gavarnie à une certaine noirceur prémonitoire dans celle de l’île d’Oléron, puis en quelques secondes, on bascule dans la tragédie.

Théâtre : Pyrénées

Dans un espace nu avec juste des rideaux noirs en fond de scène, Julien Rochefort marche, s’arrête et dit ce texte. Le ton un peu affecté du début devient plus naturel ensuite, ce qui est heureux, le mouvement des mains donne vie à l’écrivain et l’acteur nous entraîne dans l’écriture vibrante et fascinante de Victor Hugo.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Seuls »
    Harwan, étudiant en sociologie de l’imaginaire à Montréal, termine sa thèse sur « le cadre comme espace imaginaire dans les solos de Robert Lepage », le grand metteur en scène québécois. S’il a choisi... Lire la suite (27 septembre)
  • The great disaster
    La compagnie ASKELL part en tournée en Algérie avec The Great Disaster, l’histoire d’ un immigré italien, Giovanni Pastore, « qui n’aurait jamais dû quitter sa Mamma ». Emmanuelle Péron met en scène sous... Lire la suite (27 septembre)
  • « Edmond »
    En 1897, Edmond Rostand est déprimé en raison du récent échec de sa pièce en vers. En dépit de l’amitié et de l’admiration de Sarah Bernhardt, alors au sommet de sa gloire, il n’arrive plus à écrire et... Lire la suite (25 septembre)
  • « Brasseur et les enfants du paradis »
    Hiver 1943, Prévert, Carné, Kosma et Trauner sont réfugiés en Provence dans une maison louée par Prévert à Tourettes-sur-Loup. La menace les entoure, les Allemands sont entrés en zone Sud. Kosma et... Lire la suite (23 septembre)
  • « Le dépeupleur »
    De ce court texte de Beckett, Serge Merlin ne s’est jamais beaucoup éloigné depuis 1978, où il l’a créé pour la scène au festival off d’Avignon. Un texte un peu énigmatique mais fascinant où l’on trouve... Lire la suite (23 septembre)