Actualité théâtrale

Jusqu’au 8 octobre au Lucernaire

« Pyrénées » ou le voyage de l’été 1843

L’été 1843, Victor Hugo a 41 ans et il part pour un voyage de deux mois qui le mène de Bordeaux au Pays Basque puis au Nord de l’Espagne avant de revenir par Cauterets et l’île d’Oléron, un voyage qui connaîtra un épilogue tragique. C’est le récit de ce voyage, entrecoupé des lettres qu’Hugo écrit à sa femme et ses enfants, qu’a souhaité porter sur scène le comédien Julien Rochefort, un texte peu connu et qui séduit tout de suite par sa spontanéité, sa vivacité et sa liberté de ton. L’art de conteur de Victor Hugo est éblouissant. Les observations se mêlent aux réflexions sur le progrès, qui a posteriori sont souvent très drôles : « Biarritz, je n’ai qu’une peur, qu’il ne devienne à la mode ». L’humour imprime sa marque tant à la description des villes qu’aux choix difficiles à faire, raconter plutôt ce qu’il a mangé ou les affiches en ville ! L’évocation de son premier amour, lors d’un séjour qu’il fit enfant à Bordeaux, allie tendresse et remarques très proustiennes sur le souvenir. On croise des paysannes, on entre dans des auberges, on le suit dans ses randonnées et ses explorations. On passe du lyrisme dans la description de Gavarnie à une certaine noirceur prémonitoire dans celle de l’île d’Oléron, puis en quelques secondes, on bascule dans la tragédie.

Théâtre : Pyrénées

Dans un espace nu avec juste des rideaux noirs en fond de scène, Julien Rochefort marche, s’arrête et dit ce texte. Le ton un peu affecté du début devient plus naturel ensuite, ce qui est heureux, le mouvement des mains donne vie à l’écrivain et l’acteur nous entraîne dans l’écriture vibrante et fascinante de Victor Hugo.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Songes et métamorphoses »
    Guillaume Vincent a associé au Songe d’une nuit d’été de Shakespeare des extraits des Métamorphoses d’Ovide, d’une part dit-il parce que les références au texte d’Ovide sont nombreuses dans Le s... Lire la suite (27 avril)
  • « L’abattage rituel de Gorge Mastromas » de Dennis Kelly.
    Gorge a eu, dans son enfance, une période perturbée par ses fluctuations amicales à l’égard de son voisin de pupitre et ami, Paul, leader de la classe. Ce qui ne l’a pas empêché, parvenu à l’âge... Lire la suite (26 avril)
  • « La chose commune »
    Avec ses espoirs d’une nouvelle société plus juste, plus libre, où les femmes auraient enfin droit à la parole au même titre que les hommes, plus démocratique aussi et avec sa fin tragique, qui a sonné... Lire la suite (24 avril)
  • « Le dernier chant »
    Tchekhov connaissait bien les acteurs et les actrices et il les aimait. Il n’ignorait rien de leur besoin de reconnaissance, de leur désir de briller, rien non plus de leurs fragilités, l’angoisse... Lire la suite (20 avril)
  • « L’histoire d’une femme »
    Une jeune femme traverse la rue. Un homme en vélo claque une main sur ses fesses et poursuit son chemin en éclatant de rire. Elle s’effondre. Des hommes s’agitent autour d’elle, cherchant un téléphone... Lire la suite (15 avril)