Situation et enjeux

Réforme du collège :

Qu’est-ce qui change vraiment à la rentrée 2017 ?

La réforme du collège a été modifiée par l’arrêté du 16 juin 2017 (BO du 22 juin 2017). Il faut voir dans l’ouverture rapide du dossier le fruit de l’action résolue du SNES-FSU et des personnels, très majoritairement opposés à cette réforme.
Cependant, au nom de l’autonomie des établissements une nouvelle étape de dérégulation est franchie avec le financement des enseignements facultatifs sur la marge horaire, mettant ainsi un peu plus en concurrence les disciplines, les collègues et les établissements.

Ce qui est maintenu
- les horaires des enseignements obligatoires
- l’horaire global dédié à l’AP et aux EPI : 3h au cycle 3 et 4h au cycle 4

AP et EPI : assouplissement

- Suppression de la répartition horaire imposée EPI/AP au cycle 4, des 8 thématiques d’EPI, des deux thèmes au moins par an et des six sur le cycle
- Obligation pour chaque élève d’avoir suivi de l’AP et des EPI à la fin du cycle 4 et répartition horaire identique pour tous les élèves d’un même niveau.
- Possibilité de faire des EPI en classe de Sixième

Les enseignements de compléments deviennent des enseignements facultatifs

- rétablissement des bilangues en Sixième sans clause de continuité avec le CM2 et avec au maximum 6h d’enseignement de LVE. La même possibilité est offerte au LVR.
- ouverture d’un enseignement de langues et cultures européennes s’appuyant sur l’une des langues vivantes étudiées dans l’établissement et qui remplace les anciennes classes européennes, dans la limite de deux heures hebdomadaires au cycle 4. Le même dispositif sera possible pour les langues régionales
- ouverture possible d’une forme de DNL (Discipline non linguistique) en langue vivante étrangère ou régionale
- rétablissement partiel des horaires de Langues et cultures de l’Antiquité avec 1h en cinquième, 3h en Quatrième et en Troisième.
Ces enseignements peuvent être financés sur la marge horaire de 3h ou par une dotation spécifique.

L’arrêté ne bouleverse pas l’organisation prévue pour la rentrée 2017. Il ouvre des possibilités d’assouplissement et de réintroduction de certains enseignements dans les établissements, mais sans garantir les moyens de les mettre en œuvre et créant des tensions entre les enseignants et les disciplines qui sont mises en concurrence. Après une année particulièrement difficile, il faut éviter le piège de l’autonomie et ne pas laisser au seul chef d’établissement des choix qui relèvent des équipes et du conseil d’administration. Seule une réponse collective et solidaire des équipes peut éviter cela.

Autres articles de la rubrique Situation et enjeux

  • Réforme du collège : assouplissement à double tranchant
    L’arrêté modifiant la mise en œuvre de la réforme du collège a été longuement étudié au Conseil supérieur de l’éducation du 8 juin et a reçu un avis consultatif négatif. Cette réouverture des discussions est... Lire la suite (8 juin)
  • Collège : préparer la rentrée
    Le ministre a écrit aux chefs d’établissement pour expliciter l’organisation de la rentrée suite à l’arrêté du 16 juin 2017 modifiant l’arrêté du 19 mai 2015. Réforme : variations sur le même thème : Il... Lire la suite (29 juin)
  • Réforme : Campagne des HIS
    Le SNES-FSU a lancé au mois de mai une campagne d’heures d’information syndicale et de conseils syndicaux académiques pour faire un bilan de la mise en place de la réforme du collège. Les témoignages... Lire la suite (22 juin)
  • Assouplissement versus autonomie
    Le Conseil Supérieur de l’Éducation s’est réuni le jeudi 8 juin 2017 et s’est prononcé sur le projet d’assouplissement de collège2016 qui, prenant en compte la lutte des collègues impulsée par le... Lire la suite (8 juin)
  • LVER, LCA : de nouveaux dispositifs et enseignements facultatifs
    L’offre en LVER (langues vivantes étrangères et régionales) et LCA (langues et cultures de l’antiquité) est enrichie, les « enseignements de complément » devenant des « enseignements facultatifs », avec... Lire la suite (8 juin)