Archives

Actualité - janvier 2008

Quand le Figaro donne des leçons d’histoire... Billet d’humeur de Patrice Bride, groupe Histoire-Géo.

Alors que nos collègues de Sciences Économiques et Sociales sont la cible, directe ou indirecte, de diverses attaques depuis quelques mois, voici qu’un article du Figaro élargit l’objet de la polémique à l’histoire-géographie.

Le contenu de l’article ne mérite guère d’attention, ni sur la forme ni sur le fond : des phrases sorties de leur contexte, picorées où bon lui semble par le journaliste, des citations choisies de personnalités, toutes à charge ; un amalgame entre de prétendus parti pris prosoviétiques il y a quelques décennies et de supposés choix antiaméricanistes et pro-altermondialistes aujourd’hui. Voilà en tout cas un article dont on aurait aimé qu’il applique davantage à lui-même les leçons de rigueur et d’objectivité qu’il veut donner aux autres.

Notre préoccupation n’est pas de défendre les manuels des éditeurs privés, dont on pourrait souhaiter qu’au contraire ils fassent davantage de place, en toute transparence, aux débats tant scientifiques que politiques sur les questions historiques ou actuelles. Par contre, il est plus qu’inquiétant de lire dans un journal qui ne cache pas ses parti pris pro gouvernementaux des prétentions à juger ce qui relèverait d’un « traitement équilibré de la période contemporaine », à vouloir faire la leçon à des auteurs qui, en tant qu’enseignants du secondaire ou du supérieur, sont bien plus au fait des débats historiographiques que le journaliste.

Ce n’est pas un quelconque manque de neutralité qui inquiète le Figaro, et sans doute derrière lui les milieux politiques de droite, c’est bien de ne pas avoir des manuels, et surtout au-delà des enseignants, disposés à ne donner qu’un seul son de cloche, le leur. Les apports de l’histoire-géographie tout comme des SES sont indispensables pour permettre aux élèves de découvrir et réfléchir sur les problèmes de la société actuelle afin de se forger leur propre opinion de citoyens, n’en déplaise aux thuriféraires du monde tel qu’il est.

Autres articles de la rubrique Archives