Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’André Téchiné (France)

"Quand on a 17 ans" Sortie en salles le 30 mars 2016.

Damien est un lycéen de dix-sept ans. Son père, officier dans l’aviation étant le plus souvent en mission dans des pays en guerre, il vit seul avec sa mère, médecin.

Dans sa classe, il s’oppose sans cesse, et le plus souvent physiquement à Tom, un garçon qu’un couple d’agriculteurs a adopté, faute de pouvoir avoir d’enfant.

Alors que Damien coule une vie confortable, Tom, lui, doit non seulement chaque jour aider ses parents dans leurs tâches, mais également parcourir des kilomètres à pied pour rejoindre le lycée.

La violence dont Damien et Tom font preuve l’un envers l’autre qui restait jusque-là sans explication va évoluer lorsque, la mère de Tom hospitalisée, la mère de Damien propose au garçon de venir habiter chez elle.

Cinéma : quand on a 17 ans

Le film d’André Téchiné repose sur la relation triangulaire entre une mère et deux adolescents mis au pied du mur de choix difficiles, qui vont découvrir, repérer et affronter la nature de leurs désirs au fil des trois trimestres qui constituent une année scolaire.

Le chemin s’avérera difficile et les nombreuses obstacles que leur réserve le scénario de " Quand on a dix-sept ans", si elles représentent des épreuves parfois douloureuses pour l’un et l’autre, les aideront progressivement à voit plus clair en eux-mêmes et à lever le voile sur les raisons qui faisaient d’eux, en début d’année, deux ennemis.

Les personnages sont magnifiquement dessinés, habités, interprétés.

Qu’il s’agisse de Marianne, Sandrine Kiberlain toujours si juste pour donner "corps et âme" à une femme qu’on voit ici passer de la légèreté à la douleur, de la fantaisie à la gravité avec une impressionnante fluidité de jeu.

Des deux comédiens adolescents dont c’est la première apparition dans un film, qui sont aussi efficaces chacun dans sa partition, que dans un contraste affiné qui va bien au-delà de la seule différence physique.

La justesse est aussi dans les différentes atmosphères du film, la ferme des parents de Tom, les gestes autour des travaux agricoles, le lycée, la classe, les quelques silhouettes de professeurs, en une seule courte scène, un proviseur plus vrai que nature…

Et puis il y a le paysage qui est un autre personnage du film, magnifiquement photographié dans une ampleur que le personnage de Tom, habitué à le parcourir, finit par rendre familier et auquel, par sa façon de l’appréhender, il donne une apparence rassurante.

André Téchiné est un magnifique conteur d’histoires. Celle-là est simple (la rencontre entre deux adolescents solitaires) mais elle est nourrie de la précision de chaque instant du récit, de la façon dont sont ciselés les personnages jusque dans l’arrière-plan narratif, de la justesse des climats dans chacun des milieux montrés, de cette façon de faire se confronter l’ampleur de l’épopée et le secret de l’intime.

Malgré, la présence en arrière-plan de la guerre meurtrière, malgré la mort de Nathan, les moments de souffrance, c’est la vie qui l’emporte et " Quand on a dix-sept ans " se place résolument de ce côté-là.

Une belle réussite.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "La cigale, le corbeau et les poulets"
    Début 2009, des balles de 9mm accompagnées de lettres de menace parviennent à différents hommes politiques en place ainsi qu’au Président de le République de l’époque, Nicolas Sarkozy. Les lettres sont... Lire la suite (14 janvier)
  • "Fleur de tonnerre"
    Née en 1803 au sein d’une famille de cultivateurs aux revenus modestes, Héléne Gegado deviendra une des plus grandes empoisonneuses de tous le temps avec, à son terrible actif, l’assassinat de vingt... Lire la suite (13 janvier)
  • "Corniche Kennedy"
    Depuis la terrasse de la villa du riche quartier de la Corniche où elle vit avec ses parents, la lycéenne Suzanne observe et photographie un groupe de jeunes gens qui, depuis les hauts rochers de... Lire la suite (13 janvier)
  • "Jamais contente"
    Si Aurore redouble sa classe de cinquième, ce n’est pas qu’elle manque des moyens qui lui permettraient de réussir sa scolarité mais c’est parce qu’elle est rentrée dans une spirale négative qui a fait... Lire la suite (10 janvier)
  • "Vivere"
    Pendant huit ans, de 2001 à 2009, Judith Abitbol est allée filmer une octogénaire, Ede Bartolozzi, dans son village en Italie. Huit années au fil desquelles une lente détérioration physique et... Lire la suite (9 janvier)