actualités

Quel nouveau brevet ? Nouvel état des lieux, améliorations nécessaires, et réflexions pour un débat

L’an passé, le ministère a amorcé la rénovation du brevet des collèges. Après consultation des organisations syndicales, la volonté de transformer l’épreuve d’histoire-géographiedu brevet des collèges en une série de questions à réponse courte, combattue par le SNES et rejetée des collègues, a été finalement abandonnée.

L’épreuve se maintient donc en l’état cette année, mais la nouveauté concerne un exposé oral en histoire des arts à titre expérimental. Celle-ci n’est pas des moindres, et l’on ne peut se satisfaire de ce qui nous est proposé à l’heure actuelle. En effet, il existe un décalage entre l’introduction de l’épreuve et l’absence de rénovation des programmes la rendant adéquate. L’oral est à faire passer sur les heures de cours. Les heures de concertation avec les collègues n’existent pas. Rien n’est dit des méthodes de recherche documentaire, pourtant nécessaire dans la réalisation d’un exposé. Ajoutons le cadrage insuffisant sur les attentes de l’exercice, et son évaluation dans le cadre d’un examen national, où le professeur apparaît juge et partie. Et enfin, que dire de la déficience de la formation des enseignants d’HGEC en histoire des arts !

Par ailleurs, le SNES a enquêté en juin dernier auprès des syndiqués afin de mieux connaître les attentes des collègues sur la rénovation du brevet et de cerner les insuffisances de la formule actuelle, appelée à être transformée ou à disparaître. Le groupe histoire-géo a aussi mené une réflexion lors d’une JRD dont un compte rendu a été publié sur le site du SNES. L’ensemble permet de dégager à la fois des pistes de réflexion et des idées conduisant à un dépoussiérage de l’épreuve. Premier constat, beaucoup de collègues ayant répondu ne sont pas satisfaits de l’épreuve actuelle, mais pour autant, les avis sont beaucoup plus partagés sur le paragraphe argumenté : bien que difficile, par ses démarches, ses exigences intellectuelles, il peut aussi apporter un bagage aux futurs lycéens ; il pourrait être à conserver en le retravaillant (ne serait ce que parce que son nom pose problème : ce n’est ni un paragraphe, ni une argumentation !) Plusieurs hypothèses sont recevables : en alléger la part dans le barème, éviter la répétition de l’exercice en éducation civique qui devrait davantage s’orienter vers l’étude de cas et la confrontation des points de vue. On peut aussi envisager de proposer aux élèves un exercice à l’énoncé clarifié, se muant en « rédaction organisée », ou leur permettre de mener une étude de document plus constructive et ambitieuse en première partie d’épreuve. Ici, les ouvertures sont multiples : faut il dépasser le simple prélèvement d’informations et amener par les questions à une contextualisation plus grande, une mise en relation de plusieurs documents, voire un commentaire plus « composé » d’un document-source, avec un préalable de présentation du document ?

Dernière question : Que faire des repères ? L’exercice contente de nombreux collègues car il permet aux élèves d’engranger des points, mais il nous questionne aussi sur les démarches d’apprentissage et de réflexion de nos disciplines qui ne sauraient se limiter à une mémorisation très mécanique d’une série de dates ou de lieux dont le choix est à discuter et auxquels il faut donner du sens.

La question des épreuves du brevet sera reposée dans l’année car la Dgesco, qui a reporté la rénovation d’un an, compte bien en revoir le contenu. Il est important que nous portions le débat dans la profession. Nous savons bien que les examens pilotent beaucoup les pratiques et la mise en œuvre des programmes. Il est donc important pour nos métiers que ces nouvelles épreuves répondent à des exigences disciplinaires qui nous semblent essentielles pour les élèves en fin de collège. Nous tenons à rester force de proposition et faire entendre nos choix auprès du ministère et plus particulièrement de l’inspection générale sur ce sujet. N’hésitez pas à nous faire part de vos réflexions !

V. Servat

Les derniers articles de la rubrique « actualités »

  • bac et brevet en histoire-géo : grandeur de la France, misère des épreuves

    Sujet d’Amérique du Nord au DNB, sujet de bac de la série STMG : la grandeur de la France ne se discute pas.

    17 juin
  • Allégements de programmes en Histoire-Géographie

    Le SNES porte les demandes d’allègements auprès du ministère en urgence pour les 3ème et Terminales depuis au moins un an. Il a initié la mobilisation collective sous plusieurs formes afin d’être entendu. L’audience auprès de la DGESCO en juin dernier n’avait pas été suivie d’effets immédiats.Nous regrettons vivement que le ministère ait annoncé si tardivement ce projet d’allègements tant (...)

    Septembre 2013
  • Réaménagements des programmes de 3ème et de Terminale en histoire géo : enfin entendus !

    Les organisations syndicales ont été reçues au ministère pour discuter des réaménagements de ces programmes et des sujets aux examens. Des projets d’allègements ont été discutés et sont en cours de finalisation.
    A lire sur le site Eduscol Des allègements substantiels vont être présentés au CSE du 19 septembre pour entrer en vigueur dès cette année. S’ils restent en partie insuffisants et ne résolvent pas tous les problèmes, ils devraient permettre cependant de desserrer l’étau dans les classes concernées. (...)

    Août 2013
  • Brevet des collèges 2013 : un bilan désastreux.

    A la suite du DNB 2013, premier test grandeur nature d’une épreuve profondément transformée, les réactions des collègues via la liste de diffusion, ont été extrêmement nombreuses. En effet, plus d’une centaine de mails ont été transmis au secrétariat du groupe, qu’ils constituent des témoignages, ou qu’ils nourrissent des échanges entre collègues. Il est à signaler que le nombre des réactions est tout à fait inhabituel. En outre, elles nous ont été transmises et ont alimenté les échanges bien au delà des (...)

    Août 2013
  • DNB 2013 HISTOIRE GEO : lettre ouverte des enseignants.

    Le DNB d’histoire-géographie et éducation civique 2013 continue de susciter de nombreuses réactions de protestation. Parmi les initiatives en cours signalons cette lettre ouverte des collègues de l’académie d’Aix Marseille.
    Chacun pourra s’en saisir ou s’en inspirer pour initier d’autres démarches.
    La profession doit pourvoir s’exprimer sur ce sujet. Faites nous part de toutes les initiatives prises localement ou à l’échelle académique à l’instar de ce qui est proposé ici afin que nous puissions (...)

    Juillet 2013