Archives LVER

Questions sur les groupes de compétences

Les déclarations sur l’enseignement des langues vivantes se multiplient et il est difficile de s’y retrouver. Même s’ils sont liés, il est nécessaire
de distinguer les deux aspects de la politique gouvernementale.Vous pouvez vous reporter à la page « actualité » pour ce qui concerne
l’engagement de Fillon d’assurer l’enseignement des LV en groupes allégés en Terminale générale. Suite à la réaction de collègues, vous trouverez ci-dessous un ensemble de questions-réponses à propos de l’organisation en groupes de compétences.

Depuis plusieurs années, le ministère veut organiser
l’enseignement des LV par niveau de
compétences, supprimant les distinctions entre
LV1 et LV2, et entre niveaux de scolarité du collège
ou du lycée. C’est ainsi que la circulaire de rentrée
2005 veut « favoriser l’adoption dans au moins
un collège et un lycée par bassin de formation » de
ce nouveau mode d’organisation.

Tout élève suivrait l’enseignement dans un groupe
correspondant à ses compétences mesurées en
début d’année. Ce tri se ferait par le Cadre Européen
Commun de Référence, intégré dans les
objectifs des nouveaux programmes de lycées et
seul cadre définissant les exigences des programmes
de collège qui ont fait l’objet d’une
consultation.

Le rapport annexé, annulé par le Conseil d’État,
déterminait les niveaux minimum que l’École
devait assurer aux élèves : le niveau A1 à la fin de
l’école élémentaire, B1 pour la LV1 et A2 pour la LV2
à la fin de la scolarité obligatoire ; B2 pour la LV1 et
B1 pour la LV2 à la fin des études du second degré.
Le SNES conteste cette organisation. Le CECR n’a
pas été conçu comme un cadre scolaire,d’où l’absence
de références culturelles et de civilisation.
La notion de « niveau minimum garanti » s’inscrit
dans celle du « socle commun » permettant à un
élève d’interrompre son apprentissage en cours de scolarité au prétexte qu’il aurait atteint ce minimum
 ! Nous ne portons pas cette conception de
l’enseignement sous forme de modules d’apprentissage
ou d’unités capitalisables qui rompt
complètement avec notre conception de cycle
cohérent construit sur des équilibres disciplinaires
et l’acquisition d’une culture commune.
Les groupes de compétences permettraient-ils
de combattre l’échec scolaire ?
L’enseignement modulaire peut séduire des enseignants
confrontés aux difficultés croissantes d’exercices
de leur métier (manque de moyens pour
faire face à une trop grande hétérogénéité, réduction
des horaires aux lycées...).

Cette organisation risque de n’être qu’un « miroir
aux alouettes », regroupant d’un côté les élèves les
plus faibles pour lesquels les ambitions seront très
réduites et de l’autre les plus à l’aise qui auront des
parcours d’excellence très marqués socialement.
Les groupes ne pourront que fonctionner comme
des groupes de niveau figés sur l’année.

Nous demandons la prise en charge de tous les
élèves dans un cadre respectant l’hétérogénéité et
affichant les mêmes ambitions pour tous : petits
groupes issus d’une même classe si possible, retour
à un minimum de 3 heures élève pour toutes les
langues au lycée.

Les groupes de compétences changeraient-ils
les épreuves du bac ?

Oui ! Ils permettraient même de sortir les LV du bac.
Le projet de décret suspendu par le nouveau
ministre le disait clairement (articles 3, 4, 5 et 6,voir
site SNES).
On peut accepter que l’École prenne en compte le
CECR,voire qu’elle certifie l’acquisition des niveaux
de compétences qu’il définit.
Mais on ne peut admettre que le bac n’intègre
pas d’autres savoirs et compétences. La nature de
l’enseignement des LV en serait bouleversée et
nous ne voulons pas d’une certification en LV sur
le modèle du B2I !


Roland Hubert

roland.hubert@snes.edu
Thérèse Jamet-Madec
therese.madec@snes.edu

Autres articles de la rubrique Archives LVER

  • Bienvenue dans la rubrique archives LVER
    Cette rubrique contient des articles archivés concernant l’enseignement des langues vivantes et régionales. Pour nous contacter, écrivez-nous.Lire la suite (25 septembre)
  • Simplication de la validation du LPC
    La note de service n°2012-154 du 24/09/12 vient simplifier la validation du LPC pour l’année en cours : « Le principe selon lequel seule la validation des compétences est obligatoire est réaffirmé.... Lire la suite (Février 2013)
  • Témoignage d’un collègue de portugais (2012)
    Langues “à faible diffusion” : le portugais, une discipline au bord de l’asphyxie Depuis quelques années, les enseignants de portugais payent un lourd tribu à la politique d’éducation enfermée dans... Lire la suite (Juin 2012)
  • BTS CI : modifications
    cf. arrêté du 22/06/12 : http://www.education.gouv.fr/pid255... Comparaisons entre les deux arrêtés (ancien et nouveau) : ancien nouveau 3 épreuves de langue, deux épreuves obligatoires et une... Lire la suite (Juin 2012)
  • Action Langues vivantes
    Au collège comme au lycée, les mesures annoncées pour la rentrée prochaine sont inacceptables et vont encore fragiliser un peu plus l’enseignement des langues vivantes : • confirmant les déclarations... Lire la suite (Avril 2012)