Programmes, socle commun, évaluation

Recommandations de la conférence "évaluation des élèves", du bon et du moins bon

Le jury de la conférence nationale sur l’évaluation des élèves a rendu ses recommandations vendredi 13 février 2015. Du bon, mais aussi quelques propositions à oublier.

Le rapport commence par des préconisations intéressantes en termes de volonté de clarification du travail d’évaluation, de reconnaissance de la complexité de la question, et de nécessité de formation et d’apport de la recherche. Les choses se gâtent avec les solutions proposées pour le terrain, reposant en grande partie sur la mise en place de livrets (livret numérique de cycle, et livret de compétences du cycle 4). Or on a vu avec le LPC, l’expérimentation folios ou encore les ENT, que ces outils ne sont pas en tant que tels des moyens de réduire l’échec scolaire, mais sont pour les personnels l’occasion de subir des injonctions et prescriptions diverses qui sont des freins à la qualité du travail.

La méthode de travail, qui inaugurait une démarche nouvelle pour l’Education nationale, s’avère au final assez transparente, puisque sont explicitées les difficultés du jury quand certaines propositions n’ont pas fait l’unanimité ("présentation du problème posé").

Certaines propositions sont intéressantes :
- la nécessité de clarifier pour les différents acteurs (institutionnels, enseignants, parents et élèves) les différentes finalités de l’évaluation (recommandation 1)
- la nécessité de formation à l’aide des résultats de la recherche en ce qui concerne en particulier l’évaluation formative (recommandations 1 et 2)

Il faudra en revanche débattre de points qui ne font pas consensus dans la recherche, notamment la place de la note chiffrée et son interdiction jusqu’en 6ème, proposition qui ne fait d’ailleurs pas l’unanimité du jury (recommandation 3).

Les dernières recommandations sont problématiques :
- la nécessité d’un "livret numérique de suivi de cycle"(recommandation 2, 3, 4)
- l’évaluation certificative et le lien évaluation-orientation : évocation d’un livret de compétences et de piliers, alors que l’ensemble de la communauté éducative a constaté l’échec du LPC ; proposition d’un DNB « qui contribue à valider le socle », en contradiction avec la loi d’orientation de juillet 2013 qui précise que l’obtention du DNB vaut validation du socle.

Autres articles de la rubrique Programmes, socle commun, évaluation