US 742 du 20 juin 2014

Réforme Chatel des lycées : toujours inchangée

Après deux ans, le nouveau gouvernement n’a pas fondamentalement modifié les choses et surtout pas remis en cause les dégâts provoqués par la réforme Chatel.

Après la victoire de François Hollande, Vincent Peillon savait qu’il allait prendre en charge un ministère en difficulté, que ce qui avait été fait par ses prédécesseurs avait pour principal objectif la réduction du nombre de fonctionnaires et une diminution des dépenses de la fonction publique. Les dégâts sont vastes et les chantiers à ouvrir énormes. Mesurant l’ampleur des problèmes, il a lancé un débat sur la « refondation de l’École » et préparé une loi sur l’éducation, affichant des priorités ; le recrutement des enseignants et leur formation, l’École primaire, les rythmes scolaires, l’éducation prioritaire... La méthode a pu paraître pertinente, mais elle comportait une faille de taille : remettre à plus tard les nécessaires modifications à apporter à la réforme Chatel des lycées.

DYSFONCTIONNEMENTS AMPLIFIÉS

Le gouvernement Sarkozy avait pourtant fortement déstabilisé le lycée : bac pro en trois ans, déstructuration des séries technologiques, autonomie des établissements dans l’utilisation des moyens d’enseignements, accompagnement dit personnalisé, contrôle en cours de formation ou contrôle local, langues vivantes sacrifiées, options raréfiées...

Au bout de deux ans de gouvernement Hollande rien n’a changé, et même pire, tous les dysfonctionnements qui étaient évoqués par Chatel pour justifier ses réformes se sont amplifiés : les déséquilibres entre les séries, les difficultés pour les bacs techno à réussir des études supérieures (à l’exception des BTS), les difficultés de poursuites d’études, et aujourd’hui d’insertion professionnelle, des bacs pro...

Alors bien sûr, les chantiers à mener sur les lycées sont gigantesques, mais pour le SNES et pour la FSU, dans le cadre d’une scolarité effective à 18 ans, le lycée et avec lui le baccalauréat doivent être des objectifs essentiels en termes de qualité de formation et de reconnaissance des parcours et de la certification. Il faut « remettre à plat » la réforme Chatel.

Renforcer toutes les dimensions de l’École, la maternelle, le primaire, le collège, impose aussi de renforcer les lycées afin de permettre à chaque jeune un réel parcours de réussite de la maternelle à l’enseignement supérieur, ce qui est antinomique avec la conception « bac – 3, bac +3 » portée par ceux qui se satisfont d’un lycée construit uniquement pour ceux des jeunes qui seraient sélectionnés pour des études supérieures. Ce devrait être un des défis du ministre que de reconstruire un lycée démocratique et exigeant. Ce sera une des priorités du SNES-FSU que d’imposer cette ambition pour les jeunes et pour les personnels.

T. Reygades, V. Sipahimalani, lycees@snes.edu

Autres articles de la rubrique US 742 du 20 juin 2014

  • Orientation après et vers la seconde : Le casse-tête
    La réforme du lycée n’a rien réglé des contradictions de la Seconde générale et technologique (GT) en termes d’orientation et d’affectations. Un casse-tête. Les classes de Seconde GT de l’enseignement... Lire la suite (Juin 2014)
  • Conseil Supérieur de l’Education : calendrier scolaire
    Le Conseil supérieur de l’éducation (CSE) du 12 juin a donné un avis sur le projet de modification du calendrier scolaire pour l’année 2014/2015, ainsi que sur l’organisation des conseils de cycles et... Lire la suite (Juin 2014)
  • Prérentrée : pas de rattrapage
    La journée de prérentrée initialement prévue le 29 août a finalement été reportée au lundi 1er septembre. Le Conseil supérieur de l’éducation (CSE) qui s’est tenu le 12 juin a définitivement voté cette... Lire la suite (Juin 2014)
  • Suicide de Pierre Jacques <BR>Reconnu comme imputable au service
    Ce drame intervenu peu avant la rentrée avait ému l’ensemble de la communauté éducative. Ce geste désespéré a été reconnu comme une conséquence de sa situation professionnelle, comme celle vécue par la... Lire la suite (Juin 2014)
  • Baccalauréat
    686 907 C’est le nombre total, toutes filières confondues, des candidats au bac, soit une hausse de 3,3 % par rapport à l’année dernière. La moitié passe le bac général, 30 % un bac pro et 20 % un bac... Lire la suite (Juin 2014)