Communiqués

Réforme du collège Lettre ouverte à la Ministre

Madame la Ministre,

Alors que la majorité des enseignants attendus en cours le 19 mai dans les collèges était en grève, nous vous avons adressé une lettre ouverte. Le seul élément de réponse, au-delà de vos interventions dans les médias, a été la publication, dès le lendemain matin 20 mai, des textes contestés par les enseignants du second degré.

Cette publication, que vous avez affirmée nécessaire pour « tourner la page du débat politique » a été ressentie violemment par les enseignants, comme une provocation et une marque de mépris à leur égard. Et ce, d’autant plus que la manipulation des chiffres réels de grévistes et le discours officiel sur l’incompréhension supposée des personnels qui auraient besoin d’être rassurés les exaspèrent au plus haut point.

Un tel passage en force ne règle donc rien, bien au contraire. La publication d’une circulaire n’y changera rien.

Le sentiment de n’être ni entendus ni considérés, venant s’ajouter à celui du déni de leur engagement par la grève, fait courir le risque d’une rupture tellement profonde avec les personnels que c’est tout le système éducatif qui en pâtira. Une réforme imposée à l’encontre de la professionnalité des personnels chargés de la mettre en œuvre ne permettra pas d’atteindre les objectifs de justice sociale et d’égalité auxquels, pourtant, ils adhèrent. Et ce sont les élèves les plus défavorisés et les plus éloignés de la culture scolaire qui seront encore les premières victimes d’une réforme manquée qui, de plus, conduira inéluctablement à des formes de découragement et de désengagement des enseignants. La jeunesse de ce pays n’a aucun intérêt à voir s’enkyster un conflit qui n’aurait jamais dû exister si les choix de votre ministère n’avaient pas été de rompre avec les équilibres de la loi de refondation.

L’avenir de milliers de jeunes est en jeu et votre responsabilité est grande en ce qui concerne l’organisation de la fin d’année et des examens qui ne méritent pas d’être mis en péril parce que le « dialogue social », dont le gouvernement auquel vous appartenez fait grand bruit, se résumerait dans l’Éducation Nationale à un terrible « c’est ainsi, c’est nécessaire ! » sans autre justification.

La réforme que vous voulez imposer est rejetée par une grande majorité des personnels du second degré qui, pourtant, attendaient des changements. S’ils peuvent adhérer aux principes généraux, ils n’en approuvent pas les déclinaisons et portent d’autres solutions qui répondent aux besoins des élèves et respectent leur professionnalité.

Il est encore temps d’éviter un conflit funeste pour l’avenir. Nous vous redemandons solennellement d’abroger les textes publiés et de reprendre d’urgence les discussions sur l’avenir du collège et du second degré.

Frédérique ROLET co-secrétaire générale du SNES-FSU
Roland HUBERT co-secrétaire général du SNES-FSU
Benoit HUBERT secrétaire général du SNEP-FSU

Autres articles de la rubrique Communiqués

  • La Cour des Comptes cible à nouveau les enseignants
    La Cour des Comptes a publié son rapport « Gérer les enseignants autrement. Une réforme qui reste à faire ». Elle y égrène, comme chaque année, un certain nombre de poncifs habituels de la pensée libérale... Lire la suite (4 octobre)
  • Budget 2018
    Les grandes orientations du PLF 2018 ont été rendues publiques. Dans le second degré notre ministre exprime tout son art de la soustraction invisible : les suppressions de postes sont à l’ordre du... Lire la suite (28 septembre)
  • Conseil supérieur des programmes
    Si le fonctionnement du CSP a notamment souffert du temps politique dans lequel ses travaux se sont inscrits et de l’absence de réflexion sur l’articulation entre les programmes du collège et du... Lire la suite (27 septembre)
  • Journée mondiale des enseignants 2017
    La Journée Mondiale des Enseignants s’articulera cette année autour du thème « Enseigner en liberté, Autonomie Professionnelle ». Il s’agira de promouvoir la Recommandation Organisation Internationale du... Lire la suite (26 septembre)
  • Le MEDEF n’a pas le droit d’insulter l’Ecole
    Une campagne du MEDEF affiche son mépris pour le service public d’éducation, ses personnels et ses élèves en affirmant « Si l’école faisait son travail, j’aurais du travail ». C’est pourtant ce service... Lire la suite (20 septembre)

Mots-clés