Réforme de l’évaluation

Résultats de la consultation en ligne sur l’évaluation des personnels - Octobre 2016

Le SNES-FSU, le SNEP-FSU et le SNUEP-FSU ont mené une consultation de la profession pour provoquer le débat dans les établissements et pouvoir s’appuyer sur l’avis du plus grand nombre pour être le plus proche possible des attentes des personnels.
Cette enquête ne constitue pas un sondage à proprement parler (5 458 réponses dont 88 % de syndiqués) mais permet d’avoir une idée de ce que pensent les adhérents sur un certain nombre d’aspects, a fortiori lorsque les réponses sont très marquées.

RÉSULTATS DE L’ENQUÊTE

Le système d’inspection actuel est jugé insatisfaisant par 74 % des personnes contre 21 % le jugeant satisfaisant.

JPEG - 56.5 ko
Jugement sur le sytème actuel d’inspection

- L’équilibre actuel entre l’évaluation pédagogique (inspecteur) et l’évaluation administrative (chef d’établissement) est considéré comme reflétant le métier par une large majorité : 60 % ont répondu positivement.

JPEG - 80.3 ko
Équilibre évaluation "inspection/CE"

- À la question « pensez-vous que la règle actuelle (différenciation des carrières) doive perdurer ? », 32 % seulement y sont favorables contre 63 % (plutôt non 28 % et non 35 %). Cela conforte donc notre revendication d’une déconnexion entre l’évaluation et l’évolution de carrière.

Le document d’appui, initialement voulu par le ministère pour préparer l’inspection est largement rejeté : 64 % ne sont pas d’accord. Le SNES-FSU a mené la bataille et obtenu sa suppression du projet final.

Les critères d’évaluation figurant dans la nouvelle grille ne convainquent pas la profession : 57 % considèrent qu’ils ne sont pas adaptés au métier.

- En revanche, l’entretien avec le chef d’établissement (proposé par le nouveau projet) est accueilli de façon plus partagée : 52 % sont d’accord ou plutôt d’accord, 43 % ne sont pas d’accord. Est-ce parce que celui-ci est entré dans les mœurs ou bien parce que le monopole de l’IPR quant à l’entretien n’est pas jugé satisfaisant ?

Dans tous les cas, l’idée d’être accompagné par un représentant syndical lors de ces entretiens est perçue comme une garantie du bon déroulement de l’entretien par 65 % des réponses (16 % seulement de réponses non ou plutôt non). Il s’agit là d’un mandat du SNES-FSU qu’il nous faudra faire vivre dans les pratiques, afin de limiter l’arbitraire qui peut œuvrer dans un face-à-face inégal.

JPEG - 68.8 ko
Présence d’un représentant syndical lors des entretiens

- Sur les attentes quant au rôle de l’inspection, la réponse arrivant en tête est celle se rapportant au rôle d’accompagnement et de conseil pour mieux exercer son métier ; arrive en deuxième :« bénéficier d’un regard extérieur et échanger sur sa pratique professionnelle » ; en troisième : « mieux définir ses besoins en formation continue ».

Autres articles de la rubrique Réforme de l’évaluation