Communiqués

Revalorisation de nos métiers : des mesures significatives mais encore loin du compte

Revalorisation de nos métiers : des mesures significatives mais encore loin du compte

En réponse à nos mobilisations et aux interventions répétées du SNES sur ce dossier, le ministre de l’Education nationale a décidé un certain nombre de mesures pour améliorer les carrières et rémunérations :

-  Augmentation immédiate et significative des possibilités de promotions à la hors-classe. Ainsi, avec les mesures acquises en 2007, c’est, en deux ans, une amélioration de près de 50% des possibilités de promotion pour les certifiés et les CPE et de 60% pour les agrégés.

-  En même temps, pour les promotions des certifiés et CPE (promotions prononcées par les recteurs), le principe d’une répartition plus équitable des contingents de promotion entre les académies a pu être acté.

Ces évolutions créent les conditions de l’accès de tous à la hors-classe.
-  Engagement pour les CPE et enseignants documentalistes qui participent à l’accompagnement éducatif de porter dès la rentrée la rémunération à hauteur de l’heure supplémentaire effective d’enseignement.

Le SNES prend acte de ses mesures positives qui vont dans le sens de ses demandes et sont à mettre au crédit de nos actions. Il regrette cependant que la dévalorisation salariale qui frappe à toutes les étapes de la carrière ne trouve aucune première réponse, notamment pour les débuts de carrière pour lesquels il y a pourtant nécessité à rétablir et généraliser rapidement l’indemnité de première affectation. Le SNES considère que ces mesures ne sont qu’une première étape et qu’elles doivent s’accompagner de l’ouverture rapide de négociations sur la revalorisation de nos professions.

Avec les personnels, le SNES défend l’urgence de la revalorisation de nos métiers dans toutes leurs dimensions : rémunérations et carrières, allègement de la charge de travail et évolution de nos services sans dénaturation, mobilité géographique et professionnelle, formation initiale et continue, amélioration de nos garanties statutaires. L’ambition pour le système éducatif qu’il porte dans l’action ne peut être séparée de l’ambition pour les personnels

Le ministre de l’Education nationale doit répondre aux exigences des personnels en matière de conditions de travail, de revalorisation, de statuts.
Le Snes appelle donc à réussir la journée interprofessionnelle du 17 juin (retraites et temps de travail) et à faire des 16 et 26 juin, respectivement, jours du premier écrit du baccalauréat et des épreuves du brevet, des journées d’expression des personnels et d’interpellation du gouvernement. Il arrêtera, fin juin, les actions à mettre en œuvre dans la période de rentrée.

Autres articles de la rubrique Communiqués

  • Le SNES-FSU enquête sur la réforme du collège
    S’il est trop tôt pour faire un bilan des effets de la réforme collège 2016 sur les élèves, il est déjà possible de regarder comment les établissements se sont organisés avec les nouveaux horaires et les... Lire la suite (21 septembre)
  • Réforme de l’évaluation des enseignants
    Le ministère envisage de développer l’accompagnement individuel et collectif des personnels pour recentrer l’évaluation sur l’aide et le conseil et permettre les échanges de pratiques professionnelles.... Lire la suite (19 septembre)
  • Grève du second degré
    Quels que soient les propos de la Ministre de l’Éducation, les faits ne mentent pas : nous sommes loin d’une rentrée apaisée. Les personnels du second degré ont pu mesurer à l’occasion de la rentrée... Lire la suite (8 septembre)
  • Tous en grève le 8 septembre
    La rentrée 2016 devrait voir mise en œuvre la réforme du collège imposée par le gouvernement alors même qu’elle est toujours contestée par la majorité des personnels du second degré. Ces derniers qui ont... Lire la suite (30 août)
  • Conférence de presse de rentrée
    Veuillez trouver ci-joint le dossier de la conférence de presse qui a eu lieu le vendredi 26 août.Lire la suite (26 août)

Mots-clés